Alors d’abord l’auto-tune, qu’est-ce que c’est ? Selon la définition du meilleur ami de tout étudiant qui se respecte, Wikipédia, Auto-tune est un logiciel correcteur de tonalité. Difficile de faire mieux comme description. En gros, si tu es incapable d’enchaîner plus de deux sons justes, Auto-tune est pour toi. Il nivelle les notes sur une gamme prédéfinie afin de donner un ensemble relativement harmonieux mais qui, bien évidemment, est loin de recréer l’illusion d’une voix humaine. Popularisé par la délicieuse Cher et son tube « Believe », Auto-tune est d’abord perçu comme un moyen plutôt habile de perfectionner subtilement la version studio d’un album (ben oui, c’est un peu plus compliqué de trafiquer sa voix en live …).

Si certains en abusent par la suite, son usage reste néanmoins plutôt assumé et participe davantage de l’envie de donner un certain « style » à sa musique. Malheureusement les années 2010 semblent signer l’avènement du règne du terrible logiciel. Devenu quasi-automatique (un rapide détour par le top 100 France de Deezer te le confirmera), et ce principalement dans des genres tels que le R’n’B ou l’electro de supermarché, impossible d’écouter la radio sans vomir de l’autotune par les oreilles. Si tu te demandes pourquoi tous les chanteurs ont la voix de C3PO, je suis venue t’apporter la réponse. Bienvenue dans l’enfer des années 2010 ou la sombre décennie que l’on nommera celle de l’ère Auto-tune.

 

#1 Habibi – Maître Gims (2015)

Bon alors là, vraiment, on a affaire à un chef-d’œuvre du genre. Tout est parfait, la voix d’alien, les paroles incompréhensibles, les rimes à deux balles (« rendez-vous ce soir pas loin de rue de la Pompe, oui, j’arrive à iep, 2000e la paire de pompes » : ouais ouais vous avez bien lu il paraît qu’en 2015 POMPE RIME AVEC POMPE), les punchlines hors de prix (« t’as pris tellement de râteaux que t’es devenu jardinier ») enfin là c’est vraiment du grand art. Du « Bella » version 2015 en mille fois moins bien, soit Maître Gims qui n’arrive pas à la cheville de Maître Gims : tout est désormais possible.

#2 Normal – Alonzo feat. Jul (2015)

Que dire … Parler des paroles ? Du clip (où Jul réussit l’exploit de porter autant de survêtements différents que Kim Kardashian de robes en une soirée caritative) ? De la reprise pitoyable du refrain de « Démons de minuit » d’Émile et Images ? Honnêtement je ne sais pas par où commencer. Alors je citerai seulement l’excellent article de Melty  et vous demanderai de partir du principe que tout ce qui y est dit est l’exact contraire de tout ce que je pourrais en dire : « Avec « Normal » ils livrent une première composition commune pêchue et pleine de dynamisme. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette union des deux talents est une réussite !

Et pour ce featuring, Alonzo et Jul ont pris le soin de réunir les meilleurs ingrédients. Sur un refrain qui reprend la mélodie du célèbre « Démons de minuit », les deux artistes parviennent avec brio à transmettre leur dynamisme. On ressent parfaitement l’influence des artistes, qui ont tout deux pu imprégner ce morceau de leur patte artistique. Jul se charge surtout des couplets et apporte du rythme à ce morceau, quand Alonzo, plutôt au refrain, le ralentit. Le tout donne ainsi un équilibre parfait entre ces deux artistes, qui par leur charisme auraient pu se faire de l’ombre mutuellement. » Tellement d’humour chez Melty

#3 Validée – Booba (2015)

Faire rimer « doggy-style » avec « banlieue sale » ? Je crois que ça se passe de commentaire.

#4 Cheyenne – Jason Derulo (2015)

Le master ultime de l’auto-tune. Alors ok, ça a au moins le mérite de ressembler un tout petit peu à quelque chose … mais quand un morceau même un tant soit peu relativement réussi (oui j’essaie de maintenir une certaine distance avec le terme « réussi ») intervient dans un climat d’auto-tune à foison, je pense qu’il est légitime de le classer dans la catégorie des daubes trafiquées. Désolée Jason, mais NEXT.

#5 Policeman – Eva Simons feat. Konshens (2015)

C’est mauvais. C’est juste, juste tellement mauvais.

#6 Señorita – Amine (2015)

OUAAAAAAIS ! LE NOUVEAU FAUDEL EST LAAAAA ! Encore plus niais. Encore plus faux. Encore plus fort : Amine. Non, sans rire, c’est un peu nul, pas franchement beau, rien de neuf, rien de bien, rien rien rien. Je n’ai jamais été aussi peu enthousiaste devant une chanson. C’est juste que ça ne sert à rien. C’est ni horriblement drôle, ni génial, c’est juste inutile. Tu entends Amine ? Arrête, PITIÉ ARRÊTE LA CHANSON.

#7 Cheerleader – Omi (2014)

Je mentirais éhontément si je disais que je n’ai jamais shaké mon boul sur cette douce mélodie après huit mojitos. Bon, cela étant, je pourrais shaker mon boul sur à peu près n’importe quoi après huit mojitos. Pas un grand exploit, donc, ni dans la performance, ni dans quoi que ce soit d’autre. Auto-tune power, encore et toujours ou comment faire d’une invention qui aurait pu être plutôt maligne au premier abord, la onzième plaie d’Égypte.

#8 Watch Me (Whip / Nae Nae) – Silento (2015)

Bon à part le fait que j’ai frôlé la crise d’épilepsie environ douze fois rien qu’en regardant le clip de cet édifiant morceau, ce dernier représente la quintessence de la production musicale merdique de 2015 : « regarde moi ». Je ne sais même pas pourquoi je limite ce constat à la production musicale d’ailleurs. Regarde moi danser, regarde moi manger, regarde moi faire ça avec mes jambes, oh et ça avec mes bras, et maintenant regarde moi faire semblant de rigoler, et regarde moi me faire de la tune sur tes clics, et regarde moi faire caca et regarde moi, regarde moi … Regarde moi faire preuve d’une performance musicale tellement inexistante qu’elle en devient cosmique. (Ah et je crois qu’à 2’43 » y a un mec déguisé en pou. Voilà.)

#9 Fais le Moonwalk – Dj Abdel (2015)

Petit retour de Jul dans ce top – du coup je crois qu’on est tous d’accord pour lui décerner le prix de l’empereur de l’auto-tune (non, tout le monde s’en fout ? Bon ok tant pis) – et grosse grosse déception de voir Soprano l’intégrer … Mais bon, quand c’est perrave, on peut pas y faire grand chose. Fatalement, Marseille s’installe en capitale de l’auto-tune à mon immense regret. (Je suis tombée sur ceci dans mes suggestions YouTube et j’ai jugé nécessaire d’intégrer un peu tard cette petite pépite à cette playlist).

#10 Le Prince Aladin – Black M feat. Kev Adams (2015)

Hahahahahahahahha. Bon alors là sérieux, le titre du morceau devrait se suffire à lui- même. Vous en voulez plus? Très bien. C’est brillant dans l’horreur. Black M + Kev Adams + futur nanar = daube monumentale assurée (et puis sérieux quoi … Kev Adams …). Je m’attarderai à peine sur le fait que la plupart des phrases sont trop longues pour la musique, que les rimes sont inexistantes et que le délire orientalo-disneylando-ghetto tombe à plat et je dirai uniquement ceci : « fuck le vizir ».

à écouter

 Chvrches : La belle révélation de 2015  #Playlist : Top 100 spécial sexe, pour exciter tes oreilles  Plus de playlists !

#Playlist – 2015 ou le règne de l’auto-tune

par Latwol Temps de lecture : 5 min
1