On ne présente plus Nora Hamzawi, humoriste et chroniqueuse chez France Inter, mais on la découvre auteur avec 30 ans (10 ans de thérapie). Publiée aux éditions Mazarine, Nora Hamzawi montre que les livres d’humoristes peuvent être bien écrits. Comme le dit la 4e de couverture, ce livre est à mi-chemin entre la séance chez le psy et le journal intime. Les névroses de l’artiste font écho aux nôtres et c’est pour ça qu’on adore !

L’univers de Nora Hamzawi

30 ans (10 ans de thérapie) comporte 45 chapitres pour 188 pages. Le ratio peut paraître bizarre, mais les chapitres ne font que quelques pages, ainsi pas le temps de s’ennuyer ! S’ils peuvent être lus indépendamment, il existe tout de même un certain fil conducteur qui connecte le tout. Un peu comme la vie, les événements arrivent comme ça et forment votre histoire. Les titres des chapitres nous mettent dans l’ambiance directement. Par exemple « Un sexto et au lit » arrive avant « Les chagrins d’amour ». Bien qu’on ait son avis tout au long du livre, plusieurs de ses pensées sont explicitées en italiques, comme si on entrait directement dans sa tête. Nora Hamzawi n’est pas seule dans son livre, elle conjure plusieurs personnalités comme les cinéastes Woody Allen ou Spielberg, car elle imagine sa vie comme un film. Si 30 ans (10 ans de thérapie) est fait de papier, il est aussi fait de musique, on pourrait faire une playlist Nora Hamzawi. Elle nous invite d’ailleurs à écouter plusieurs chansons et laisse même parfois le lien YouTube en bas de page. L’univers particulier de la trentenaire est sublimé par des dessins d’Anna Wanda Gogusey qui illustrent à merveille les tracas quotidiens. Je vous laisse aller à la page 47 !

Nora Hamzawi thérapie

La thérapie par le rire

Tout au long de son livre Nora Hamzawi parle de son psy et ça commence dès le 2e chapitre « Je paye pour qu’on m’écoute ». Dans « Bienvenue chez les fous » (p 126), elle croise une autre patiente chez son psy et alors là, c’est le drame. Nora Hamzawi est une fille cool qui pense à son psy et veille à casser la monotonie : « En ce moment, comme c’est un peu chiant chez le psy, je me suis dit que ça serait pas mal de faire le point ». Au-delà du divan, la vraie thérapie demeure dans le traitement des complexes de la jeune femme. Elle est d’ailleurs très lucide sur elle-même : « Je m’appelle Nora, j’ai 30 ans, je mens sur mon âge, j’ai de grands pieds, je regrette mes jambes d’ado et j’adore me balader au Monop' ». L’humoriste raconte ses petits soucis qui s’avèrent être communs à bien des gens. Qui n’a pas horreur des repas de famille surtout pendant les fêtes ? Le chapitre « Échec et maths » p38, parlera à tous les traumatisés de cette matière qui faisait chuter votre moyenne au collège. Oui oui je connais cette souffrance ! Nora Hamzawi évoque la féminité sans complexe : « indisposée : ce mot agaçant que tu dois employer parce que j’ai mes règles et je souffre comme une truie, c’est pas très joli ». Big Up à toutes les femmes qui souffrent !

Nora Hamzawi fait sa thérapie

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0