Un coup de ciseaux et c’est le coup de théâtre. Tout commençait bien pourtant. Deux coiffeurs dansaient tout en travaillant (dangereux !) mais l’ambiance s’assombrit lorsque l’on apprend la mort de la propriétaire. Qui l’a tué ? Quatre suspects sur scène, un commissaire et son collègue, mais l’enquêteur c’est aussi vous !

Sacré coup de… ciseaux

De la musique et deux coiffeurs qui s’éclatent sur de la musique pop : on est très loin de ce qui va suivre. Pierrot (interprété par Pierre Samuel), coiffeur efféminé et patron du salon, ne compte pas lâcher le rythme de toute la pièce. Peut-être que Gabrielle (Gaelle Gauthier), elle, cache davantage son jeu sous ses airs de femme simple. Ils semblent tous les deux heureux. Pourtant, Pierre en a marre de sa voisine et propriétaire, une ancienne musicienne qui ne cesse de jouer du piano. Il aimerait bien en être débarrassé, mais il faut d’abord qu’il s’occupe de ses clients. Après quelques pas de danse sur Village People, son voeu se réalise : la vieille femme a été assassinée. Ni une ni deux, deux policiers rappliquent (Laurent Hugny et Thierry Lanceriez) et ils ont bien l’intention de découvrir l’identité de l’assassin. Pierre Samuel, l’aurait-il tuée par vengeance ? Gabrielle, par amour ? Monsieur Legendre, par colère ? Ou bien Marie-France Santon, qui ne semble pas bien apprécier la disparue ? D’une comédie dansante, la pièce passe ainsi à une enquête, mais sans jamais perdre l’humour. Et pour égarer un peu plus le public, les comédiens jouent avec leurs vrais prénoms et noms.

Dernier coup de ciseaux au Théâtre des Mathurins
Dernier coup de ciseaux est une pièce de théâtre participative. © Cyril Bruneau

L’enquêteur, c’est vous !

Si vous comptiez vous asseoir bien tranquillement dans votre fauteuil à attendre que les acteurs déroulent la scène jusqu’à la vérité, c’est raté. Tout serait placé ici uniquement sous le sceau de la comédie si l’inspecteur ne faisait pas allumer la lumière dans la salle pour faire participer le public à l’élucidation du crime (si crime il y a…). Le spectateur devient ainsi lui aussi acteur. Aux comédiens d’improviser sur scène en réagissant comme il se doit aux remarques des nouveaux enquêteurs – et certains se donnent à fond. Les personnages ont beaucoup de stéréotypes : le coiffeur homosexuel très entreprenant et la coiffeuse qui est son double, la bourgeoise qui n’est pourtant pas une sainte et le producteur de télévision qui n’a pas l’air d’un ange. Sans oublier l’officier de police simplet et le commandant qui mène le jeu, davantage ici que chez lui du moins. Les clichés sont remis dans le contexte d’aujourd’hui et l’humour des personnages fait que l’on ne s’en fatigue pas. La pièce ne sort pas de nulle part. À l’origine travail du psychologue allemand Paul Pörtner, celui-ci a été adapté par les Américains Marilyn Abrams et Bruce Jordan. Au Guinness des records de longévité aux États-Unis, ce Cluedo grandeur nature n’est pas prêt de s’arrêter. Le metteur en scène Sébastien Azzopardi célébrera avec sa troupe la 2000e représentation en France le 28 novembre prochain. Dernier coup de ciseau est une comédie qui permet de passer un très agréable moment. On se prend au jeu des acteurs, mais aussi à celui d’enquêteur. Qui, en tuant la propriétaire, a planté son dernier coup de ciseaux ? À vous de le deviner…

Théâtre des Mathurins (Paris)
Du mardi au samedi à 21h et le samedi à 16h
Places moins de 26 ans à 10 €

Dernier coup de ciseaux au Théâtre des Mathurins

par Armandine Castillon Temps de lecture : 2 min
0