« L’université du monde de demain sera pleinement dédiée à l’entrepreneuriat et à la créativité : un nouveau modèle d’école, ouvert, efficient et rentable est possible. » L’ambition du projet « New World University » ? Réunir experts de l’éducation, du numérique, créatifs & entrepreneurs pour inventer et développer le groupe privé mondial le plus puissant dans le domaine de l’éducation, implanté progressivement dans toutes les régions du monde. Rencontre avec Laurène Castor, co-fondatrice de cette construction qui embrasse le collaboratif.

 

La New World University : un projet ambitieux 

► Laurène Castor : Il y a quelques mois, j’ai quitté mon CDI pour me lancer dans ce qui restera sans doute l’aventure entrepreneuriale de ma vie. Au sein d’une équipe aux âges, expériences et talents variés et complémentaires, je m’investis pleinement dans le développement d’un projet qui a vocation à embrasser et à explorer l’éducation du futur. Nous vivons une période bouleversante mais enthousiasmante où tout peut être réinventé … 

Le monde de l’éducation est sur le point de vivre une véritable révolution. Il est essentiel de repenser son modèle en profondeur pour répondre aux défis du 21e siècle. Dans cette perspective, nous avons fondé « New World University« , l’université mondiale du futur. Un nouveau modèle d’école qui se concentre sur le développement de l’entrepreneuriat, de l’innovation et de la créativité. 

new-world-university

Une université moderne pour des besoins actuels

 Notre objectif est d’inventer un système plus ouvert, plus efficace, plus énergisant et créatif afin d’amener nos étudiants à l’acquisition d’un portefeuille de compétences, co-construit avec des entreprises. Notre ambition : permettre à nos étudiants de décrocher le job de leur rêve, et idéalement …qu’ils se le créent eux-mêmes ; pas forcément au travers de l’entrepreneuriat, mais aussi tout simplement en inventant, en créant leur métier (qui n’existe pas encore), en proposant à l’entreprise une valeur inédite et en légitimant des compétences qui vont avoir de plus en plus de pertinence dans les années à venir.

New World University a ceci de particulier qu’elle se construit au fur et à mesure, avec les contributions des personnes qui ont envie de changer l’enseignement tel qu’il se pratique aujourd’hui. Ceci justement dans le but de répondre aux besoins actuels. Nous voulons laisser s’exprimer le collaboratif. Tout le monde peut donc participer, en apportant idées, propositions et en partageant attentes et craintes qui seront prises en compte dans la création d’une école qui puisse plaire et convenir au plus grand nombre.

Dans cette optique, nous avons créé Let’s invent the future, l’Open Lab de New World University, un site collaboratif où chacun peut imaginer et partager des solutions innovantes pour construire l’université du futur. 

Le campus du futur : complètement dématérialisé ?  

La question du campus est justement le thème actuellement proposé sur l’Hack Island. Le campus a vocation à se dématérialiser dans certaines fonctions, notamment les contenus de « learning » comme cela existe déjà avec les MOOCs, mais on ne remplacera jamais les rapports humains/sociaux, et l’effervescence de la vie et de la création IRL. Alors évidemment que l’espace physique d’une école ou d’une université est important, ce que nous voulons faire, c’est transformer cet espace pour en faire quelque chose de totalement différent de ce qui existe aujourd’hui et dont l’archétype est l’amphi. Concevoir un espace ouvert, (dans lequel on rentrerait et sortirait aussi simplement que dans un centre commercial), énergisant, qui stimule envie et plaisir d’apprendre, qui serve à construire, à créer, à développer des projets.

Pour ce qui est de New World University, nous nous orientons vers le concept suivant : en plus d’un campus numérique, qui permettra aux étudiants du monde entier de vivre une expérience d’apprentissage inédite, nous aurons des campus physiques à Paris et à Alger dès septembre 2015, qui rejoindront le campus que nous opérons déjà à Shanghai depuis septembre 2014.

 

Tu pourrais aimer...
CONCOURS : Digiprize prime les innovations digitales

Nouveaux leaders

► Nous souhaitons travailler avec les entreprises pour pouvoir construire des objectifs précis et former les talents dont les industries et le monde de demain ont besoin : elles auront clairement un rôle à jouer dans le processus de développement de ces nouveaux leaders. 

Connected people : une éducation à la carte

►  Pour une majorité des jeunes de la Génération Y, l’université du futur sera connectée, elle fonctionnera autour d’internet et s’adaptera donc, inéluctablement, à la flexibilité qu’apporte le web. Cela se verra notamment dans la façon qu’auront les étudiants de consommer du savoir ou d’acquérir des compétences. On peut déjà remarquer trois profils d’apprenants qui trouveront leur cohérence dans un modèle comme celui de New World University :

  • Les « cherry pickers », ceux qui ont besoin d’un savoir en particulier, d’une compétence précise et qu’ils veulent acquérir rapidement, simplement et dont ils ne veulent pas qu’elle soit enrobée dans un programme plus étendu. Ceux-là viendront chercher quelque chose en « one shot » et partiront une fois que c’est fait.
  • Les « degree diggers », ceux qui sont intéressés, d’une part, par la certification d’un parcours de compétences plus complet et d’autre part, aux moyens de la valoriser et de l’intégrer dans une logique de pertinence professionnelle.
  • Les « life-long learners », ceux qui ont soif d’apprendre et qui sortent de l’approche en « instant t », qui voient l’éducation comme quelque chose qui se travaille tout au long de la vie.

 

new-world-university-new-school

Ces différents profils, aux intérêts différents et aux façons de consommer différentes, se verront par là même offrir différents niveaux d’accessibilité : le « à la carte », le « sur-mesure », le programme personnalisé, etc. On verra aussi des tarifications qui s‘inspirent du modèle du web avec par exemple le freemium, ou l’abonnement mensuel sans engagement. Tout sera beaucoup plus libre, ouvert et adapté à cette génération et aux suivantes qui arrivent.

On a hâte de voir ça.

 

Comments

comments

New World University : l’école du futur ?

par Eric Temfack Temps de lecture : 5 min
1