Brice 3 est sorti ce mercredi 19 octobre. 10 ans que l’on ne l’attendait pas vraiment, mais que ça fait plaisir de le revoir quand même. Jean Dujardin oscarisé qui refait le pitre sur grand écran, ça donne forcément envie d’y jeter un œil. Bonne pioche ou pas ?

Brice 3 Jean Dujardin
« Et tu casses. Et tu casses. Et tu casses. »

Brice 3, parce que le 2 il l’a cassé

Brice, de Nice. Surfeur, casseur, yellow fever (fièvre en anglais, ouais…). On retrouve donc notre « héros » bien des années plus tard, tout vieux et ridé, qui raconte des histoires à des enfants. Oui, c’est surprenant comme introduction, et le film tient par la suite ses promesses avec quelques bémols. Jean Dujardin, revenu d’Hollywood et oscarisé, prend tout le monde à revers en retournant à ses amours premiers : son personnage de sketch et ses acolytes des Nous c Nous (pour une scène musicale totalement imprévisible et déjantée). L’humour absurde et plein de malaise est au rendez-vous, jusqu’à certains passages qui sont clairement très très limites et qui pourront en faire tiquer plus d’un (le bizutage d’Igor, malaise stratosphérique).

Brice 3 Jean Dujardin Alban Lenoir
Le tout gentil Gregor d’Hossegor, interprété tout en muscle par Alban Lenoir

Brice, revenu pour le pire de lui-même

Là où le film surprend, c’est dans son scénario. Il surprend dans le bon sens parce qu’il est structuré tel une conclusion de trilogie, qui reprend la structure du premier épisode pour la construire à l’envers, pour en faire une sorte de retour aux sources décadent. La blague d’accroche n’est donc pas seulement gratuite, elle trouve une justification dans l’écriture du film. La dernière partie du film est d’ailleurs géniale de trouvaille, avec des moments vraiment emballants et une confrontation finale avec la pire némésis de Brice : … (Vous avez vraiment cru que j’allais vous le dire ?). Il y a même une belle réflexion de situation qui peut amener à faire réfléchir le spectateur (je parle toujours de Brice 3, ne partez pas).

Brice 3 Jean Dujardin
« T’as crû que tu allais voir tout le film ? Oh le con »

Une communication sur-mesure

Obligé d’en parler, le fameux faux leak du film sur internet, idée qui raisonne comme une évidence quand on découvre la tournure de l’histoire du film. Coup de maître pour produire un faux film d’1h20 avec un dispositif innovant imaginé par Flober et Julien Josselin. Loin d’être une simple blague, cette démarche a accouché au final d’un second film, presque expérimental, où Jean Dujardin joue Brice en temps réel, dans une pièce, pendant la durée d’un film. Quelques références à cette bonne vanne seront mentionnées dans le générique de fin, comme un clin d’œil. Des blagues et petites indiscrétions sont d’ailleurs disséminées un peu partout dans ce fameux générique, je vous conseille donc de rester jusqu’au bout et de le lire, ça peut être très drôle et ludique.

Comments

comments

Brice 3, le roi de la kass

par Christophe Lalevee Temps de lecture : 2 min
0