L’équipe de France finit sa phase de poule par une petite victoire face à la Pologne 26-25. Après avoir survolé les premiers matchs, les bleus déjà assurés de la qualification en huitième de finale et de la première place du groupe ont montré un visage décevant face à une équipe de Pologne étonnante. Les remplaçants ne se sont pas réellement illustrés, mais ont permis d’arriver avec le plein de victoire avant le début des matchs couperets.

Une Pologne très accrocheuse

L’équipe polonaise montre un tout autre visage face à l’équipe de France. Les polonais sous l’impulsion des 2 mètres 12 de Gebala (5 buts en première mi-temps) sont au contact des français et leurs posent de réels problèmes. Les français ne trouvent pas de solution en attaque, malgré un Olivier Nyokas (5 buts) en feu devant son public et le portier légendaire de l’équipe de France, Thierry Omeyer qui réalise une 1e mi-temps de haut niveau (6 arrêts).

Les remplaçants ne sont pas au niveau attendu, contrairement au match précédent. Une première mi-temps décevante, des pertes de balle, peu d’inspiration en attaque et des manques d’automatismes flagrant. A l’instar des deux jets de 7m ratés de Kentin Maé, les experts réalisent face à la Pologne leur match le moins aboutis.

L’équipe polonaise à retrouver des couleurs après un début de compétition décevant et très en dessous du niveau attendu. Les polonais déjà éliminés de la compétition et avant-dernier de la poule ont joué de manière décomplexées face aux grands favoris et montrent aux experts qu’il faut rester concentré dans tous les matchs. 

Les bonnes entrées des Bleus

L’entrée de Mickaël Guigou en seconde période a permis à l’équipe de France de retrouver un peu de confiance. Les bleus ont marqué 5 buts consécutifs et se sont même permis de faire le spectacle notamment avec le kung fu de Guigou servit par Abalo. Les bleus semblaient plus concentrés et dans cette entame de match les polonais ont commis beaucoup d’erreur notamment trois pertes de balles consécutives. Guigou ayant ressenti une douleur et par risque de se blesser a cédé rapidement sa place à Nyokas qui a refait son entrée en jeu. Nadim Remili a également apporté de nombreuses solutions en attaque lorsqu’il est rentré sur le terrain. Il a marqué 3 buts et créé des situations intéressantes pour ses partenaires. 

Nyokas en feu devant son public

bleus, pologne

Le nantais Olivier Nyokas s’est quant à lui illustré lors de cette rencontre. Le français positionné à l’aile gauche de l’attaque a su faire parler toute sa puissance pour maintenir le radeau bleu à flot avec ses 7 réalisations. Plutôt discret lors du match précédent, il a permis à l’équipe de France de rester au contact de leurs adversaires du jour. Nyokas n’a pas hésité a quitté son aile pour venir tirer en position d’arrière avec une détente impressionnante. 

De manière générale l’équipe de France remaniée pour l’occasion n’a pas livrer une prestation convaincante, le manque d’enjeu s’est fait ressentir, la peur de la blessure et ainsi que la perspective des huitièmes de finale. Les bleus devront retrouver un autre visage samedi soir à Lille face à l’Islande pour prétendre aller plus loin dans la compétition. 

Sarah Beaudet 

Les bleus poussifs face à une équipe de Pologne étonnante

par contributeurs Temps de lecture : 2 min
0