Le Chasseur et la reine des glaces est le préquel de Blanche-Neige et le chasseur sorti en  2012. Quatre ans après, ciao Blanche Neige, on se concentre sur le chasseur, et ça fait plaisir ! Le film, sorti en salle le 20 avril, raconte le passé de l’homme tout en dévoilant celui de l’horrible Ravenna dévoilant ainsi sa sœur ; la reine de glace.

Les recettes hollywoodiennes

Ce film, c’est d’abord un casting de blockbuster : Charlize Theron, Jessica Chastain, Emily Blunt, Chris Hemsworth et même Sam Claflin ! Pour que la sauce prenne, parfois les réalisateurs s’en remettent plus aux acteurs qu’à l’histoire. Ici, il n’y a pas à dire, la distribution fait rêver et les stars font leur job. On avait déjà apprécié la performance de Chris Hemsworth en chasseur et que dire de la magnifique Ravenna jouée par Charlize Theron ! On attendait donc de voir les petites nouvelles : Jessica Chastain et Emily Blunt. Elles s’en sortent donc admirablement, entre une femme au cœur brisé et une autre amoureuse, elles ne tombent pas dans les clichés. Si la mise en scène est laissée cette fois à un petit Français, Cédric Nicolas-Troyan il n’est tout de même pas là par hasard. Il a déjà travaillé pour des blockbuster tels que Maléfique et Pirates des caraïbes. Les splendides costumes ne sont pas non plus le fait d’une novice, à la baquette on retrouve Colleen Atwood oscarisée à trois reprises.

Le Chasseur et la reine des glaces sent Hollywood quand même bien au-delà de son staff. Prenez l’histoire, par exemple, qui est, faut bien le dire, un mélange de Game of Thrones, Narnia, La reine des neiges et Le Seigneur des anneaux. Commençons par le commencement : le titre original « The Huntsman: Winter’s War » ! En grand amateur de Game of Thrones, ça sent mauvais le copycat sur « Winter is coming ». Le jeu entre les deux sœurs pour le pouvoir c’est aussi du GOT, le feu contre la glace. Pour ce qui est du Seigneur des Anneaux, ici on ne cherche pas à détruire l’anneau dans un voyage initiatique, mais on cherche un miroir magique & maléfique pour qu’il ne tombe pas entre les mauvaises mains. Un peu ressemblant, non ? Dans ce film aussi les nains et les gobelins existent, vive la fantasy ! En ce qui concerne La reine des neiges, c’est facile, je vous l’accorde, c’est le titre et un peu le personnage de Freya, mais elle fait quand même bien plus flipper que la version pour enfant Elsa. En une image, on retombe sur Narnia, la méchante reine qui chevauche un ours polaire. Les connaisseurs se souviendront.

Un chasseur amoureux vaut mieux qu’une reine de glace

Je vous l’ai dit précédemment : pour aimer ce film, il faut passer outre les références évidentes. Mais qui n’aime pas les éléments basiques d’un tel récit : une bagarre dans une taverne avec le héros et une histoire qui finit bien parce que le personnage principal sauve tout le monde en s’introduisant en douce dans l’entre du méchant. Au-delà de ça, ce qu’il faut retenir du film, c’est l’amour, car c’est le point central de l’histoire du chasseur et de la reine des glaces. Qui aurait cru qu’un homme entraîné toute sa vie à tuer ferait un si bon amoureux transi ? Nos petits cœurs se brisent en voyant Chris Hemsworth aka Eric séparé de Jessica Chastain aka Sara, son amour de toujours. Rassurez-vous, il aura l’occasion de la reconquérir 7 ans après. Non, non, le vrai amour ne se périme jamais. L’homme plus amoureux que la femme, si, si, ça existe, mesdames ! Vous rirez même devant le comportement de lover boy de Chris Hemsworth, il faut dire aussi que c’est assez cocasse, lui qui a plutôt des rôles de gros bras. Thor énamouré, on n’a pas l’habitude ! La reine aussi fut jadis amoureuse et c’est pour ça qu’elle transforme tout en glace maintenant. Ne vous inquiétez pas, on est loin de la mièvrerie et vous pourrez aussi apprécier une débauche d’action et des magnifiques effets spéciaux au service de batailles. Et on est sympa, on ne vous dira pas qui meurt à la fin !

Le chasseur brise la glace

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0