Destinée à récompenser la culture française, de la littérature au cinéma en passant par le théâtre, la 11ème cérémonie des Globes de Cristal en direct du Lido ce lundi 30 janvier, n’a pas convaincu. La cérémonie diffusée sur C8 à partir de 23h30 était animée par Estelle Denis et Artus qui ont peiné à pallier les nombreux malaises. 

Le sourire tendu, la démarche hésitante, Estelle Denis accompagnée du comédien Artus descendent les marches de la scène du célèbre cabaret, le Lido, ce lundi 30 janvier. Pour cette 11ème cérémonie des globes de cristal le ton est donné dès les premières minutes : rien ne marchera comme prévu.

Un début périlleux 

Première difficulté lorsque les deux animateurs appellent en vain le président d’honneur Olivier Dassault qui tarde à les rejoindre alors que Laurent Baffie s’amuse à leur jeter des quignons de pain. L’ambiance s’annonce potache. Pourtant les couacs à répétition et le ton coincé d’Estelle Denis qui tranche avec les vaines tentatives d’Artus pour dérider l’atmosphère plonge le spectateur dans un malaise durable. A défaut d’Olivier Dassault et la cérémonie prenant du retard, comme le répète l’animatrice à de nombreuses reprises, c’est la présidente du jury Catherine Deneuve qui vient annoncer l’ouverture des Globes de Cristal. Mais nouveau faux pas, « mademoiselle Catherine Deneuve », qui semble tenir à ce titre tant les présentateurs le martèlent, coince son talon dans sa longue robe. Ce qui aurait pu se transformer en gag alors qu’Artus tente de délivrer le pied de l’actrice, n’est qu’un énième moment de malaise. Une fois arrivée au pupitre, non sans mal, c’est maintenant le micro qui fait des siennes. Ce dernier refuse de fonctionner et les rires gênés d’Estelle Denis traduisent l’embarras qui s’est définitivement installé sur le plateau.

 

Après un bref discours d’Olivier Dassault qui a retrouvé le chemin de la scène, les deux animateurs enchaînent rapidement avec le prix de la meilleure interprète de l’année : Imany pour The wrong kind of wa. Et les remises des Globes de cristal, vont s’enchaîner rapidement.

Meilleur interprète pour Julien Doré, meilleure comédie musicale pour « Résiste », meilleur one man show pour Bruno Salomone, ou encore meilleur roman pour Gaël Faye et son Petit Pays. Et tous les moments sont bons pour la promotion. Les artistes venus remettre un prix ne se privent pas pour mettre en avant leur propre actualité de manière plus ou moins fine.  

Malgré la bonne volonté d’Estelle Denis et d’Artus, la soirée ne décolle pas et les tweets moqueurs se déchaînent.

Même Omar Sy pourtant rodé à l’exercice semble peu à son aise sur la scène du Lido. Seule la prestation de Fabrice Luchini, fidèle à son surréalisme intrinsèque et récompensé pour son spectacle « Poésie ? » parvient à faire lever le public. La cérémonie s’achève dans la nuit laissant le gout amer des soirées auxquelles on regrette d’être allé.

Coline Vazquez

Les Globes de cristal 2017, entre culture et malaise

par contributeurs Temps de lecture : 2 min
0