Vendredi et samedi, se déroulait, Espace Saint Martin, le Festival du roman féminin 2017, organisé par Les Romantiques. Pour cette deuxième édition, les lectrices ont pu rencontrer des auteures comme Georgia Caldera, Sophie Auger, Sarah Clain etc… Les éditeurs étaient aussi représentés et tout cela dans un cadre très convivial. Au programme donc 14 conférences, 20 ateliers thématiques, des lectures, des dédicaces et des ateliers.

Les conférences mixtes

Le Festival du roman féminin se démarque par la qualité des conférences auxquelles on pouvait assister. 4 à 5 intervenants débattaient sur des thèmes très contemporains. Sarah Clain, Chloé Wilkox, Emilie Collins et Florence Cochet ont discuté de la difficulté d’écrire plusieurs genres. À l’heure où le numérique est partout, le secteur du livre est obligé de penser à cet enjeu. Les auteurs Angela Behelle et Céline Mancellon, et les éditrices de Milady et Publishroom ont insisté sur l’utilité de l’édition numérique. En effet, le livre dématérialisé permet souvent de faire connaître l’auteur avant de passer au papier. On ne peut pas citer toutes les conférences, il y en a eu tellement : la comédie, la romance, les formats courts, le féminisme & la romance etc… mais toutes avaient leur pertinence.

Les ateliers thématiques

La différence avec les conférences, c’est que les ateliers thématiques sont plus pointus à l’image de celui sur les couvertures. Toutes lectrices avant de lire le résumé de l’histoire commence par voir la couverture. C’est ce qui doit attirer l’œil et donner envie directement. Chloé Jeannin et Cédric Escarbelt de chez Harlequin, Pauline Reymond et Guillaume Jamet ont donc expliqué comment était choisi cet élément fort d’un roman. Est donc étudié : la spécificité du genre littéraire ici la romance et les caractéristiques physiques des personnages principaux. Il est, en effet, important de ne pas voir en couverture une rousse aux cheveux bouclées si l’héroïne est une blonde aux cheveux lisses. La cohérence en somme est primordiale ! C’était le vendredi, mais Harlequin était toujours là le samedi. L’équipe d’éditrices, sous l’égide de Karine Lanini (Directrice éditoriale du pôle romance), a ainsi expliqué le processus de sélection des manuscrits. Très intéressant !

roman féminin
Anne Angelin et Sarah Clain lors de l’atelier marque-pages

Il y a eu un atelier écriture où grâce au Boudoir écarlate les lectrices se sont essayées à la création littéraire. Celui qu’on a retenu ici est plutôt l’atelier marque-pages ! L’atelier de Koda, partenaire du Festival du roman féminin, a incité lectrices et auteures à créer un marque-page unique. L’idée est pour le moins originale : s’inspirer du livre de la romancière présente pour confectionner son objet. Par exemple pour La panthère noire de Julie Huleux, nous avions à disposition des plumes, du tissu à motif panthère, des charm’s en forme de chaussure. L’histoire, vous l’aurez donc compris à un côté « mode ». L’atelier durant 2h, nous avons, eu la chance de voir les auteures changer de table pour en découvrir toujours plus. Bien sûr, nous avons récupéré nos beaux marque-pages pour nos futures lectures.

roman féminin
Exemples de marque-pages

Le roman féminin & ses rencontres

Le Festival du roman féminin est plus intimiste que le salon du livre et permet de réelles et profondes rencontres. Autour d’une création de marque-page où lors de lectures particulières, les romancières sont très accessibles. Le principe des lectures est simple : une auteure lit un chapitre d’une de ses œuvres et le commente avec ses lectrices. Une démarche particulière, car la lecture est en général, de base, un acte plutôt solitaire. Ce qui a peut-être soulevé les foules, ce sont les 57 meet & greets. Les lectrices peuvent rencontrer de façon très informelle leurs « idoles ». Les Américaines comme Jay Crownover ont été beaucoup demandées ! Pour bien finir ce festival du roman féminin une grande séance de dédicaces a été proposé avec l’offre de 2100 livres. Les rencontres se font aussi entre les romancières. Par exemple, une anecdote amusante : Cara Connelly et Karen Hawkins ne se connaissaient et ont appris qu’elles habitaient presque à côté, en se rencontrant à la conférence « Pourquoi nous aimons les séries ».

roman féminin
Cara Connelly et Karen Hawkins

Découverte de l’édition 2017 du Festival du roman fémini…

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0