Pour un athlète, qu’est-ce qui est plus important que participer aux Jeux Olympiques ? Y gagner l’or. Le but ultime d’un sportif, c’est d’être couronné et qu’on se souvienne de lui comme étant un champion olympique, un champion de natation.

Cette semaine à Montpellier, les nageurs français jouaient leur qualification pour les JO de Rio de cet été. Les minimas à réaliser étaient compliqués comme l’a dit Marie Wattel, proclamée championne de France du 100 m papillon : « Les critères sont durs mais ils nous permettent de viser l’excellence. C’est ça le haut niveau. » L’excellence de la natation française.

La fierté de la natation française

La star de ces championnats est pour moi, et sans aucune hésitation, le nageur le plus polyvalent de France, un Ryan Lochte à la française. Jérémy Stravius. L’amiénois a été titré sur 200 m nage libre en 1:46.18 soufflant au poteau Jordan Pothain et Yannick Agnel, sur 100 m papillon en 51.66 et surtout, surtout, surtout Stravius s’est imposé sur l’épreuve reine.

100 NL natation Stravius mignon
Clément Mignon et Jérémy Stravius après leur qualification sur l’épreuve reine / FFN

C’est en 47.97 que Jérémy Stravius a gagné son billet pour Rio, sa première qualification en individuel. Il y a mis l’art et la manière. On ne peut pas dire que Stravius n’avait pas de concurrence. Les sprinters français font partie des meilleurs mondiaux. À chaque compétition internationale, les français se placent sur le podium de l’épreuve reine… Et souvent derrière le brésilien Cesar Cielo. Aux « France », les concurrents s’appelaient (entre autres) Florent Manaudou, Mehdy Metella ou Fabien Gilot. Des champions olympiques, des vices champions européens…. Mais Stravius, poussé par un « j’ai tout à gagner », a su sortir LA course de sa vie pour se qualifier pour la première fois en individuel pour les Jeux Olympiques. Clément Mignon est arrivé deuxième (48.01) et se qualifie pour la première fois de sa carrière pour les Jeux Olympiques sur l’épreuve reine de la natation. Florent Manaudou a lui aussi réalisé les minimas sur la distance mais la règle dit que seuls deux nageurs peuvent se qualifier. Le marseillais qui se disait « favori » (il a vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué) avant la course ne pourra donc pas le doublé (50,100 mètre nage libre tant espéré).

Camille Lacourt. Le Narbonnais ira aux Jeux Olympiques sur 100 mètres dos. Le dossiste a validé son billet en 52.97. Il s’est dit « fier et soulagé d’avoir » sa qualification pour Rio. Il devance l’autre dossiste francais Benjamin Stasiulis (54.89), qui lui s’est qualifié pour les Euro de Londres.

Le frère de Laure Manaudou, qu’on ne présente plus (n’est-ce pas ?) ne s’est donc pas qualifié sur 100 nage libre mais il défendra bel et bien son titre sur le 50 (21.42) en espérant rejouer le remake de 2012, lorsqu’après sa victoire (où personne ne l’attendait), sa sœur Laure est venue le serrer dans ses bras en pleurant.

Chez les filles

Carolie Balmy a été la première tricolore à valider son billet pour le Brésil en remportant le 400 NL en 4’04.28. Une distance qui, il y déjà douze ans, avait souri à la France… Si je vous dis Laure Manaudou, Athènes. Elle a aussi conservé son titre sur 800 nage libre devant Ophélie Cyrielle Étienne mais n’a pas décroché de deuxième billet pour ses derniers Jeux Olympiques.

La deuxième nageuse qualifiée directement en individuel pour Rio, c’est la niçoise Charlotte Bonnet, sacrée championne de France du 200m nage libre en 1:56.32 devant sa copine Coralie Balmy (1:57.18).

natation Coralie Balmy Jeux Olympiques
Coralie Balmy, première qualifiée pour Rio / FFN

Ils ne sont pas qualifiés pour les Jeux Olympiques

Principalement, dans ceux qui ont déçu, on retrouve le niçois Yannick Agnel qui n’est pas au top de sa forme. Sur sa nage de prédilection, le 200 NL, Agnel n’a pas réalisé les minima et en plus termine troisième derrière Stravius et Jordan Pothain. Mais un doute persiste, une injustice même. Les écrans montrent bien qu’Agnel a touché deuxième mais les officiels (et on peut se demander si dans le lot, il n’y avait pas l’arbitre du Clásico du 2 avril) l’annoncent troisième. Le club a déposé une réclamation et Jordan Pothain s’est dit prêt à lui céder sa médaille.

Mais aussi, les sprinters Bousquet et Fabien Gilot, qui ont toujours fait partie du relais français et qui ont écrit l’une des plus belles pages de la natation française. Respectivement deuxième et cinquième du 50 nage libre, les marseillais ne sont pas sûrs d’être qualifiés pour les Jeux Olympiques de cet été.

Les nageuses françaises en général. À part Balmy et Bonnet, aucune des nageuses ne s’est qualifiée pour Rio. Mélanie Henique, Béryl Gastaldelo, Grangeon, Cini, Satamans se sont imposées sur leurs spécialités respectives mais n’ont pas réussi à décrocher de billet en individuel. Encore une fois, on s’interroge sur le futur de la natation féminine française qui a vécu ses heures de gloire avec Laure Manaudou, Camille Muffat, Roxana Maricineau.

Plusieurs nageurs attendent la décision de la Fédération Française de Natation afin de savoir qui partira au Brésil vivre leur rêve olympique.

Comments

comments

Natation : objectif Jeux Olympiques

par Sonia Malek Temps de lecture : 3 min
0