Ce vendredi soir, la flamme olympique s’allumera sur le mythique stade Maracana et brillera pendant plusieurs semaines, à l’occasion des Jeux Olympiques (5-21 août) et Paralympiques (7-18 septembre) de Rio de Janeiro. L’occasion idéale pour faire le point sur les chances de médailles françaises, les grandes stars de ces Jeux et les anecdotes autour de cet événement tant attendu.

Avant toute chose, prévoyez de nombreuses grasses matinées pendant le mois d’août, si vous comptez suivre l’événement derrière votre ordinateur ou votre poste de télévision. En raison du décalage horaire avec le Brésil, qui est de 5 heures, les grandes finales seront diffusées en plein cœur de la nuit, notamment la finale du 100m qui aura lieu à… 3h25 heures du matin, heure française. Les cérémonies d’ouverture et de clôture débuteront à minuit pour un show d’environ trois heures. C’est le prix à payer pour tous les passionnés de sport, et il faut se dire que c’est encore pire si on vit au Kazakhstan ou en Inde.

Qui sera le dernier porteur de la flamme olympique ? C’est une des questions qui agitent les médias. La flamme olympique est partie en avril 2016 d’Olympie, a fait un petit tour du monde et a entamé son périple au Brésil début mai. Le dernier porteur de la flamme, n’est connu qu’au tout dernier moment. Plusieurs spécialistes parient sur deux personnalités sportives brésiliennes : le Roi Pelé, mythique joueur de football brésilien ou Gustavo Kuerten, le tennisman chouchou du public français, qui a beaucoup œuvré pour l’organisation des Jeux Olympiques au Brésil. Pour le savoir ? Rendez-vous entre 2h30 et 3 heures du matin, vers la fin de la cérémonie d’ouverture.

Les chances des Bleus en solo aux Jeux Olympiques

Athlétisme

Renaud Lavillenie aux Jeux Olympiques
Renaud Lavillenie, le regard tourné vers les sommets.

En saut à la perche, Renaud Lavillenie, détenteur du record du monde de sa discipline depuis le 15 février 2014 avec un saut à 6m16 et champion Olympique aux Jeux de Londres en 2012, sera très attendu le 15 août. En course, sur l’épreuve reine du 100m, personne ne semble pouvoir détrôner Usain Bolt mais il faudra quand même faire attention à Jimmy Vicaut. Il devrait être un sacré outsider au vu des chronos qu’il a réalisé cette année. Il a battu en juin son propre record d’Europe en 9 secondes 86. S’il passe toutes les phases de qualification pour se hisser en finale du 200 m, Christophe Lemaître sera à surveiller. L’Essonnien Pascal Martinot-Lagarde fait partie des favoris sur 110m haies, tout comme Mahieddine Mekhissi, deux fois vice-champion olympique en 2008 et 2012 sur 3 000m steepleBenjamin Compaoré aura une chance de médaille en triple-saut ainsi que Mélina Robert-Michon au lancer de disque.

Natation

Florent Manaudou aux Jeux Olympiques
Florent Manaudou compte bien conserver son titre olympique

Deux nageurs français sont attendus au tournant à Rio. En 50 mètres nage libre, Florent Manaudou doit défendre son titre olympique obtenu aux Jeux de Londres et, a priori, il a toutes les chances de finir sur le haut du podium puisqu’il est invaincu sur cette distance depuis 2 ans. Légère inquiétude tout de même, ses derniers chronos, notamment aux Championnats d’Europe ne sont pas à la hauteur d’une médaille d’or. Sur 50m nage libre et 100m dos, l’équipe de France peut compter sur Camille Lacourt pour glaner une médaille voire le titre olympique. Après un petit passage à vide ces derniers temps, le nageur français semble être revenu au meilleur niveau, ce qui est de très bon augure pour les Jeux de Rio. Il faudra également surveiller l’équipe du relais 4x100m, championne olympique en titre, et la jeune nageuse en eau libre 10km, Aurélie Muller, championne du monde en 2015 et championne d’Europe en 2016, entraînée par un certain Philippe Lucas.

Judo

Teddy Riner aux Jeux Olympiques
Teddy Riner sera le porteur du drapeau français lors de la cérémonie d’ouverture

Au niveau des arts martiaux, les chances françaises de médailles sont nombreuses, notamment avec le porte-drapeau de la délégation olympique française, Teddy Riner. Dans sa catégorie, les plus de 100 kg, rien, absolument rien ne semble pouvoir empêcher le Guadeloupéen de se hisser sur la plus haute marche du podium lors de ces Jeux. Champion olympique en titre, il domine les championnats du monde depuis 2007, avec huit titres décrochés plus cinq au niveau européen. En -63kg dames, il faudra compter sur la judokate valdoisienne Clarisse Agbegnenou qui va découvrir, à 23 ans, la ferveur des Jeux Olympiques. Ses chances de médailles sont sérieuses au vu de son palmarès, championne d’Europe en 2013 et 2014. 

Les autres chances de médailles : François Pervis (cyclisme sur piste), Julien Absalon (VTT), Pauline Ferrand-Prévot (VTT et cyclisme sur route), Kevin Mayer (décathlon), Yohann Diniz (50km marche), Tony Yoka (boxe +91kg), Billy Besson et Marie Riou (voile), Charline Picon (planche à voile), Sébastien Combaut (kayak), Gauthier Grumier (escrime catégorie épée), Vincent Luis (triathlon), Jean Quinquampoix (pistolet 25m), Walide Khyar (judo -60kg), Gévrise Émane (judo dames -63kg), Audrey Tcheuméo (judo dames -78kg), Simon Délester (équitation).

Une fête pour les sports collectifs ?

Handball aux Jeux Olympiques
Les Experts défendront leur titre olympique à Rio

De très nombreux sports collectifs français vont être à l’honneur à l’occasion de ces Jeux Olympiques de Rio, à commencer par le Handball masculin. Dans cette discipline, les Bleus dominent le monde depuis plusieurs années et vont tenter de conserver leur double titre olympique (ils ont été sacrés en 2008 et 2012). L’équipe a connu un vide en 2013 avec une 6e place aux championnats du monde, mais semblent avoir repris le taureau par les cornes avec un titre européen décroché en 2014 et un titre mondial en 2015. Les Experts sont toujours là. L’équipe féminine va tenter de s’inspirer des hommes pour essayer de décrocher une médaille pour leurs 5es Jeux consécutifs.

Basket aux Jeux Olympiques
Après l’Euro 2015, les basketteuses vont défendre leur titre de vice-championne olympique.

Le Basket-ball sera aussi à la fête, tant chez les hommes que chez les femmes. Il sera très difficile pour l’équipe masculine de bousculer la hiérarchie et de battre l’équipe américaine, grandissime favorite du tournoi. Au vu du manque d’expérience ou du faible palmarès des autres équipes, excepté l’Espagne, les coéquipiers de Tony Parker ont tout de même de grandes chances de décrocher une belle médaille d’argent ou de bronze. Même chose chez les femmes. Là aussi les Américaines sont les grandissimes favorites, l’équipe de France tentera de défendre son titre de vice-championne olympique obtenu à Londres en 2012, mais devra faire sans Cécile Dumerc, contrainte à déclarer forfait sur blessure.

Football aux Jeux Olympiques
Le rêve olympique des footballeuse va-t-il prendre forme ?

L’épreuve féminine de football a déjà commencé, deux jours avant la cérémonie d’ouverture. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’équipe de France a démarré sur les chapeaux de roue. En effet, Camille Abily et ses coéquipières se sont largement imposées face à la Colombie, 4-0, confirmant ainsi leurs chances de médaille. Les Japonaises, vice-championnes olympique en titre, n’étant pas qualifiées à Rio, il faudra se méfier des États-Unis, du Canada et de l’Allemagne.

Volleyball aux Jeux Olympiques
Les volleyeurs brilleront-ils aussi ?

En volleyball, c’est un véritable conte de fées qui se poursuit pour l’équipe de France masculine. Au plus profond de l’élite mondial de la discipline pendant plusieurs années, les Bleus connaissent une ascension fulgurante depuis 2014. Alors qu’ils venaient de retrouver leur place au sein de la Ligue Mondiale, ils en terminent champion en 2015 avant d’enchaîner avec un titre européen la même année. Pour les Jeux Olympiques, les hommes du coach Laurent Tillie, avec notamment Earvin Ngapeth comme meneur de jeu, vont faire face à du lourd en phase de poule en affrontant l’Italie, le Brésil et les États-Unis, qui figurent parmi les favoris. Mais c’est bien face à cette concurrence qu’ils ont été champions du monde, alors pourquoi pas un titre olympique cette année ?

Est-ce enfin l’année olympique idéale pour le tennis français ? Les chances de médailles françaises sont réelles en double messieurs. Pendant un moment, la paire Nicolas Mahut – Pierre-Hugues Herbert ne savait pas si elle allait pouvoir prendre part aux Jeux Olympiques. Finalement, la fédération internationale de tennis a donné son feu vert, permettant ainsi à la France d’être dotée de l’une des meilleures paires de joueurs au monde. La paire féminine Caroline Garcia – Kristina Mladenovic, qui a remporté Roland-Garros cette année, sera également de la fête avec une belle chance de médaille là aussi.

Les coulisses de ce Rio olympique

Les réfugiés ont leur bannière. À l’occasion des Jeux Olympiques à Rio et en raison du contexte géopolitique délicat au Moyen-Orient, une délégation d’une dizaine d’athlètes réfugiés vont concourir sous la bannière olympique. Ces athlètes, originaires de Syrie, de la République démocratique du Congo, d’Éthiopie et du Sud-Soudan, ont été sélectionnés par le Comité International Olympique pour représenter les très nombreux migrants du monde entier, fuyant leur pays en guerre. À noter entre autres l’histoire de la nageuse d’origine syrienne Yusra Mardini, qui a fuit son pays en traversant la Méditerranée. Son embarcation de fortune prenant l’eau, elle l’a poussée à la nage avec sa sœur vers les côtes turques. 

Le village olympique déserté par les Australiens. Les athlètes français sont récemment arrivés au village olympique et semblent s’y sentir bien. Néanmoins, plusieurs problèmes ont été soulignés par d’autres délégations comme des fuites d’eau, des problèmes d’électricité et même des vols. À tel point que la délégation australienne, arrivée beaucoup plus tôt, a décidé de faire évacuer ses athlètes du village olympique. À part ça, sur le village olympique, chaque athlète aura droit à 42 préservatifs. Plus d’excuses pour ne pas sortir couvert.

Une athlète paralympique veut mettre fin à ses jours après les épreuves de septembre. C’est la volonté de l’athlète belge Marieke Vervoort, spécialiste du 100 mètres fauteuil, dont elle est championne olympique en titre. Âgée de 37 ans, elle prévoit de mettre un terme à sa carrière à l’issue des Jeux Paralympiques et prévoit même de se faire euthanasier. Atteinte d’une maladie dégénérative qui paralyse ses jambes, la souffrance est quotidienne pour cette athlète, qui réussit à surpasser la douleur avec le sport. 

Le bassin pour l’épreuve de natation en eau libre polluée. Les triathlètes et les nageurs en eau libre vont participer à leurs épreuves respectives autour de la célèbre plage de Copacabana. Seulement, l’eau de la baie de Rio serait extrêmement polluée, ce qui poserait un problème évident de santé pour les athlètes. Même chose sur le lagon Rodrigo de Freitas où se dérouleront les épreuves d’aviron. Les Jeux Olympiques nagent en eau trouble avec cette affaire.

Jeux Olympiques de Rio : À vos marques, prêts, partez !

par Romain Lambic Temps de lecture : 8 min
0