Hier soir, les Bleus ont fait le plus dur. Après des matchs peu convaincants, l’équipe de France de football est allée s’imposer en Bulgarie, chose que l’on avait plus fait depuis… 1932. Une victoire 0-1, qui a défaut d’être impressionnante nous permet d’aborder le dernier match des qualifications en position favorable.

Le (pied) carré magique des bleus

C’était le match piège, tout était au rendez-vous pour que la catastrophe arrive. Les Suédois mettent la pression sur la France plus tôt dans la journée en cartonnant le Luxembourg 8-0, et passent devant au classement avec un différentiel de but ultra favorable. C’est bien simple, faux pas interdit. Il ne fallait pas être en retard devant sa télé, vu que Matuidi ouvre le score d’un tir puissant sous la barre à la 3e minute. 1-0, le score ne bougera plus de la rencontre. Les Français gèrent le score et le ballon, les Bulgares n’arrivent pas à jouer. Mais comme rien n’est jamais simple avec les Français, Ngolo Kante se blesse sur une accélération et doit être remplacé par Rabiot. Le Parisien est clairement moins à l’aise à ce poste, et ça se sent dans la foulée : les Bulgares ont une quintuple occasion successives. Le miracle est dans les gants de Hugo Lloris qui fait deux arrêts importants avant que le ballon ne passe au-dessus du but sur la cinquième reprise des locaux. On est qu’à la 26e minute, le temps va passer lentement jusqu’à la 90e.

Poésie et tacles aux genoux

Au retour des vestiaires, les Bulgares ont décidé de jouer plus dur et de couper le rythme du match. Effet immédiat, les Français déjouent. Le match devient haché, nos attaquants n’ont presque plus d’occasions. Les français sont fébriles, on sent que la Bulgarie peut marquer à tout moment. Difficilement, les bleus tiendront jusqu’au bout du temps additionnel. Au classement du groupe, la France repasse devant la Suède pour 1 point. C’est bien simple, nous sommes au minimum barragistes, mais évitons nous des moments de pression inutiles. Il faut pour cela gagner le match face à la Biélorussie mardi prochain.

BULFRA : les Bleus, des bleus mais une victoire importante

par Christophe Lalevee Temps de lecture : 1 min
0