En 2011, Mike Mills, dans Beginners, racontait l’histoire de son père, avec 20th Century Women, il rend hommage à sa mère. Le réalisateur, brosse le portrait de personnes simples, admirablement interprétées par un casting impeccable. Il offre ainsi une image et une voix à certaines luttes, notamment féminines, dans un film résolument contemporain.

3 women for 2 men

20th Century Women, c’est l’histoire de Dorothea, incarnée par Annette Bening, femme de 55 ans qui essaye d’élever son adolescent Jamie, en 1979 à Santa Barbara. Voyant qu’elle ne peut réussir seule, elle demande l’aide d’Abbie (Greta Gerwig), photographe qui vit chez eux et Julie (Elle Fanning), 17 ans, la voisine & amie de Jamie. Vient se mêler à ce ménage, William, pour incarner une présence masculine. Annette Benning, actrice rare à l’écran, campe merveilleusement bien la mère de famille dépassée par la progression de son fils. Dorothea n’est pas une femme comme les autres, elle voulait être aviatrice, mais a été stoppé par l’arrêt de la guerre et comme le dit Jamie, elle a grandi pendant la Grande Dépression. Mike Mills laisse autant de place aux deux autres femmes du casting : Elle Fanning et Greta Gerwig. Chacune apporte sa brillance au film. Elle est lumineuse en adolescente, fille de psychologue et pourtant paumée tandis que Greta joue une Abbie tout aussi perdue suite à son cancer. L’actrice, retrouve ici, après Jackie, Billy Crudup qui tient le rôle de William. Le jeune Lucas Jade Zumann, dans la peau de Jamie, est une vraie révélation. Le casting de Mike Mills, fait tout bonnement des merveilles.

20th Century Women’s fights

Mike Mills raconte les luttes quotidiennes dans un film remarquable d’intelligence. Bien que l’histoire se déroule en 1979, les questions que se posent les protagonistes sont résolument modernes. À l’heure où de plus en plus de familles sont monoparentales, l’histoire de Dorothea qui élève son fils seule nous touche. Elle se demande comment élever correctement son enfant pour en faire quelqu’un de bien, un sujet qui parlera à chaque parent. Il faut ajouter à cela qu’elle a eu son enfant à 40 ans, autre propos très contemporain à notre siècle où les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard. 20th Century Women est une réelle histoire d’amour filiale entre un fils et une mère très particulière qui fait de son mieux. En démontre ses mots d’excuses assez drôles : « Veuillez excuser l’absence de Jamie en cours ce matin : il a travaillé comme bénévole pour les sandinistes ». Jamie et Julie, sont eux, deux adolescents qui, en grandissant, essayent de trouver leur place dans le monde. Amis depuis l’enfance, leur relation va changer avec la puberté, Jamie étant tombé amoureux de Julie. L’évolution de l’amitié en amour au fil du temps est un thème particulier. Abbie, elle, est une artiste, profondément féministe. Elle combat premièrement son cancer du col de l’utérus, mais n’est pas réduite qu’à ça. Dans une scène qui sera mémorable, elle parle de sexe et de menstruation, pour changer les tabous. Un moment qui d’ailleurs aidera Julie à se confier et parler de sa première fois.

A kaleidoscope of memories

Capable de passer d’un battement de cœur, de la joie à la mélancolie, 20th Century Women est un vrai kaléidoscope dans son format, à l’image de certains des trajets en voiture présent dans le film. Mike Mills en fait aussi un album photo grâce notamment à toutes celles que prendra Abbie. Il mélange à ses scènes des images anciennes avec des passages de vieux films ou encore le fameux discours de Jimmy Carter sur la crise de confiance. L’art semble dominer : le cinéma côtoie la photographie, mais aussi la littérature, la musique et la danse. Mike Mills n’hésitera pas à entrecouper son long métrage de citations littéraires et beaucoup de scènes incluent de la musique. Il y a aura d’ailleurs un grand débat pour savoir qui du groupe Talking Heads ou Black Flag est supérieur. La construction du film est très originale, car en aucun cas linéaire. On observe la mise à nu de nos héros à un moment précis de leur vie, mais on est interpellé par l’alternance entre l’action propre et le récit par voix offs. Grâce à ce procédé, le spectateur apprendra la fin avant son déroulement, car les personnages sont conscients de leur futur.

20th Century Women : un hommage d’exception aux femmes

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0