Dans cette rédaction, on est tombé amoureux de Battista Tarantini avec Jeu Set Match et on continue de la suivre. La sortie, le 11 janvier, de son nouveau livre chez Hugo Roman était donc un événement à ne pas louper pour nous. Dans HEROES, l’auteure raconte l’histoire de Grace et Z en Australie. Une romance pas comme les autres qui saura plaire !

Battista : la fileuse d’amour

Battista Tarantini, c’est une plume singulière qui pourrait écrire des romans de 1000 pages qu’on ne s’en lasserait tout de même pas. Les lectrices de romance n’ont jamais peur de passer beaucoup de temps avec leur HEROES de toute façon. Le roman de Battista Tarantini fait 480 pages, mais il se dévore aussi rapidement qu’une crêpe. Il se passe tellement de choses en un mois, preuve de la richesse d’écriture de l’auteure. HEROES est une romance dont la tension dramatique s’intensifie au fil des pages, où les personnages principaux luttent pour ré apprendre à aimer. L’histoire est racontée du point de vue de Grace, mais par petites touches nous avons aussi celui de Z, le personnage masculin. Grace parle du présent, car elle a peur de vivre et de ce qui va lui arriver alors que Z se raconte au passé. Cette valse entre les deux temporalités ajoutent au mystère narratif. Sans rien dévoiler, il y a, en effet, des rebondissements tout au long du livre. Battista Tarantini ne s’est pas contenté d’un soap amoureux niais, l’éclat final dérange le lecteur et apporte le piquant qui fait la différence. Que ce soit après une greffe du cœur ou après la perte d’un être cher, HEROES aborde le sentiment de culpabilité du survivant. En abordant ces sujets peu communs dans une romance, l’auteure apporte une touche de nouveauté à un genre éculé.

LOVE : the super power of HEROES

Quand on demande à Battista Tarantini pourquoi appeler son livre HEROES, elle répond : « Parce qu’il est question de Comics et de personnes ordinaires qui se découvrent des pouvoirs, mais qui en rejettent d’autres aussi. Parce que c’est une histoire d’amour entre super-héros », voilà qui donne le ton ! Dans HEROES il est question de Superman, mais aussi de Wolverine ou encore Batman : « En réalité Grace tu veux réconcilier Batman et Robin ? ». Le parallèle entre les deux personnages principaux et les super-héros est savamment dosé. Grace et Z aiment les comics et trouvent ainsi une certaine manière de communiquer. Ils doivent apprendre à s’apprivoiser et si Grace est plus démonstrative que Z, elle a les pieds sur terre. Elle n’est pas Wonder Woman, mais elle réapprend à vivre après avoir côtoyé la mort de près. Battista Tarantini, décrit une héroïne plutôt lucide : « Z est avec moi, je suis en sécurité, victime du syndrome débile de la demoiselle en détresse énamourée » (P177). Si l’amour rend aveugle et fait vivre au pays des Bisounours, très peu pour Grace : « Dans un film romantique, c’est à cet instant-là que le héros change, ébranlé d’avoir manqué de perdre la femme de son cœur. Mais pas Z. Z est égal à lui-même » (P420). La rencontre entre « le mec foutu et la fille abimée » a fait des étincelles pour devenir une magnifique histoire d’amour dont la plume de Battista Tarantini a le secret. On laissera le mot de la fin à Z : « Je suis juste un mec ordinaire qui est tombé amoureux d’une fille extraordinaire, sous la pluie ».

Tous les mardis et vendredis, nos rédactrices de la rubrique littérature vous parlent d’un livre qu’elles ont aimé. Ne tardez plus, allez découvrir nos autres chroniques !

HEROES : Battista Tarantini nous entraîne dans le vortex de l&rs…

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0