J’ai eu la chance de me rendre une nouvelle fois cette année aux Eurockéennes de Belfort. Depuis maintenant 5 ans, je ne manque pas ce rendez-vous annuel auquel j’ai pris goût, et cela pour plusieurs raisons ! Retour sur les #Eurocks2016 et son ambiance de folie. 

Les Eurockéennes, c’est quoi, c’est où ? 

Pour ceux qui ne connaissent pas les Eurockéennes, c’est un festival de musique qui a lieu tous les ans non loin de Belfort, sur le site protégé du Lac de Malsaucy. Pour vous donner une idée, les Eurocks prennent place sur un bras de terre au milieu de l’eau. Il y a quatre scènes, la Loggia, la Greenroom, la Plage et la Grande Scène. Sur ces différentes scènes se succèdent des dizaines de groupes venus de partout dans le monde. Mais les Eurocks c’est aussi des engagements, des stands de préventions, des goodies, des stands de nourritures de toute sorte, etc etc. 

eurocks eurockéennes 2016 malsaucy
Le site du Malsaucy accueillant les Eurocks
debout dans la foule eurocks 2016
Debout dans la foule, l’ambiance est chaude aux Eurockéennes de Belfort

Les Eurockéennes, un festival pour qui ? 

A cette question, je répondrais : pour tous le monde ! On pourrait croire que les Eurockéennes sont un remix moins « hard » du Hellfest, mais non. Au Eurocks 2016, vous pouviez entendre du rock, du hip-hop, du métal, de la soul, de l’électro, en fait, un peu de tout. Quand, comme moi, on aime autant l’électro que le bon vieux rock, on va aux Eurockéennes, et c’est le pied. La diversité musicale est riche, et c’est d’après moi ce qui fait la plus grosse force des Eurockéennes. Cette année, on a pu rassembler dans la même journée les fans de ZZ Top et ceux de Nekfeu, les fans de MHD et ceux des Insus, ceux de Foals et Inspector Cluzo. Bref, on s’y retrouve tous, et cela donne une ambiance indescriptible. Chaque concert est un ras de marrée de foule, on danse, on cri, on pleure et on rigole. Pour le croire, il faut l’avoir vécu au moins une fois. Et croyez moi, on s’arrête rarement à la première fois lorsqu’il s’agit d’aller aux Eurocks. 

eurocks 2016
Les Eurocks, c’est pour tout le monde !
zz top eurocks 2016
Les ZZ Top, comme quoi il y en a pour tous les goûts et tous les âges !

Mes meilleurs souvenirs des Eurocks 2016

Cette année a été une année particulière pour moi, puisque c’est la première fois que j’allais aux Eurockéennes pour trois jours. Habituellement, j’y vais une voir deux journées, mais jamais les trois. Souvent, c’est parce que je ne peux pas me libérer le vendredi, parce que je n’aime pas trop les groupes du samedi, ou bien que j’ai un repas de famille important le dimanche. La majorité du temps, c’est parce que je n’ai pas les sous pour me payer les trois jours, alors j’opte pour LA journée où il y a le plus de mes chouchous. Souvent, c’est le genre de festival de musique où les pass trois jours partent comme des petits pains le dimanche matin : trop vite. Il faut vous décider vite, si vous voulez y aller les trois jours. D’ailleurs, ce qui est le plus fou, c’est que d’année en année, on retrouve souvent les mêmes personnes. Les Eurockéennes, c’est comme une grande famille d’environ 34 000 personnes chaque jour. 

foule eurockéennes 2016
Les mains en l’air et la foule déchaînée aux Eurockéennes

Donc cette année, j’ai pu voir quelques pépites que j’aimais déjà avant et que j’aime encore plus maintenant : Son Lux, Bagarre, Louise Attaque,  Foals, M83, Tame Impala…

Son Lux aux Eurocks
Son Lux qui joue « Easy » aux Eurocks 2016
louise attaque eurockéennes 2016 festival
Louise Attaque a mis le feu lors de cette édition du festival

J’ai pu découvrir de nouveaux artistes qui sont rentrés dans mes classiques : Elle King, Nathaniel Rateliff & the Night Sweats, Franck Carter & the Rattle Snakes… 

franck carter and the rattle snakes eurocks 2016 eurockéennes festival
C’est peu vous montrer de l’ambiance de feu durant le concert de Franck Carter & the Rattle Snakes

Et enfin j’ai pu vivre une ambiance de folie. Encore une fois, comme chaque année je dirais, merci les Eurockéennes d’exister. On s’y retrouve l’année prochaine ? 

Les Eurockéennes de Belfort : rock’n’roll fever !

par Marie Arduin Temps de lecture : 3 min
0