Du 5 avril au 2 septembre 2018, le Pavillon de l’Arsenal vous accueille au sein de l’exposition Habiter Mieux Habiter Plus. Cet évènement, propose une réflexion sur les modes d’habitats à Paris, au travers d’une soixantaine de projets en cours.

Une histoire du logement à Paris

Une partie de l’exposition est consacrée à l’histoire du logement à Paris depuis le 19ème siècle, moment où la population parisienne a connu une véritable croissance, en passant par les premières politiques en matière de logement du 20ème siècle, la modernisation du Paris des années 1960-1970, jusqu’au début du 21ème siècle, où commence à émerger la notion de ville durable.

Accompagnée de documents graphiques variés (coupes, plans, photographies, extraits de journaux..) qui viennent l’illustrer, cette rétrospective donne à voir la façon dont pendant toute la période allant du 19ème au 20ème siècle, la ville de Paris a connu de grandes crises du logement, avec un impératif : celui de pouvoir offrir des logements salubres et en nombre suffisant à sa population. Si aujourd’hui le ratio est de 1,6 personne par logement à Paris, et les logements insalubres semblent enfin avoir été éradiqués, on nous montre également qu’à ces enjeux se sont ajoutés d’autres, propres à notre ère, tout aussi importants. La pression foncière, associée à une demande croissante en logements, ainsi que l’émergence d’exigences écologiques, amènent donc à reconsidérer notre façon de concevoir l’habitat.

Comment habiter un Paris durable?

Les 63 projets en cours sont présentés autour des questions suivantes :

– Peut-on encore inventer du foncier ?

– Casernes, couvents, garages, bureaux : le futur de l’habitat est-il déjà là ?

– Comment construire mieux pour consommer moins ?

– Quel appartement à l’heure de l’économie du partage ?

En effet, la rareté du foncier au sein de Paris intra-muros, amène de plus en plus les architectes à opérer une forme de reconquête d’un foncier délaissé (ou qui reste encore à inventer), comme c’est le cas avec un projet de résidences étudiantes et de logements pour jeunes travailleurs qui se tiendra Porte Brancion (cabinets Hardel et Le Bihan Architectes), au-dessus du périphérique, et dont les travaux devraient débuter en 2019. En outre, la réhabilitation de bureaux, ou encore de casernes désaffectées, est de plus en plus envisagée pour pallier à ce manque. À ces enjeux, se greffent ceux de la réduction de la consommation énergétique et du cycle de vie des bâtiments, mais également les problématiques de mutualisation des espaces (par exemple les jardins, les toitures, les buanderies…), qui préfigurent un changement de rapport à la notion même de propriété au sein de l’habitat de demain. Chacun des 63 projets, illustrés par des supports divers (plans, coupes, maquettes, perspectives…), s’attache à proposer des solutions innovantes en termes d’usages, de formes architecturales, de construction, afin de répondre aux besoins de ceux qui seront les habitants du Paris de demain.

Une occasion à ne surtout pas rater (d’autant plus que l’entrée est libre) !

S.R.

Habiter Paris, habiter autrement ?

par contributeurs Temps de lecture : 2 min
0