Nous n’attendions pas ces deux équipes à un si haut niveau cette saison en Ligue des Champions. D’un côté, les Reds de Liverpool ont sorti en 1/4 de finales le nouveau champion d’Angleterre, Manchester City (3-0 ; 2-1). De son côté, l’AS Rome est miraculeusement passée face à Barcelone dans un match retour épique en terre italienne (1-4 ; 3-0). C’est la sixième fois que les deux équipes se rencontrent en compétition européenne. En 1984, en finale de Ligue des Champions, Liverpool avait remporté la bataille. Ce LIVROM, 1/2 finale aller de la Ligue des Champions, promettait d’être intense. 

Salah impérial pour Liverpool dans ce LIVROM

Pendant une dizaine de minutes, Liverpool et Rome s’observent et testent les forces en présence dans chaque camp. Jürgen Klopp, le coach des Reds, peut compter sur son armada offensive composée de Firmino, Mané et Salah pour tenter d’animer ce LIVROM. Néanmoins, la pression romaine, assez haute, bloque la transmission du ballon et la relance côté anglais. Coup dur pour Liverpool, Oxlade-Chamberlain est contraint de sortir dès la 16e minute, il est remplacé par Wijnaldum, l’un des rares milieux de terrain encore disponibles (Can et Lallana étant déjà blessés). Dans la foulée, suite à un corner, les Reds ont frôlé la douche froide avec une belle frappe de Kolarov, déviée sur la barre par Karius. La maîtrise romaine permet aux Italiens de rester provisoirement à l’abri des attaques de Liverpool. Les Reds commencent à briser le joug romain à la 29e minute avec une contre-attaque rondement menée par Sadio Mané et sa pointe de vitesse, mais sa frappe est dévissée. Dans la foulée, la frappe de Mohamed Salah à la 30e minute est arrêtée par Alisson. Cette première salve offensive a réveillé Anfield et redonné de l’allant aux joueurs de Klopp, cet élan permet à Liverpool de désorganiser Rome dans le jeu. Les Reds sont passé tout près de l’explosion avec le but de Sadio Mané, refusé pour une position de hors-jeu (34e). Les Italiens finissent par craquer sous la pression anglaise, Mohamed Salah ouvre le score d’une superbe frappe dans la lucarne opposée d’Alisson, qui ne peut rien faire (1-0, 36e). Liverpool enchaîne quelques minutes plus tard, Mohamed Salah enfonce le clou avec une petite balle piquée lui permettant d’inscrire un doublé (2-0, 45e). L’Égyptien inscrit ses 9e et 10e but en Ligue des Champions, quelques jours après avoir été élu meilleur joueur de Premier League.

Le retour improbable de Rome

Les difficultés de Rome à défendre face à Liverpool se poursuivent dans cette seconde période de LIVROM. Quand le jeu anglais accélère, les Romains ont peu de temps pour réfléchir et s’organiser. Les Italiens tentent de se porter vers l’attaque sur leurs quelques possessions, mais restent inoffensifs face au bloc Red bien organisé. Encore une fois, c’est Liverpool qui dicte sa loi à Anfield. Bien lancé sur le côté droit, Mohamed Salah offre un caviar pour Sané, qui marque le 3e but de la soirée (56e), un but entaché d’une position de hors-jeu de l’Égyptien. Rome est étouffée et ne parvient pas à offrir du répondant face à la domination outrageante de Liverpool dans ce LIVROM. Et continuent de couler. Peu après l’heure de jeu, Firmino inscrit un nouveau but pour les Reds (4-0, 61e). Une punition sévère, mais logique pour Rome. La défense italienne a démissionné dans ce match aller des 1/2 finale de la Ligue des Champions, Roberto Firmino s’offre un doublé avec une tête sur corner (5-0, 69e). La sortie de Mohamed Salah, ovationné par Anfield et la fatigue accumulée dans ce match a réduit l’intensité du jeu de Liverpool. Rome en profite pour réduire le score à la 81e par Edin Dzeko (5-1). Les Reds perdent pied sur la fin de ce match, les Italiens obtenant un penalty suite à la main de Milner. Perotti transforme ce penalty sans trembler et le doute commence à tomber dans les esprits de Liverpool (5-2, 85e). La tendance s’est inversée, les Anglais ne parviennent pas à trouver de solutions pour reprendre de l’avance sur leurs concurrents italiens. 

Les Reds remportent finalement ce LIVROM. La fraîcheur des joueurs de Liverpool (25 ans de moyenne d’âge), la qualité athlétique du groupe et la rigueur imposée par Jürgen Klopp sont sans doute les clés de la réussite et de la régularité des Reds cette saison. Néanmoins, l’expérience du haut niveau des Italiens leur ont permis de se relancer totalement avec ces buts inscrits, ce qui promet du suspens pour le match retour à Rome.

LIVROM : Un Liverpool pharaonique domine l’AS Rome

par contributeurs Temps de lecture : 3 min
0