Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et Calendar Girl n’y fait pas exception ! Avec ce mois de décembre particulièrement riche, Audrey Carlan conclut en beauté sa série à succès. Cap donc sur Aspen pour bien finir l’année.

Décembre : choisit-on sa famille ?

Au fil des tomes, on a vu que la famille de Mia se façonnait. D’abord seule contre le monde avec sa sœur Maddy, notre héroïne a rencontré Wes puis Maxwell et tissé ses propres liens affectifs. Nous avons aussi beaucoup entendu parlé dans Calendar Girl du père de Mia qui est le point de départ de l’aventure. Ce qui manquait au récit était l’histoire de la mère de notre escorte préférée. En décembre donc le tort est réparé. Mia et Wes partent à Aspen car un mystérieux client a payé pour un reportage sur sa femme, artiste. La première rencontre entre les deux femmes est indirecte, Mia croit l’apercevoir dans la rue, mais elle essaye tout de suite de se convaincre que ce n’est pas elle : « Il est impossible que la femme que j’ai vue soit ma mère » (p15). Le vrai face à face se fait dans la galerie 4M et le moins que l’on puise dire c’est que la demoiselle n’est pas très enthousiaste : « Une explication ne suffit pas pour effacer quinze ans d’abandon et de tristesse » (P59). Elle appelle tout de même son grand frère à la rescousse qui lui promet que « les affaires de famille se gèrent ensemble » (P72). Chacun réagit donc à sa façon car « Max et Maddy sont tous les deux d’accord pour faire une place à Meryl » (111). On ne dévoilera pas pourquoi Meryl les a abandonnés petits ou comment tout cela se termine. On est juste heureux de voir Mia si bien entouré pour affronter l’adversité. Elle aura donc un beau Noël avec les gens qu’elle aime dont les Channing. Et oui on va découvrir un peu la famille de Wes !

Adieu Mia Saunders

Décembre sonne la fin des aventures de Mia Saunders. En janvier dernier Calendar Girl était promis à un bel avenir et l’on peut facilement dire que la mission est remplie. Si tous les tomes ne se valent pas, on préférera par exemple les mois plus psychologiques que ceux comme en Mai à consistance toute sexuelle, l’ensemble est bon. Audrey Carlan a su varier les plaisirs pour ne pas perdre son lectorat car une série ce n’est pas simple. La pratique télévisuelle est, en effet, peut-être plus facile pour garder une audience captive. Les choix de Mia, au fil de l’année, montre une évolution de caractère qui parle à tout le monde. L’auteure, si elle conclut de manière plutôt positive, ne fait pas pour autant dans le happy-end sirupeux et c’est bien agréable. Ne plus avoir notre moment Calendar Girl tous les mois est forcément un crève cœur, mais on remercie beaucoup l’auteure de ne pas nous laisser sur notre faim. L’épilogue et les quelques lignes accordées aux personnages rencontrés toute l’année permettent de bien terminer l’histoire. Un grand Merci donc à Audrey Carlan !

Tous les mardis et vendredis, nos rédactrices de la rubrique littérature vous parlent d’un livre qu’elles ont aimé. Ne tardez plus, allez découvrir nos autres chroniques !

 

Calendar Girl Décembre : Merci pour ce moment Audrey Carlan

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0