L’Allemagne est une Terre qui n’a jamais réussi au Real Madrid. Il y a des choses comme ça, des choses qui ne changent pas et qui restent gravées à jamais dans les annales du sport. Le quart de Champions League Bayern – Real, a échappé à la règle. À domicile, le Bayern a été battu par le Real Madrid 0-2. Une victoire menée par Cristiano Ronaldo qui, par deux fois, a trouvé le chemin des filets pourtant magnifiquement protégés par Manuel Neuer. C’était lui contre le reste du Monde. On dit aussi que l’élève dépasse souvent le maître, mais est-ce qu’on peut dire que ce soir, ce fut le cas ? La victoire a été plus menée par Cristiano Ronaldo que par une tactique parfaite de Zinedine Zidane. Les hommes de Zinedine Zidane ont réussi à surprendre ceux d’Ancelotti en retournant un match initialement dominé par les Allemands. Pourtant, un but vengeur et un autre salvateur de Cristiano Ronaldo ont renversé ce  match à double tranchant.

Un Bayern – Real  à deux visages 

Je ne vous cache pas qu’à la fin de la première mi-temps de ce Bayern – Real, j’avais prévu d’écrire une chronique totalement différente à celle que je vous présente aujourd’hui. C’est ça, le football. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on l’aime. Tout peut changer en un corner, en un coup de pied arrêté. J’avais prévu de dire que le Bayern Munich était potentiellement supérieur au Real Madrid, que le Real Madrid était totalement transparent lors de la première mi-temps laissant place à un Bayern qui faisait ce qu’il voulait. Et ce fut vrai, lors des premières minutes, le Bayern mené par un Thiago, un Lahm, un Ribery et un Vidal dominaient outrageusement les Espagnols qui ne sortaient pas de leur zone de jeu. Jusqu’au but qui concrétisait tous les efforts des Allemands, un but de Vidal sur corner. Le 1-0 était là. Le 2-0 aurait pu arriver quelques minutes plus tard suite à un penalty. Un penalty qui n’en était pas vraiment un et que Vidal envoie dans les airs. Tout aurait pu s’arrêter là, mais c’est sans compter sur le destin qui a décidé que ce match ne se terminerait pas là. Les allemands sont partis aux vestiaires confiants. C’est vrai, pourquoi s’inquiéter ? Ils menaient 1-0, ils dominaient, ils jouaient à domicile et surtout, le Real Madrid n’était pas vraiment bon en Allemagne.

Bayern - Real
Cristiano Ronaldo, auteur d’un doublé.

Un but qui change la donne 

Dans la vie, il y a des moments clefs. Il suffit d’un rien, d’un grain sable pour qu’une situation qu’on pensait à notre avantage bascule. Le football n’échappe pas à cette règle. La deuxième mi-temps de ce Bayern – Real était digne des plus grandes telenovelas brésiliennes et colombiennes. Dans ce cas précis, c’est grâce au penalty raté par Vidal que le Real Madrid a repris de la force, a retrouvé sa voix et sa voie afin de retourner ce match à son avantage. Carvajal est responsable de l’action qui a mené le Real Madrid à la confiance en soi. Il fait une superbe passe à Cristiano Ronaldo qui marque le 1-1. On peut dire que c’est à partir de là que le match bascule. Le Real Madrid qui subissait a changé de peau pour se mettre dans celle du leader imposant un rythme plus soutenu à son adversaire. Tous étaient au front. Tous sauf l’autre B de la BBC. Bale a bien joué 20 secondes avant d’être sorti par l’élève Zidane. Maître Ancelotti regardait le match impuissant, son équipe étant malmené par son ancien club.

Le coup de grâce arriva lorsque Javi Martínez obtint un deuxième carton jaune, l’envoyant, comme disent les Espagnols « a la calle ». Le Bayern se retrouvant à 10. Un Cristiano Ronaldo qui marque et qui fait sortir Javi Martinez. 

Neuer contre le reste du Monde

Bayern - Real
Neuer contre le reste du Monde (Reuters)

À ce moment du match, Neuer était seul. Seul face aux assauts madrilènes. Seul face aux nombreuses actions tentées par les joueurs de Zidane. Les arrêtant une par une tel le mur qu’il est. Mais comme l’a dit une personne comme vous connaissez bien, Aliénor : « à un moment, il ne peut pas tout faire », le grand Manuel Neuer s’est pris un deuxième but. Le but qui a fini par enterrer le Bayern pourtant ultra favori avant le début du match. Le football nous a pourtant bien appris qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le Real Madrid aurait pu enfoncer le clou lorsque le capitaine Ramos a marqué a marqué à la 90 ème minute. Une fois n’est pas coutume. But annulé.

Un élève qui ne dépasse pas le maître

Malgré tout, peut-on vraiment dire que l’élève a dépassé le maître ? Je chipote, c’est vrai mais pourtant pas tant que ça parce qu’encore une fois, Zidane ne nous a pas montré un grand coaching. Sortant Bale beaucoup trop tard. Selon moi, Ancelotti était plus cohérent avant que ses joueurs se noient dans la tempête blanche.

1-2, c’est le score sur lequel s’est fini le match Bayern – Real. Le Real Madrid est favori à domicile ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’ils ont réussi « l’exploit » de battre la meilleure équipe du Monde, le Bayern à domicile et je sais aussi qu’au Bernabéu, tout reste encore à faire. Un stade ultra connu par l’entraîneur Italien au sourcil le plus connu de la planète foot, Carlo Ancelotti.

Bayern – Real : L’élève dépasse-t-il vraiment le …

par Sonia Malek Temps de lecture : 4 min
0