Nous avons tous des idoles parentaux que nous avons découvert in utero et qui nous ont toujours suivi. Quand pour certains, la messe était dite par Johnny Hallyday ou Jean-Jacques Goldman, moi j’étais bercée par les paroles de Gogol Premier. Impossible pour moi de ne pas vous faire découvrir ce personnage atypique qui gagne à être connu.

Gogol Premier : la genèse

Gogol Premier
Gogol Premier © Margaux Dezandre

Avec des titres provocateurs tels que J’encule ou Adolf mon amour, Gogol Premier est incontestablement un artiste majeur du mouvement punk français. Il fut l’un des premiers à oser TOUT dire. Le 23 septembre 1982, alors qu’il joue dans les locaux de Hara-Kiri (ancêtre de Charlie Hebdo), il se fait remarquer par le label New Rose. Son premier LP sortira dans la foulée. En 1983, il fait également une apparition dans Tchao Pantin. Malheureusement, sa poésie et son art reste parfois incompris : « T’es un mec bien, Gogol, mais beaucoup de gens te détestent parce qu’ils ne te comprennent pas. Ils s’arrêtent à la première image que tu dégages, sans chercher à aller au fond des choses. Au moins, tu ne laisses pas indifférent, c’est déjà pas mal ! » (Gogol Premier, Confessions).

Gogol Premier : un homme engagé

Avec Gogol Premier, il faut se méfier des apparences. Sous son air parfois clownesque, se cache en fait un homme plein de convictions. Si ses chansons sont là pour foutre le bordel, il souhaite aussi y faire passer des idées : « Les chansons c’est des armes, c’est plus puissant que des kalachnikovs » (Gogol Premier, F’HR l’entrevue).

Gogol Premier
Gogol Premier © Déjà Vu

Le chanteur se plaît à se moquer de nos représentants politiques. En 1995, il se présente lui-même à l’élection présidentielle mais ne parviendra malheureusement pas à récolter les signatures et l’argent nécessaires pour valider sa candidature. En 2002, après avoir fredonner un peu trop fort sa chanson Le petit zizi de Sarkozy, il reçoit la visite d’huissiers peu commodes : « Les artistes, c’est plein de fric. Il est où ? Et la drogue, elle est où la drogue ? Les artistes, ça se drogue ! » (Gogol Premier, Confessions). Ils repartiront finalement avec l’ensemble de sa collection d’œuvres d’art qu’il finira par récupérer après un long procès. En 2007, il s’engage clairement en faveur de Ségolène Royal parce que « c’est pas possible de se retaper Sarkozy » (Gogol Premier : portrait d’un punk citoyen, Les Inrocks). Cette même année, il écrit une lettre ouverte à la candidate socialiste pour lui parler de son projet de « politique nouvelle de la culture contre les courants qui favorisent une pensée unique dictée par les multinationales et le Médef qui produisent des artistes sans odeur sans saveur, des clones transgéniques ». En 2008, il compose Mafia break, une chanson inédite à l’attention de Nicolas Sarkozy. L’artiste explique clairement à son rival de longue date : « On ne me fera jamais taire, même à coup de revolver ».

Gogol Premier aborde finalement de nombreux thèmes dans ses chansons : l’écologie (Tchernodebile), la léthargie ambiante (La danse des cloportes) ou encore la religion (Et si Dieu n’était pas un sujet sérieux ?). De quoi faire un beau programme pour 2017 ?

Comme je vous le disais : avec Gogol Premier, il faut se méfier des apparences… Lui qui scande « Je suis carnivore, qu’importe si j’ai raison ou tord » (Gogol Premier, Carnivore) est en fait végétarien !

Alors que je vous parlais il y a quelques mois de l’influence des grands patrons sur la transmission des messages dans l’espace médiatique, nous pourrions légitimement nous demander comment un autre artiste pourrait aujourd’hui en faire autant ? Gogol Premier, lui, a trouvé la solution : collaborer avec des journalistes indépendants et auto-produire la plupart de ses disques. Sa liberté de parole est ainsi préservée pour notre plus grand bonheur.

Medium, le nouvel album

Gogol Premier
Gogol Premier © John Van Der Valk – Déjà VU

Le nouvel album Medium débarquera prochainement dans les bacs : l’occasion rêvée pour vous de (re)découvrir cet artiste protéiforme qui n’a pas cessé de se réinventer à chaque album, sans jamais se perdre.

Gogol Premier s’est retiré dans les bois pour méditer, et il revient avec un nouvel album et un spectacle Medium. Trois voyants pour faire voyager le public et lui apporter des sensations nouvelles, télépathie, télékinésie, transmission de pensée, improvisation et chansons. C’est un trio magique et ludique où il chante, danse et joue de la batterie avec deux musiciens habités par des super–pouvoirs, John van der Valk et Zézette, dont la mission est de tenter de sauver la planète du pouvoir matérialiste.

 

À la découverte de Gogol Premier, Pape du punk français

par Aude Norguin Temps de lecture : 3 min
0