Rencontre avec le beatmaker nancéien LA FARINE. En tant qu’artiste solo, membre d’un groupe et d’une association, Arno sort son premier EP dans quelques jours.

Mes débuts en Beatbox

« Ayant toujours été attiré par la musique, j’ai commencé à faire du Beatbox à l’âge de mes 12 ans, à Beaune, une petite ville de Bourgogne. Pour pouvoir enregistrer mes beats, et donc commencer à composer concrètement, j’ai acheté mon premier Loop Station. Cependant, ce matériel étant très limité, cela ne suffisait pas : il mʼen fallait plus pour pouvoir explorer ma créativité. J’ai pris la décision d’investir au fur et à mesure dans du matériel plus complet pour les musiciens confirmés. C’est de là que tout a commencé : j’ai appris les bases seul sur mon bureau, en explorant les toutes les capacités numériques de ma Pad et de ma Maschine MK1. »

Mon arrivée sur Nancy

« Sur Nancy depuis mai 2016, jʼai pris énormément de contacts au fur et à mesure du temps passé ici : artistes, musiciens, chanteuses, etc. Grâce à ces rencontres, nous avons monté notre premier groupe nommé The Silcy Souls par lʼassociation Nasty Family. Parce que oui, entre temps, nous avons aussi monté une association d’événements culturels à Nancy et ses alentours.

Mais, plus en détail, c’est en ayant accosté 3 inconnus à lʼarrêt de tram Point central que j’en suis ici, aujourd’hui. Le feeling est tout de suite passé, nous avons commencé à parler musique, et tout s’est installé naturellement. Notre groupe s’est formé ; avec Naïm à la guitare, Ugo au piano, Damien à la basse, Pauline au chant, et moi aux Pads pour faire tout ce qui est rythmique. »

Lapremièrereprésentationpublique

« Nous avons décidé de nous produire publiquement dans les rues de Nancy durant la fête de la musique de juin 2016, soit deux mois après mon arrivée. Nous y avons joué 3 morceaux pendant 3h devant le Café des artistes. Pour une première fois, ce fut bien au-delà de nos espérances. De ce fait, nous nous sommes rendus compte que c’était le point de départ de notre aventure, et nous en avions profité pour bondir. Nous avons joué au festival Epi Curieux au mois de mai 2017, et s’en suit encore une fois la fête de la musique, puis le Festival international de théâtre de rue à Aurillac.

Plus tard, j’ai croisé la route de Zooin, un rappeur qui venant tout droit de Châlons-en-Champagne. Il m’a proposé de faire des instrumental pour lui : chose que je n’avais encore jamais faite. Nous avons donc travaillé ensemble pour sortir Silence au mois de janvier 2017. Et aujourd’hui nous avons pour projet de sortir son prochain EP. »

Beatmaker : mon premier EP 

« Alors pourquoi faire du Lofi, du Jazz, ou encore du Hip-hop ? Ces artistes dont Kaytranada, Memorecks, Sango, Nujabes et Chromadadata qui m’ont énormément inspiré sur toutes les productions que jʼai faites jusqu’ici. Car je fais ça seulement par loisir, rien de plus. Néanmoins, tout ceci commence à prendre une bonne partie dans ma vie depuis que jʼai commencé a travailler sur mon premier EP DOCKER en tant qu’artiste solo La Farine, composé de 8 titres qui sortira le 10 décembre 2017. Il sera trouvable sur mes réseaux sociaux.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont mises au défis d’en faire un en moins de deux mois, soit de partir à zéro. Et plus particulièrement l’équipe qui m’a permis de le réaliser : Okala, Le Pape, et Alain Becret (producteur), qui a réussi à masteriser tous les titres que jʼai produit. Mon expérience sur les réseaux sociaux m’a aussi été d’une grande aide pour me faire connaître, et surtout pour me fixer des objectifs. »

Facebook : La Farine
Instagram : @lafarinechill
Youtube : LA FARINE

Manon

Portrait de LA FARINE : beatmaker nancéien

par contributeurs Temps de lecture : 3 min
0