Le 22 mai, commençait l’édition 2017, de Roland-Garros, et 2 jours plus tard, sortait aux éditions Talent Sport, un livre passionnant, intitulé : Novak Djokovic : La quête de Roland-Garros. Si cette année le Djoker ne pourra pas soulever de nouveau le trophée, le livre de Carole Bouchard nous fait revivre son combat, en 2016, pour le titre.

Le style de Carole Bouchard

L’auteure explique dès sa préface ses intentions : « L’objectif était de vous fournir un livre original et une histoire unique, construit sur un contenu inédit et riches de coups d’œils exclusifs dans les coulisses ». Qui n’a jamais voulu connaître les secrets d’un champion ? Le livre est tout autant fondé sur cet aspect « behind the curtains » que sur un style littéraire propre. Carole Bouchard est une journaliste de terrain comme elle le dit bien. Elle convoquera donc 1001 témoignages qui éclaireront tous d’un angle particulier cette quête du Graal pour Novak Djokovic. Marián Vajda, Boris Becker, les deux coachs du Djoker sont donc évidemment cités, mais aussi Guy Forget, Fabrice Santoro ou en toute fin de livre Maria Sharapova et Rod Laver. L’auteure, nous embarque littéralement dans cette aventure qui fut un vrai chemin de croix pour le joueur de tennis. Elle nous fait revivre les matchs importants comme la finale contre Murray bien sûr, mais aussi la souffrance de Nole contre Bautista Augut. La narration est particulière, puisque le récit se coupent entre citations, description de matchs et anecdotes en tous genre, mais on est littéralement happé par la lecture. Le ton de Carole Bouchard y est aussi pour beaucoup, car assez humoristique : « Allez demander à Hercule s’il s’est marré pendant ses douze travaux » p37. Les références au cinéma sont pléthores ainsi Novak est comparé à Iron Man et la quête de RG pourrait être aussi difficile qu’un combat dans Harry Potter (cf p84).

La quête de Novak Djokovic

Les amateurs de tennis ont vu les larmes de Novak après sa défaite contre Wawrinka en 2015, ils savent combien ce fut difficile pour l’athlète, mais ces doutes n’étaient, pour nous, qu’en surface. Carole Bouchard y donne de la profondeur. Le livre commence donc sur cette défaite et finit évidemment sur la victoire. Non attendez, justement, il se termine sur « l’après » et ça a son importance pour montrer le chemin parcouru. Les mots qui reviennent pour décrire Djokovic sont : résilience, intelligence, souplesse et psychologie notamment. Comme le dit si bien le titre d’un des chapitres, le tennisman a dû « briller dans le chaos ». L’édition 2016 de Roland-Garros n’a en effet pas été la plus simple à gérer notamment à cause d’un ciel très capricieux. Ce qui interpelle dans ce livre et qui permet aussi de voir différemment le joueur, c’est la vision d’Andy Murray. Au fil des pages, le lecteur est interpellé par le rapprochement entre les deux notamment dans le chapitre « Histoire de jumeaux ». Certaines choses comme l’amour du public français pour Nole sont bien connues tout comme son changement pour manger sans gluten, mais ici, on fait plus qu’égratigner la surface. On apprend beaucoup de choses sur sa jeunesse par exemple et à quel point il était déterminé à devenir n°1 même dès son plus jeune âge. Si l’après Roland-Garros 2016 fut quelque peu mitigée pour Djokovic, Carole Bouchard rend hommage à un grand champion. Comme elle le dit : « L’une des meilleures intrigues de toute l’histoire du jeu venait de prendre fin » (P300), mais avant tout : RESPECT !

La quête de Roland-Garros : Carole Bouchard raconte Djokovic

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0