© Pickup / Jour2fête

« Les Optimistes » est le nom d’une équipe de volley norvégienne pas comme les autres. C’est aussi celui de ce documentaire anti-morosité, qui vous plongera au cœur des entraînements de super mamies qui smashent plus vite que leurs ombres. Un « Les Yeux dans les Bleus » du troisième âge.

Elles ont entre 66 et 98 ans, s’appellent Goro, Eldbjørg, ou encore Lillemor, et forment les Optimistes. Cette équipe qui se réunit chaque semaine depuis 30 ans pour jouer au volley s’apprête à jouer son premier match, et pas n’importe lequel : un match international contre une équipe d’hommes suédois, eux aussi du troisième âge. Qui dit événement exceptionnel dit donc préparation exceptionnelle, et c’est cette histoire que nous fait vivre ce documentaire.

Une leçon de vie, et de smash !

Après avoir dressé un portrait en immersion de chaque protagoniste, la réalisatrice vous plongera dans les moindres détails des préparatifs de ces sportives optimistes dopées aux anti-inflammatoires. Mais surtout à la bonne humeur. Des entraînements aux démarches de sponsoring, en passant par l’apprentissage (compliqué) des règles du sport, elles resteront soudées pour vivre leur rêve.

S’enchaînent donc des tranches de vies plus cocasses les unes que les autres, ainsi qu’une leçon de ténacité, à l’image du personnage de Goro. Âgée de 98 ans, elle bravera le cancer et la vieillesse, pour participer à ce match avec ses amis. Et en profitera également pour claquer un petit ace, au calme.

Inutile d’en dire plus, ce film est le meilleur remède face à ce mauvais temps qui sévit actuellement. Un beau moment, dont on sort avec le sourire aux lèvres, et l’envie de taper dans un ballon. Un documentaire qui nous donnerait (presque) envie de vieillir !

Antoine Desprez

Les Optimistes : Faut pas pousser mémé dans le filet

par Antoine Desprez Temps de lecture : 2 min
1