L’été, la chaleur du soleil sur notre peau, les barbecues et sorties entre amis, les rencontres amoureuses, les glaces et cocktails frais… Coquillages et crustacés… Un tableau estival, parfois assombrit par la tristesse et la nostalgie. C’est ce sentiment que Boy Racer partage dans son EP « Les filles et la mer » sortit le 18 décembre 2017. Quatre morceaux qui dévoilent chacun une émotion particulière, mais tous se rejoignent pour dire que cet EP est « un souvenir nostalgique d’un amour d’été ».

Éclectisme musical

Derrière Boy Racer, Gautier, un parisien âgé de 20 ans est un touche-à-tout musical. Dès son plus jeune âge, il pianote quelques mélodies au piano dans le salon familial, puis se met progressivement à jouer du violon et de la basse ainsi que de la guitare et de la batterie. Il explique : « Avec le temps, je me suis ouvert à différents styles de musique, le jazz, le rock, la pop, l’électro, le classique . Un bain musical notamment transmis par sa famille : « Mon père m’a très jeune fait écouté ses disques, à la maison, il y avait toujours un disque des Pink Floyd ou des Beatles qui tournait. 

Côté artistes, c’est par exemple Air, Serge Gainsbourg ou Metronymy qui inspirent le producteur. D’ailleurs, le nom Boy Racer provient d’un des morceaux de ce dernier groupe. Au début de ce projet, Gautier ne faisait que de la musique électronique, et a commencé, petit à petit, à y inclure des voix ainsi que d’autres instruments. Il préfère néanmoins ne pas définir son propre style : « J’aime bien dire que je fais de la pop, comme ça, ça ne catégorise pas trop ma musique, et je laisse les gens se faire leur propre idée ».

Boy Racer dévoile un EP féminin

Les voix que Boy Racer adore, ce sont celles des femmes. Il a donc choisi d’inviter ses amies, Imani, Margaux, Aliénor et Noémi à poser leur voix sur les morceaux. D’ailleurs, chacun d’eux, semble avoir « la voix qui convient », comme si les filles s’étaient imprégné de l’univers et de l’ambiance des différents titres. Ces voix, c’est un peu comme une narration à la Brigitte Bardot. À  travers leurs voix on découvre une histoire, des émotions. 

Les filles et la mer, un EP à la touche féminine, jusque dans les paroles : Gautier a également co-écrit le morceau Last Summer avec Margaux ainsi qu’Un Regard (morceau hors EP mais tout de même dévoilé le 18 décembre), avec Noémi. 

Dans le chaos des vagues

Boy Racer

« Dans cet EP j’ai voulu essayer de créer un paradoxe entre la musique qui est plutôt simple et joyeuse (sauf pour [le titre] Souvenir d’orage) et les paroles qui sont tristes ».

Dans le morceau Last Summer, Imani et Margaux chantent « I guess you really not coming back », je crois que tu ne reviendras vraiment pas. Ce titre est à lui seul vecteur du souvenir nostalgique que Gautier évoque. Un retour sur l’été passé, peut-être une rencontre qui a tout chamboulé… Mais surtout des émotions qui dansent sous les riffs de la guitare. Puis vient, Souvenir d’orage et sa voix masculine, seul titre entièrement chanté par un homme. Une instru plus sombre que les trois autres titres : « pour voir si toi et moi on pouvait encore s’aimer ». « On se regardait pas, on s’écoutait pas, on se parlait pas, on s’aimait plus, il était tant que ça cesse » révèle Aliénor dans Histoire de fesses. Puis, dans le dernier morceau, Dans le chaos des vagues, le bruit de l’eau qui s’abat sur le sable, une voix masculine susurrée, et Imani qui annonce « Dans la chaos des vagues, je me perds, je m’évade ».

Quatre morceaux, quatre histoires, mais un seul sentiment douloureux. 

L’EP de Boy Racer : « un souvenir nostalgique d’un amour…

par Amé Lie Temps de lecture : 3 min
0