Mercredi, sortait, chez Pygmalion : Lola, Sérieux ! de Luce Michel. 360 pages où l’on suit les tribulations de Lola, parisienne, illustratrice, 39 ans. Une femme qui aimerait rencontrer le prince charmant, mais qui ne se fait plus trop d’illusions, malgré son penchant pour les romances. Plongez dans le quotidien de cette Bridget Jones française !

Lola & son journal pas si sérieux

Du 12 janvier au 10 août, Luce Michel nous raconte la vie de Lola dans les grandes largeurs. Ce récit à la première personne commence ainsi : « On est mi-janvier et j’ai déjà jeté aux oubliettes mes bonnes résolutions, parmi lesquelles : arrêter de lire en douce toute littérature romance pour m’attaquer à des choses un peu plus sérieuses » (P17). La forme d’un journal intime, la femme célibataire qui prend des bonnes résolutions… ça sent bon Bridget Jones et ce n’est pas pour nous déplaire. La romancière place son héroïne dans le monde littéraire. Elle est illustratrice, ses copines son attachée de presse dans une maison d’édition ou auteure, il est aussi question de son éditrice Natacha et du salon du livre. Luce Michel nous gratifie même entre chaque entrée dans le journal de Lola, de passage de romances. L’auteure allie donc son domaine, elle est journaliste, à celui de son personnage principal friande d’un tel genre littéraire. Lola, Sérieux ! est écrit dans un style fluide et humoristique. Certaines phrases sont même ponctuées par des hashtags : « Un régime larmes, mojitos, Haribo, y a rien de mieux — étonnant d’ailleurs que personne n’ait encore pensé à le faire breveter. #geotrouvetout » (P43). So 2018’s on vous dit !

L’amour de A à…Z ?

Ce qui est assez drôle dans le roman de Luce Michel c’est qu’elle a conscience du parallèle avec Bridget Jones et elle le revendique même. Lola fait souvent référence à l’héroïne créée par Helen Fielding : Je suis à deux doigts de relire Bridget Jones pour établir une comparaison quelconque entre nous (…) cette dernière jouera en ma défaveur » (P212). Le dilemme amoureux de celle-ci se jouait entre Daniel Cleaver et Mark Darcy. Si elle a rejoint la team #ColinFirth au bout d’un moment, son cœur a longuement balancé. Dans Lola, Sérieux ! il est aussi question de deux hommes : « Je veux qu’Arnaud succombe. Je veux que Carl meure de désir. Je veux qu’on m’aime » (P235). On croit vite, trop vite qu’elle est retombée dans les bras de son ex #cliché, mais il n’en est rien : « Arnaud était reparti. Voilà. Aussi simplement que ça, sans un au revoir, sans un adieu, sans une explication » (P278). La voie est donc toute tracée pour le mystérieux Carl, mais est-il le bon ? On vous laisse lire les entrées du 6 et 10 août… Comme toute bonne romance, elle finit bien : « Parce que cet homme est là, qu’il m’observe, qu’il me touche, qu’il me parle, la Lola d’avant lui a disparu ».

Tous les mardis et vendredis, nos rédactrices de la rubrique littérature vous parlent d’un livre qu’elles ont aimé. Ne tardez plus, allez découvrir nos autres chroniques !

Lola, Sérieux ! : le nouveau journal intime de Luce Michel

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0