À la fois programmatrice à l’Apollo Théâtre (Paris) et au Palace (Avignon), productrice et chargée de diffusion des tournées d’artistes Artistic Records, Céline Buet a accepté de nous expliquer son parcours et son métier. Portrait d’une femme ambitieuse au parcours remarquable.

céline buet

La rencontre se fait à son lieu de travail : l’Apollo Théâtre (anciennement Théâtre du Temple). C’est dans un bureau à l’ambiance chaleureuse que je rencontre Céline Buet, ainsi que ses deux collègues très accueillantes, chargées de billetterie et de commercialisation. « Bienvenue à l’Apollo Théâtre ! ».

Si parfois des doutes sur l’avenir s’installent chez les étudiants ayant choisi l’université, il y a des parcours qui redonnent espoir. Céline Buet en est l’exemple parfait. Après avoir obtenu une maîtrise de Lettres Modernes à Panthéon Sorbonne doublée d’une maîtrise d’Information-Communication à la Sorbonne Nouvelle, elle réalise ne pas être faite pour le métier de professeur. Et c’est à partir de là que son remarquable parcours commence.

Réseau + Aplomb = Réussite

Après avoir monté un magazine en Seine-et-Marne, Céline arrête et reçoit une proposition d’une connaissance qu’elle avait faite lors d’un stage à France Culture : être répétitrice de Rufus. « Au bout de 15 jours, comme tous ces gens un peu fous, il m’a proposé de m’occuper totalement de sa boite de production ! J’avais 24 ans. » Quelques années plus tard, à 30 ans, elle a pris en main la tournée d’Arrête de pleurer Pénélope grâce à un aplomb légendaire : « Il y avait Pascal Legros, un grand tourneur parisien qui a le Théâtre des Nouveautés, qui souhaitait avoir la tournée. Du coup, je suis allée dans son bureau et je lui ai dit que s’il voulait la tournée, il fallait faire au minimum 200 dates et il m’a dit que ça allait être compliqué. Je lui ai dit que c’était l’autre volet de la conversation puisque c’est moi qui allais les faire chez lui. Il n’y a pas cru, il a accepté et on a réussi à les faire ! »

Après 5 ans aux côtés de Pascal Legros, c’est vers l’humour que Céline a voulu se tourner. Elle a donc été embauchée à 20h40 productions, et s’est occupée -entre autre !- de Jérémy Ferrari, Arnaud Tsamere ou encore Sophia Aram et a même produit Didier Super. C’est suite à ce poste qu’elle est rentrée à Artistic Records. Si, au départ, elle était plutôt orientée vers le théâtre classique, Céline Buet a su aller là où elle voulait être. Elle garde de bons souvenirs de sa « période classique » comme le Tartuffe avec Claude Brasseur et Michel Leeb ou encore Faisons un rêve de Pierre Arditi et La vie devant soi de Myriam Boyer… Sans oublier Thé à la menthe ou t’es citron qui a été un succès et qui est d’ailleurs encore joué sur scène ! C’est donc la passion de la scène et l’envie de changement qui ont mené Céline vers l’humour, et plus précisément chez Artistic Records.

Artistic Records, c’est quoi au juste ?

céline buet

« Artistic Records, c’est Philippe Delmas. » C’est une boîte de production d’humoristes et de spectacles créée et dirigée par Philippe Delmas. Artistic Records est composé de 14 artistes, 4 théâtres, et des équipes basées sur Paris et Avignon, où est d’ailleurs basée la maison mère de la boite. Noëlle Perna, Jeff Panacloc, Anthony Kavanagh, Chantal Ladesou, Patrick Sébastien, Julien Courbet, Denis Maréchal, Elisabeth Buffet, et Bun Hay Mean et Céline Groussard (« les deux nouveaux talents ») sont chez Artistic Records ! L’Appolo Théâtre, La Comédie des boulevards (propriétaire à moitié, l’autre étant à Mickael Chétrit), Le Palace et le Rouge Gorge (en Avignon), sont aussi à Artistic Records ! Vous l’avez compris, Artistic Records est une des boîtes de production de référence.

Tu pourrais aimer...
La loi sur les 35 heures : un pas vers l’égalité ?

Mais concrètement ça se passe comment au niveau de l’organisation ? Céline nous explique : « À Avignon, il y a toute la comptabilité, les gens qui s’occupent de la logistique, c’est-à-dire les gens qui organisent les voyages pour les tournées de tout le monde. Comme se sont des artistes, ça change un peu tous les jours ! » Elle, son travail au sein d’Artistic Records, en plus de la programmation, consiste aussi à remplir les plannings d’artistes. Prenons l’exemple de l’artiste Jeff Panacloc qui était en 2015 quatrième ou cinquième humoriste derrière Gad Elmaleh et Florence Foresti, Kev Adams et à égalité avec Norman en terme de réservations. Céline explique qu’elle a dû prendre de l’avance pour son planning, elle l’a bouclé avec un an d’avance. Pour faire un tel planning, il faut appeler des programmateurs, et poser une option. Cette option est risquée puisque si le programmateur ne la confirme pas, il faut absolument trouver une autre solution, car il est impossible de laisser un trou dans un planning et ainsi payer une équipe entière pendant une journée off de tourisme ! « Puisque tout reste plus ou moins optionnel jusqu’en mai/juin, mon métier consiste aussi à savoir qui va vraiment prendre mon option, qui ne va pas la prendre et du coup peut-être doublonner avec une autre option et un autre programmateur. Donc c’est un peu comme un risque.« 

La plus grande des qualités : la passion

Pour exercer un tel métier la passion est nécessaire. Souvent, les journées sont à rallonge et se terminent par des spectacles. L’organisation du travail dépend également des périodes de l’année. Puisque les programmateurs arrêtent de programmer en mai/juin et reprennent en septembre, Céline peut s’organiser pour ensuite consacrer son temps à la programmation du Festival d’Avignon dans le théâtre Le Palace. Selon les périodes, elle est aussi amenée à aller voir des spectacles après ses journées.

En plus de la passion, d’autres qualités sont nécessaires. Par exemple, il faut être organisée puisqu’elle travaille avec des artistes… Qui ne le sont pas du tout ! « Certaines personnes diraient qu’il faut être un peu drastique, moi je dirais qu’il faut être au contraire un peu laxiste pour pouvoir les comprendre… Souvent, il y a quelqu’un qui arrive avec un rêve et il faut le faire rentrer dans un petit tableau Excel ! ». La polyvalence est également une qualité nécessaire puisqu’elle est amenée à la fois à faire des plannings, mais aussi à veiller à ce que tout soit parfait notamment lorsqu’elle accompagne les artistes en tournée. Si tout n’est pas verrouillé et parfaitement planifié (à la fois le pressing, la loge… Jusqu’à la bouteille d’eau bien placée sur scène !), l’artiste peut se sentir mal à l’aise et tout peut prendre des proportions immenses.

Tu pourrais aimer...
Florian David, photographe entrepreneur et entreprenant

Enfin, quoi de plus beau que de laisser parler la passion ? Au détour d’une conversation sur le monde du spectacle, Céline livre un beau témoignage. « On est des petits artificiers, les gens ne savent pas vraiment qu’on existe, mais nous on fait en sorte qu’un spectacle se créer. Souvent, c’est sur 2/3 ans avant qu’il arrive au public. Moi je trouve que c’est formidable parce que les gens repartent, tant que le spectacle est bien, avec des petites étoiles dans les yeux, et ils ont oublié qu’ils étaient au chômage, qu’ils étaient veufs, qu’ils avaient des problèmes… Les distraire et les émerveiller, c’est déjà un assez joli métier.« 

Le petit plus de Céline Buet pour les passionnés du monde du spectacle…

Une partie passionnante de notre entrevue a été consacrée au célèbre Festival céline buetd’Avignon. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est LE lieu où il faut être si on aime le spectacle vivant. Le festival dure tout le mois de juillet, et met en scène un concentré de talents. Théâtre classique, théâtre de boulevard, one-man-show, cirque… tout est trouvable sur le festival. Avignon, c’est aussi la rencontre permanente entre festivaliers, artistes et passionnés. Pour Céline, le Festival d’Avignon est un évènement incontournable et ça fait 15 ans qu’elle le fait. « Pendant un mois, on travaille non-stop. C’est un très beau festival, c’est un grand théâtre ouvert, on peut y rencontrer tout le monde, discuter avec tout le monde de manière sympathique. […] Et c’est assez rare qu’il y ait un seul lieu comme ça d’expression totale ! »

Comme quoi chers étudiants, tout est possible. Faire un maximum de stages, anticiper sur nos formations, se créer un réseau ou encore oser créer ou saisir les opportunités peuvent permettre d’arriver à obtenir ce Saint Graal pour notre génération : un métier-passion.

Merci à Céline Buet pour cet entretien enrichissant.

Comments

comments

Céline Buet « Distraire les gens, les émerveiller, c…

par Laurène Thiéry Temps de lecture : 5 min
0