Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Enseignement supérieur Frédéric Vidal ont présenté le Plan Étudiants le 30 octobre dernier. En préparation depuis juillet 2017, le Plan Étudiants représente l’une des premières préoccupations du quinquennat du président Macron. En quoi consiste-t-il ? Quels changements va t-il entraîner ? 

Priorité : accompagner chacun vers la réussite 

Le gouvernement entend tout mettre en œuvre pour réduire les inégalités dans l’enseignement et favoriser une insertion universitaire et professionnelle qui correspondent aux étudiants. 

Il s’agit dans un premier temps de rendre davantage accessibles les études supérieures à l’université aux bacheliers issus de filières technologiques et professionnelles, encore en minorité dans le supérieur. Le but n’étant pas seulement de faciliter l’accès à l’université mais surtout d’offrir des conditions favorables à la poursuite de ces études sur le long terme. Près de 60% des bacheliers issus de baccalauréat professionnels abandonnent leur licence à l’issue de la première année. 

Pour ce faire, le gouvernement s’est accordé un budget d’un million d’euros destiné à la création de places dans les universités, à l’augmentation du nombre de postes d’enseignants et d’enseignants-chercheurs, au développement de nouveaux outils pédagogiques, mais aussi à l’amélioration de la vie étudiante et à un accompagnement plus sérieux dans l’orientation des lycéens. 

Dès la rentrée 2018, le Plan Étudiants aura reformé le système éducatif 

Différentes mesures seront adoptées en vue d’un accompagnement plus efficace pour l’orientation des jeunes. L’objectif est de les accompagner dans la découverte des multiples formations possibles et de porter une attention particulière à leurs choix APB (admission post-bac), désormais limités au nombre de dix. La suppression du tirage au sort pour les sélections d’entrée en études supérieures sera quant à elle effective dès janvier 2018. En projet depuis l’an dernier, Guillaume Plaisance a détaillé pour vous la sélection à l’université

Deux professeurs principaux seront également chargés d’accompagner les élèves de Terminale dans leurs décisions et deux semaines seront dédiées à l’orientation. Une présentation de la nouvelle plate-forme, plus simplifiée, devra avoir lieue et, comme l’explique Édouard Philippe dans le journal Le Monde, « des étudiants ambassadeurs en Service Civique iront dans les lycées et les universités et proposeront des journées voire des semaines d’immersion dans leur établissement ».

Pour accompagner chacun dans sa réussite personnelle, le gouvernement compte miser sur une rénovation de la vie étudiante. D’ici 2022, plus de 60 000 logements étudiants seront ainsi crées. 

Le Plan Étudiants ne s’arrête pas là, il contient un grand nombre de réformes telles que la suppression de la cotisation sociale dès la rentrée 2018, la création de nouveaux centres de santé au sein des universités ainsi qu’un financement supplémentaire pour accompagner la mobilité géographique des étudiants. Ces différents projets visent surtout à permettre aux futurs diplômés de pouvoir se concentrer essentiellement sur leurs études, sans se préoccuper des éléments secondaires contraignants. C’est pourquoi les étudiants seront désormais rattachés au régime général pour leur Sécurité sociale.

Anyssa Lagneau 

Qu’est-ce que le Plan Étudiants du gouvernement Macron ?

par contributeurs Temps de lecture : 2 min
0