Rencontre avec Liryc, un rappeur de Nancy. Jeune écrivain et interprète de Nancy, qui combine rap et études à la fac de lettres en Langues Étrangères Appliquées. Cyril est accompagné de Nicolas (instrumental), de Romain (tournage) et de Constance (montage et manager).

Mes débuts en écriture

« Tout a commencé dans un lycée de Nancy, j’avais environ 16 ans. En plus du basketball, je ressentais le besoin de m’évader et de m’exprimer à travers l’écriture. Au fur et à mesure, ces phrases devinèrent des poèmes, puis des refrains. Tout ceci a pris vie un beau matin, lorsque je me rendais en cours avec le bus, comme à mon habitude. Durant le trajet, j’ai choisis de partager mes écrits à un ami faisant des instrumentales, à la quête d’avis et de reconnaissance. Celui-ci a tout de suite accroché, en relevant mon originalité. A son tour, quelques jours plus tard, il me présenta ses différentes compositions, et je l’ai su : nous étions faits pour travailler ensemble. Depuis, nous ne nous quittons plus. »

Notre premier projet commun

« Cela nous a pris 10 mois. Autant en observations, essais, entraînements, qu’en répétitions. Nous avons étés patients et ouverts aux critiques constructives de notre entourage, puisque notre but était d’avancer tout en proposant de la qualité. La principale difficulté rencontrée reste l’investissement dans du bon matériel pour la prise de son. Par la suite, nous avions tout de même réfléchi sur les conséquences du partage public sur les réseaux sociaux : le fait de se lancer dans quelque chose de visible, qui se veut visible ; c’est la critique, c’est le jeu !  

Je peux dire que notre premier projet commun a réellement vu le grand jour lorsque je me suis rendu à Reims pour y vivre, afin de suivre une formation dans un centre. Nous avions sauté sur l’occasion pour tourner un clip afin de mettre des images sur nos paroles. Et, de là est né La Une. »

De quoi parlent mes musiques

« Je puise mon inspiration dans la vie de tous les jours : autant ses tracas, que ses joies, ses peines, ses surprises… Puisque vivre, c’est connaître des hauts et des bas. Néanmoins, depuis des années, je trouve ma motivation à travers Lomepal, et tous les autres artistes qui racontent la même histoire que moi, dont je suis très attentif à leurs structures de texte. S’il y a bien un film qui m’a fait énormément réfléchir sur notre existence et m’a fait prendre du recul, c’est American Beauty (1999), la comédie dramatique de Kevin Spacey, mettant l’accent sur les problèmes de communications au sein d’une même famille. 

A travers ma musique, j’essaye de garder une vision réaliste de ce qui m’entoure, en y ajoutant un peu d’humour, de mise en avant, et surtout faire passer un message d’espoir. »

Le mot de la fin de Liryc

« Je tiens à dire que ce n’est pas facile tous les jours, mais nous souhaitons tout de même aller jusqu’au bout de ce que nous avions entrepris. Malgré tout, la route parcourue jusqu’ici me procure beaucoup de satisfaction et de fierté, et j’affectionne tout particulièrement le sentiment de plénitude que je ressens dès que nous bouclons un nouveau morceau. Les nombreux retours positifs ne cessent de nous encourager à aller de l’avant. Maintenant que nous avons du contenu, nous réfléchissons de plus en plus à nous produire en public. Mon objectif est de rester vrai et continuer à raconter mon monde, en y embarquant les personnes qui s’y trouveront. »

Facebook : Lyric
Youtube : Nadsat Productions

Manon

Portrait de Liryc : rappeur nancéien

par contributeurs Temps de lecture : 2 min
0