En mai 2008, sortait, Iron Man, le premier film de l’univers cinématographique Marvel. En 2012, Iron Man, Captain America, Thor, Hulk &Co, se rassemblaient dans le premier Avengers. 19e production des studios Marvel, Avengers Infinity War, est le 3e volet très attendu d’une saga qui touche à sa fin. Inspiré du comics Marvel de 1991, « The Infinity Gauntlet », il met en lumière Thanos, brièvement aperçu dans les films précédents. C’est surtout la première fois dans le MCU qu’un film adopte le point de vue du méchant. Réalisé par les frères Russo, il s’agit du Marvel le plus long avec 2H29 de pure action.

Avec Thanos, Marvel a trouvé son méchant

Teasé depuis le tout premiers Avengers, le plus grand méchant du MCU se devait d’être hors du commun. S’il y a bien une chose sur laquelle les critiques sont unanimes, c’est que Thanos est un vilain très réussi. Josh Brolin, choisi pour interpréter le personnage le plus important de ce Avengers Infinity War, lui offre une vraie dimension grâce un charisme qui transparaît au-delà des changements physiques. Si les différents Marvel donnaient surtout la part belle aux héros, ici nous sommes devant l’origin story d’un être très complexe. Pour re-situer, Thanos, a fait ses débuts dans le numéro 55 d’Iron Man en 1973. C’est un chef de guerre de la race des Titans, qui règne sur les confins les plus éloignés de l’univers. Il est à la tête d’armées gigantesques, comme les Chitauris. Plus que tout, il aspire à mettre la main sur les six pierres d’infinité, pour une simple raison : pouvoir éliminer d’un claquement de doigts la moitié de l’univers. Un tel génocide paraît des plus répugnants, mais il est motivé par l’idée selon laquelle il faut absolument faire quelque chose face au déclin des ressources planétaires. Un tel sacrifice pour réguler le monde est une idée souvent défendue comme dans Inferno. La dramaturgie développée autour de ce personnage prouve qu’il est convaincu de faire le bien. Ce grand Thanos qui a la couleur d’un malabar pourrait aussi bien en avoir le cœur tout mou. On exagère un peu, mais les passages du film avec sa fille adoptive Gamora dévoilent un tout autre aspect de sa personnalité.

Avengers Infinity War et sa ribambelle de super héros

Lors de la sortie de Captain America : Civil War en 2016, les frères Russo se targuaient de réunir dans Avengers : Infinity War, 68 super-héros ! S’il l’on ne peut confirmer ce chiffre très précis, ce qui est certain, c’est que le film rassemble une galerie de héros très impressionnante. Le tour de force était donc de tous les faire tenir dans un film et pour cela 2H29 n’est pas de trop. Bien que l’on puisse déplorer l’absence de certains ou le traitement un peu moins fournis d’autres, la plupart du casting est présentée dans une belle harmonie. Faire coexister autant de gens, c’est mélanger plusieurs univers et surtout confronter certains egos. Dans Avengers : Infinity War, c’est la première fois par exemple que les Gardiens de la Galaxie rencontre les Avengers. Leur collision avec Thor est tout à fait savoureuse d’ailleurs. On vous laissera apprécier les différentes réunions, qui ont lieu sur Terre ou dans l’espace, une chose est sûre, elles sont toutes délectables. Si les précédents films mettaient plus en avant le côté super-héros, celui des frères Russo, dévoilent quelques beaux moments humains notamment avec un focus sur la relation Vision/Red Witch. Liens familiaux, amicaux, amoureux, tout est décortiqué dans cet opus !

Le Marvel Cinematic Uni/Multiverse des frères Russo

Avengers Infinity War pour ceux qui veulent être très critique pourrait sembler creux et répétitif, car le scénario est simple, basiquement il s’agit de Thanos qui met une raclée à chaque super-héros qui veut l’empêcher de mettre la main sur une pierre d’infinité. Après avoir renouvelé un peu le MCU avec des héros comme Doctor Strange ou Black Panther, il s’agirait donc de donner au public quelque chose qui ne soit pas du réchauffé. Si l’humour est toujours présent ainsi que quelques clins d’œil aux films précédents, Avengers Infinity War, se définit surtout par son côté sombre. Les frères Russo ne font pas dans la dentelle et proposent un vrai doomsday. De la scène initiale à la scène finale, aucun super-héros n’est épargné. Les fans se sont beaucoup posés de question, car on nous promettait des morts d’envergure, la fin du film ne répond en rien à celles-ci, sauf si l’on est très naïf. Il faut savoir qu’Avengers Infinity War est en deux parties et cela explique aussi pourquoi la conclusion du long-métrage nous laisse perplexe. Hormis 4 personnages qui ne semblent pas rentrer dans la case « mort par claquage de doigt de Thanos », on peut, en effet, se demander ce qui est vrai ou pas à la sortie du film… La fameuse scène post-générique n’aide pas l’audience à échapper au mystère, les non initiés ne comprendront pas forcément la chute cryptique.

Infinity War : Thanos frappe un grand coup dans l’univers M…

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 4 min
0