3 ans après le premier Insaisissables les attentes étaient élevées. En 2013, la magie avait bien opéré, le film ayant engrangé plus de 350 millions de dollars pour un budget de 75 millions. La suite des aventures des Cavaliers dépasse même notre imagination.

Vous regardez mais ce que vous faîtes réellement c’est analyser, interpréter, essayer de comprendre. Mon travail ? Prendre – le cadeau le plus précieux que vous m’avez fait – votre attention, et l’utiliser contre vous.

Inception

Si vous avez vu le premier Insaisissables ou juste au cas où vous auriez oublié, la citation vient de J. Daniel Atlas, incarné par Jesse Eisenberg. Pourquoi l’avoir reprise ? Parce que nous le savons depuis le début, mais qu’il ne faut pas cesser de le répéter, mesdames et messieurs faites attention à ce que vous voyez ! Je vais même citer un autre acteur du film. Michael Caine, à propos du second Insaisissables : « Ce film est un peu comme un tour de magie à lui seul. On passe son temps à chercher à comprendre ce qui se passe, mais ce n’est que vers la fin qu’on en perce les secrets ». Inception, en anglais, signifie création, cela peut donc paraître paradoxal pour un deuxième volet, mais pas tant que ça vous verrez. La scène d’ouverture du film installe l’histoire là où tout à réellement commencé. Si Lionel Shrike n’était pas mort, il n’y aura pas eu de vengeance et pas de Cavaliers. Insaisissables 2, commence donc par le tour de magie raté du père de l’agent Dylan Rhodes. Avant cela on a le droit à un petit récapitulatif de l’opus précédent. Morgan Freeman, aka Thaddeus Bradley, est toujours là pour exposer les Cavaliers. Il explique, dès les premières minutes, comment il a été emprisonné. Ses propos raisonneront en écho créant un parallèle entre le début et la fin du film. Sa devise « Œil pour œil » est à garder en tête. Alors que le film Inception peut donner la migraine, avec Insaisissables, la magie exposée est compréhensible. Sans rien dévoiler, je peux vous dire que vous n’aurez pas vu la fin arriver même s’il suffit de tirer le fil.

Cavaliers Insaisissables
Thaddeus Bradley. Photo by Jay Maidment

Une multitude de Cavaliers

De base, les Cavaliers étaient de nombre de quatre : J. Daniel Atlas, Jack Wilder, Henley Reeves et Merritt McKinney. 4 comme les quatre Cavaliers de l’Apocalypse ça faisait bien. Suite à la grossesse de l’actrice Isla Fisher incarnant Henley, il fallait trouver une autre femme. Laissez-moi vous dire que le personnage de Lula, est magique sans mauvais jeu de mots. Lizzy Caplan, prend la relève brillamment et devient un des 4 Cavaliers. Être la petite dernière n’a pas semblé la déranger, ses scènes étant les plus drôles comme vous avez pu le remarquer dans le trailer. Un des Cavaliers va même voir double. Dans Insaisissables 2, vous allez faire la rencontre de Chase McKinney, le frère jumeau de Merritt, le mentaliste. Ce personnage est un vrai trublion. On assiste ici à l’émergence d’un 5e homme, il y aura 5 Cavaliers à l’avenir, en témoigne le show final où Dylan sera sur scène. Est à souligner aussi, la bonne performance de Daniel Radcliffe qui joue le Cavalier maléfique.

Cavaliers Insaisissables
Lula, la 4e Cavalière. Copyright Concorde Filmverleih GmbH

Les Insaisissables magiciens

Au milieu du film je me suis fait la réflexion qu’il y avait moins de magie que dans le premier volet mais avec le recul ce n’est pas le cas. L’effet Inception je vous dis ! « La magie est une imposture, mais une imposture dont l’unique but est de divertir et de faire rêver » et ce fut le cas pendant 2h. Je vous le concède, la scène où ils essayent de récupérer la puce électronique est juste trop longue et plutôt lourde. On a envie de leur dire oui on a compris vous jouez avec des cartes quoi ! Toutefois le plus important est le grand show final et là on en a pour son argent. Walter Mabry, le personnage joué par Daniel Radcliffe a dit : « Dans un univers totalement surveillé la liberté c’est de ne pas être vu ». Il a bien raison surtout quand on voit J. Daniel Atlas disparaître en se jetant dans une flaque d’eau…

Le réalisateur, Jon M. Chu a fait travailler ses acteurs avec des magiciens pour avoir le meilleur rendu possible. Les acteurs ont ainsi participé à un séminaire de magie quelques semaines avant le tournage afin d’acquérir, notamment, la bonne gestuelle. Mark Ruffalo s’est initié au métier de cracheur de feu tandis que Daniel Radcliffe peut produire le jeu de cartes du film sans regarder ses mains. Dave Franco, quant à lui, peut envoyer une carte à l’autre bout de la pièce et atteindre une cible. Lizzy n’est pas en reste non plus, elle arrive à faire surgir une carte de sa veste, de sa main ou même de ses cheveux. Pour l’anecdote, le personnage de Li, est interprété par Jay Chou, qui est lui-même une star en Chine où il fait des tours de magie à la télévision.

Cavaliers Insaisissables
Jack Wilder jouant aux cartes. Photo by Jay Maidment

Des Cavaliers toujours aussi Insaisissables

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 4 min
0