Diane Peylin fait son grand retour aux éditions Les Escales pour cette rentrée d’hiver 2018. Avec son cinquième roman, La Grande Roue, l’auteure signe une histoire très forte. Autour d’Emma, David, Nathan et Tess, le mystère est entier. Qui sont-ils ? Que leur a réservé la vie ? Ont-ils un lien ? Autant de questions qui révèlent une trajectoire bien particulière.

L’histoire de La Grande Roue

Été 1986. Emma, 19 ans, les cheveux flamboyants, rencontre Marc au pied d’une Grande Roue. Elle est si jeune, il est si fort. C’est une histoire d’amour qui commence, autour d’une barbe-à-papa, les pieds dans le sable. Une histoire intense. Vitale. Mais ce « Il était une fois » se transforme bientôt. Et le conte de fées devient celui de l’ogre et de la poupée. Au côté d’Emma, il y a Tess dans la nuit, David en haut d’une montagne et Nathan dans un bureau de flic. D’autres personnages pour d’autres destins – d’autres chaos. Les ruptures de chacun les ont isolés du reste du monde. Ils marchent. Chacun à leur rythme, ils marchent. À la recherche de leur identité. Tels des ombres dans la nuit, dans la vie.

Diane Peylin toute en délicatesse

Avec une grande roue comme phare, Diane Peylin emmène son lectorat dans une histoire bien singulière. Chaque chapitre parle d’un personnage et les destins des uns semblent bien différents des autres. Il faut du temps pour comprendre cet enchevêtrement de chemins. Dans une lente avancée, l’auteure nous emmène au-delà des apparences. Elle construit peu à peu l’histoire d’Emma qui paraît la plus fournie tout d’abord et on comprend par la suite pourquoi. Cette jeune fille est l’origine de tout. David, Nathan et Tess ne sont que des conséquences. Derrière ce roman au rythme pesant, on pourrait être désorienté, à l’image de Tess, mais il ne faut pas perdre de vue l’essentiel : ce qu’il dénonce. La Grande Roue parle avec subtilité des violences faites aux femmes et de la perversité du vice : « Les jours et les semaines passent et cette routine se confirme. Insultes et raclées pour plus de câlins et de mots tendres ». L’auteure sait alterner moments nostalgiques et crus qui bouleversent.

Tous les mardis et vendredis, nos rédactrices de la rubrique littérature vous parlent d’un livre qu’elles ont aimé. Ne tardez plus, allez découvrir nos autres chroniques !

Diane Peylin et le mystère de La Grande Roue

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0