Nocturnal Animals est le second long métrage réalisé par Tom Ford. Après le succès de A Single Man avec Colin Firth, le réalisateur nous offre encore un film très stylisé. Amy Adams et Jake Gyllenhaal interprètent, magistralement, les deux personnages principaux ; Susan Morrow & Edward Sheffield dans un thriller amoureux épique.

Nocturnal Animals : un livre filmé

Nocturnal Animals est de base l’adaptation d’un livre paru en 1993 : Tony and Susan d’Austin Wright. La transposition est toutefois assez libre puisqu’il s’agit d’une version modernisée. Il a quand même fallu passer du filmique au littéraire. Tom Ford explique : « il a fallu mettre en scène des moments de sa vie qui ne s’exprimeraient qu’à travers la violence de sa vision du roman de son ex-mari. Il était hors de question de mettre une voix off tout au long du film ». C’est ce qui est très intéressant puisque l’histoire est elle même une mise en abyme. Le film suit en effet trois histoires : la 1e où il s’agit du présent, Susan lit le roman de son ex mari Edward, à cela vient s’entremêler le passé avec leur relation amoureuse puis la fiction propre à savoir la narration du roman. Livre qui porte le même nom que le film : Nocturnal Animals. Il s’agit également du surnom qu’Edward donnait à Susan. Comme ça, on pourrait avoir le tournis, mais les transitions entre les 3 univers sont intelligemment réalisées. Bien mieux que dans Assassin’s Creed par exemple !

Le « beau » par Tom Ford

Tom Ford n’a rien à envier à l’esthétisme de Robert Zemeckis dans Alliés, car dans Nocturnal Animals le graphisme est tout aussi beau. Vous me direz pour un styliste l’attention portée aux jolies choses est plutôt logique ! Le spectateur est plongé dans ce film par un générique qui peut déranger (ce fut mon cas). Sur un fond très coloré, des femmes aux formes généreuses, dansent, à moitié nues. Tom Ford peaufine l’esthétique de son film afin d’enrichir la psychologie des personnages. Ainsi, on rentre, avec ce générique, dans la vie de Susan Morrow, galeriste d’art, par son exposition. Cette femme magnifique et froide est le reflet du film : une icône sur papier glacé. La photographie de Seamus McGarvey rend Nocturnal Animals éblouissant, tout en apparence. Il existe un contraste splendide entre la fraîcheur d’une LA pluvieuse et la chaleur des teintes du Texas où se déroule l’histoire de Tony. Pour Tom Ford : « Le long-métrage est un exercice résolument visuel, et je pense que les mots et les dialogues ne devraient servir qu’à faire évoluer une fable essentiellement visuelle ».

Un casting 3*

Pour porter une création glamour, il fallait des personnages tout aussi sexy. Tom Ford réunit donc le duo parfait : Amy Adams et Jake Gyllenhaal. Amy, époustouflante dans Premier Contact, récidive dans Nocturnal Animals. Si ses deux personnages sont aux antipodes, cela démontre bien son talent d’actrice. Dans Nocturnal Animals, Susan Morrow n’est pas qu’une potiche froide, elle vit à travers son amour passé avec Edward. Le film dresse le portrait d’une femme seule et insatisfaite rongée par les regrets. Jake Gyllenhaal campe le plus beau des regrets. Il joue à la fois Edward l’ex mari auteur et Tony le personnage de son roman. Ce thriller amoureux n’est pas un trio, mais il s’agit de rendre justice à Michael Shannon qui campe un policier qui n’a pas froid aux yeux. Sans rien révéler, le personnage de Bobby Andes vaut autant le détour qu’Edward et Susan. La fin du film restera aussi un fait marquant, mais chut… pas de spoils !

Nocturnal Animals : une création Tom Ford

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0