L’émission Cousu main diffuse actuellement sa troisième saison. À quelques heures de la première partie de la demi-finale, on revient sur ce programme – pourtant original – qui semble avoir lassé les téléspectateurs.

Le patron de Cousu main

Si l’émission ne vous dit rien, c’est peut-être parce que vous ne passez pas le samedi après-midi devant la télé. En tout cas, nous, on a regardé cette troisième saison qui se veut davantage portée vers la mode, grâce à l’indémodable Cristina Cordula. C’est encore elle qui anime ce concours, durant lequel dix couturiers amateurs s’affrontent chaque semaine, sur deux épreuves : l’épreuve technique – au cours de laquelle il faut créer un classique de la garde-robe – et l’épreuve créative – où le but est de customiser un vêtement ou un accessoire. Au terme de l’émission, le vêtement le plus beau est désigné et le candidat qui a le moins bien réussi est éliminé. Le tailleur pour hommes Julien Scavini, accompagné cette année de Tania Sayer, responsable d’atelier chez de grands couturiers (Lanvin, Jean-Paul Gaultier, Balenciaga…), sont en charge de juger les réalisations des candidats. La créatrice de lingerie féminine Chantal Thomas est également venue juger les candidats sur la fabrication d’un maillot de bain, leur mettant ainsi un énorme coup de pression. Les candidats justement, sont âgés entre 25 et 61 ans. Ils ont tous des profils variés, d’assistante sociale à comédien, en passant par la responsable magasin et le professeur de sport. De quoi élire son « chouchou », même si c’est toujours triste lorsqu’un couturier est éliminé. Et comme les années précédentes, certains candidats ne manquent pas d’humour. Le casting a ainsi réuni une candidate très maladroite et désordonnée – Cindy – ou encore un couturier qui officie par terre – David – par manque de place. La couture c’est la couture !

Cousu main, de fil en aiguille
« Cousu main » est adaptée du format original de Love Productions « The Great British Sewing Bee », diffusée par BBC en Angleterre.

Que vaut cette saison 3 ?

Dans son déroulement, le programme n’a pas beaucoup changé par rapport aux saisons précédentes. Les jurés ont cependant beaucoup changé les épreuves. À chaque semaine son thème, et cette année encore ils sont variés : le vintage, l’aventure, l’hiver… Les couturiers ne sont plus amenés à réaliser seulement des vêtements, les accessoires ont ainsi pas mal été mis à l’honneur cette saison. Et après que les jurés aient demandé aux candidats de coudre, ils leur ont même demandé de découdre ! Le programme se veut toujours aussi didactique, et c’est là son mérite. Les réalisations en cours des couturiers sont détaillées par un schéma, le vocabulaire spécifique est expliqué en bas de l’écran et la présentatrice ne manque pas de s’entretenir avec les jurés afin qu’ils reviennent sur les démarches à faire et les erreurs à ne pas commettre. L’atelier ne manque pas d’ambiance non plus, avec Julien Scavini, un juré à l’apparence sérieuse mais qui n’hésite pas à porter une perruque pour ressembler à Chantal Thomas ou un déguisement farfelu… Un air de musique empli souvent l’atelier et les couturiers sont parfois dissipés… De quoi passer un bon moment, tout en observant la créativité de couturiers inspirants.

Cousu main, de fil en aiguille
Dans l’atelier, les candidats ont à leur disposition une véritable mercerie afin de créer les plus belles pièces possibles.

Une émission qui séduit moins

Inspirant, original, créatif… l’émission a pourtant dû être changée d’horaire, faute d’audience. Diffusée dès le samedi 26 août à 18h35, elle a été changé quelques semaines plus tard pour le début d’après-midi, à 13h10. Une surprise lorsque l’on sait que l’émission est suivie de Recherche appartement ou maison ou Maison à vendre, des programmes peut-être prenants – tout dépend des goûts – mais pas franchement utiles. Il faut aussi ajouter que Cousu main est la seule émission à se démarquer du Paf. Après les innombrables concours de cuisine, elle est venue mettre en avant le Do it yourself (« faire soi-même »), peu présent sur les écrans alors qu’il est LA tendance du moment. Pour parler chiffres, la deuxième saison avait réuni 1,39 million de téléspectateurs, soit 9,2 % de parts d’audience selon Médiamétrie, alors que le dernier épisode de cette année a été vu par 771 000 personnes. L’émission conserve pourtant un certain équilibre, aux alentours de 6,7% de parts d’audience. Comment l’expliquer ? Il y a peut-être le délai d’attente. Le programme est constamment changé dans sa période de diffusion, ce qui a de quoi agacer les fidèles. La première année avait été diffusée entre septembre et octobre, la seconde à partir de janvier et il aura fallu patienter jusqu’à la rentrée pour la dernière. Pas étonnant si les téléspectateurs ne se sont pas posés devant leur télévision. Mais ils se sont peut-être aussi lassés. Il faut dire que le programme est bien structuré et qu’il n’y a pas plusieurs manières d’organiser les deux types d’épreuve. Cousu main est donc restée fidèle à elle-même, tout en tentant d’innover au maximum dans le type de vêtement à réaliser, les customisations et dans les thèmes. L’aspect mode apporté n’a semble-t-il pas su attirer. La première partie de la demi-finale, qui aura pour thème le mariage et qui se fera sous le regard de la créatrice de robes de mariées Delphine Manivet, fera-t-elle un top ou un flop ? Réponse cet après-midi. En tout cas, « The Great British Sewing Bee », l’émission originale dont s’est fortement inspirée la France (jusqu’au profil des candidats pour la première saison), s’est arrêtée sur une saison 4.  S’il n’y aura peut-être pas de quatrième saison pour Cousu main, autant profiter des derniers instants créatifs de la télévision.

 

Cousu main, 13h10, M6

Tous les épisodes sont encore disponibles en replay

Cousu main, de fil en aiguille

par Armandine Castillon Temps de lecture : 4 min
0