Le travail d’Éric-Emmanuel Schmitt ne se retrouve pas uniquement dans les rayons des librairies, car il est aussi directeur artistique du Théâtre Rive Gauche, une structure parisienne dirigée par Bruno Metzger. Une position qui permet au Franco-belge de proposer la mise en scène de ses textes, dont Le Chien. Car, oui, il reste avant tout un écrivain de grand talent dont les textes, pas toujours destinés au théâtre, savent pourtant s’adapter parfaitement à la scène.

Le Chien, mais quel chien ?

Le docteur Samuel Heymann n’a eu qu’une vie, mais quatre chiens. Des beaucerons, qui l’ont accompagné à chaque instant. Même sa fille pense ne pas l’avoir connu autant qu’eux. Il est pourtant désormais trop tard pour apprendre à le connaître puisque le docteur vient de se donner la mort après que son dernier chien se soit fait écraser par une voiture. « Assassiner », selon son maître. Et celui-ci ne l’a tellement pas supporté, qu’il s’est assassiné à son tour. Mais l’explication à cette mort pourrait bien remonter plus loin qu’on ne le croit… Une fois de plus, Éric-Emmanuel Schmitt signe ici un texte intelligent, où tout n’est pas toujours comme on pouvait s’y attendre. Plus l’écrivain parle du docteur, et plus on trépigne d’impatience de découvrir ce qu’il peut bien cacher. Mais le saura-t-on ?

Le Chien raconte des histoires
L’écrivain (Mathieu Barbier) et le docteur Samuel Heymann (Patrice Dehent). ©Théâtre Rive Gauche

Un récit théâtral

De l’aveu de l’auteur, le texte n’était pas écrit pour le théâtre. L’adaptation est-elle une réussite ? Sur scène, ils sont deux acteurs, Mathieu Barbier jouant l’écrivain et Patrice Dehent le docteur Heymann. Pourtant, au premier abord, la répartition du texte peut surprendre. L’un parle, tandis que l’autre se tait. Mais ce dernier n’en continue pas pour autant de jouer. C’est ce qui prouve qu’Éric-Emmanuel Schmitt n’est pas seulement un (très bon) écrivain, il est aussi un excellent dramaturge. L’écrivain est le premier à prendre la parole, et pour un moment. Mais lorsqu’il raconte sa rencontre puis ses visites au docteur, l’autre acteur ne s’efface pas pour autant. Présent sur scène, tout son jeu – silencieux – se lit sur son visage, ce qui rend le récit encore plus fort et intriguant. Qui était donc Samuel Heymann ?

Éric-Emmanuel Schmitt explique que « les deux acteurs ont totalement investi le texte », c’est sans doute parce qu’ils se sont tous les deux dits « bouleversés » à la lecture du projet. Une émotion qu’ils ont réussi à conserver durant les représentations et qu’ils parviennent à transmettre au public.

 

Théâtre Rive Gauche

6, rue de la Gaîté, 75014 Paris

Jusqu’au mardi 26 décembre, à 19 h – 19 € (catégorie unique)

Le Chien crée une histoire au Théâtre Rive Gauche

par Armandine Castillon Temps de lecture : 2 min
0