Le 29 octobre a eu lieu le coup d’envoi de l’exposition « Léonard de Vinci, Il genio ». Les secrets révélés du Codex Atlanticus » à la Pinacothèque de Paris. Mettant à l’honneur le célèbre manuscrit « Codex Atlanticus », l’exposition dévoile le talent artistique et le génie scientifique de Léonard de Vinci, inventeur mais aussi visionnaire de notre époque… 

Pinacothèque
Marco d’Oggiono, Portrait de Léonard de Vinci, c. 1515
Veneranda Biblioteca Ambrosiana, Milan, CA f. 263

Un manuscrit au destin rocambolesque à la Pinacothèque

Le Codex Atlanticus couvre presque la totalité de l’existence de Léonard de Vinci. Commencé en 1478, période où Léonard travaillait encore en Toscane, il s’achève en 1519, année de sa mort en France. Son élève, son disciple favori, Francesco Melzi, reçoit comme héritage ce fameux manuscrit qui, à l’époque de Léonard, n’était absolument pas relié… Les 1119 feuillets étaient à l’air libre, laissant place à des pertes possibles. Abandonnés à la mort de Malzi, les feuillets sont dispersés. Dessins, modèles, maquettes, schémas, prototypes, se retrouvent éparpillés aux quatre coins de l’Europe. Heureusement, l’intervention ingénieuse et miraculeuse de l’artiste Pompeo Leoni permet de sauver cet héritage. Récupérant une grande partie des feuillets, il constitue le noyau de ce que l’on connait aujourd’hui comme le Codex Atlanticus… Dernier rebondissement, l’oeuvre est pillée par les troupes françaises en 1796 et installé à Paris à la BnF jusqu’à la chute de Napoléon en 1815, avant de retourner à sa place d’origine : la bibliothèque Ambroisienne à Milan.

Pinacothèque
Léonard de Vinci, Hommes renversant des échelles de siège, c. 1480-1482, Veneranda Biblioteca Ambrosiana, Milan

Une oeuvre presque autobiographique…

Léonard de Vinci définit à lui seul l’homme universel et illustre parfaitement la définition d »Il Genio » à la Renaissance : celui qui est touché par la grâce divine. Le Codex Atlanticus semble être le témoignage le plus véritable et intime des talents artistiques et scientifiques du florentin. L’exposition nous permet de découvrir, feuillet par feuillet, l’esprit perspectiviste, mais aussi imaginaire de De Vinci. Chaque feuillet exposé est précisement expliqué, détaillé afin de comprendre en quoi Léonardo Da Vinci était un génie. Un génie à son insu certe, mais un géni qui révolutionna son temps. Le commissaire d’exposition, Marc Restellini, cherche à mettre en avant l‘esprit mathématique qu’avait l’artiste, se consacrant à beaucoup d’études de perspectives. Inventeur, il anticipe les siècles à venir, et conçoit les prototypes de nombreuses machines  tel que le char d’assaut, la catapulte à fronde, ou encore le « modeste » vol mécanique, ancêtre de l’avion…

Pinacothèque
Élie Azoulay d’après Léonard de Vinci, Char d’assaut, Maquette historique en réduction, XXè siècle. Château du Clos Lucé – Parc Leonardo da Vinci
© Photo: Léonard de Serre

Cette exposition, ouverte jusqu’au 31 janvier 2016, se doit d’expliquer au spectateur l’origine de cette notoriété due à De Vinci, qui ne fut pas instantanée à l’époque. Elle démontre avec force le fait que la peinture n’était que l’une de ses nombreuses activités. Sa dextérité picturale ne serait en fait que le fruit des multiples talents…

Caroline Cuny

Informations :

Exposition ouverte jusqu’au 31 janvier 2016 

Musée de la Pinacothèque, 28 place de la Madeleine, 75008 Paris

Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h.

Nocturne les mercredis et vendredis jusque 20h30

 

Le génie « De Vinci » s’expose à la Pinacothèque

par Caroline Cuny Temps de lecture : 3 min
1