Deux ans après les attentats du 13 novembre, la rédaction a décidé de vous parler de L’instinct de vie paru aux Éditions du Cherche Midi. Dans ce livre, Patrick Pelloux revient sur les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et témoigne de sa lente reconstruction pour surmonter ce traumatisme.

Un livre dédié aux victimes

Patrick Pelloux le dit lui-même : ce livre est le récit d’un homme « ordinaire », qui ne prétend pas « être un homme parfait » ou détenir une quelconque vérité. Le praticien hospitalier nous propose un récit authentique et emprunt d’humanité. Il est certain que son témoignage, tout comme celui d’Antoine Leiris, aidera plus d’une personne à se reconstruire.

Dès les premières pages, Patrick Pelloux explique qu’il dédie ce livre à « toutes celles et ceux qui ont été touchés par les attentats et d’autres causes de psychotraumatismes ». Aux personnes qui se sentent coupables de ne pas avoir été là ou d’avoir survécu à ce drame, le médecin urgentiste leur dit que « Les coupables sont les assassins, les terroristes, les fascistes, les barbares, ceux qui épaulent et qui tirent. Sans pitié. Ceux qui sont complices de ces attentats. Ceux qui ont laissé faire, ceux qui les ont conduits d’une manière ou d’une autre. ».

L’instinct de vie : le regard du médecin malade

Ne vous méprenez pas, écrire ce livre n’a pas été chose simple pour Patrick Pelloux. Il lui a d’abord fallu « vaincre les démons de la peur, les flashs, les troubles de concentration et du sommeil ». Néanmoins, il semblait important pour lui d’apporter son témoignage, susceptible de servir la reconstruction des victimes : « J’ai voulu porter cette expérience du soignant blessé psychotraumatisé, avec mon analyse de médecin ». Que ressent-on face au drame absolu ? Peut-on guérir de l’innommable ? Comment tenter d’aller mieux ? Autant de questions auxquelles tente de répondre l’ancien chroniqueur de Charlie Hebdo.

Présent lors de la Foire du livre de Brive pour dédicacer son livre, Patrick Pelloux s’est confié à nos confrères de La Montagne : « Au final, mon but était, à travers le regard d’un médecin malade, de dire qu’il y avait une remise en cause de tout ce qu’on pouvait avoir comme certitudes sur le psycho-traumatisme. Et dire à des gens qu’on peut les aider. Je crois que mon objectif a été atteint. »

L’instinct de vie : comment se reconstruire après un atten…

par Aude Norguin Temps de lecture : 2 min
0