Prague est la capitale de la République Tchèque, un petit pays situé en plein coeur de l’Europe, entouré par l’Autriche, l’Allemagne, la Pologne et la Slovaquie. C’est un pays récent qui, jusqu’en 1992, était lié avec sa voisine slovaque et s’appelait alors Tchécoslovaquie. Prague est connue à travers le monde pour être l’un des centres mondiaux de la musique classique et est réputée pour sa beauté. Voici mon carnet de route d’un long et magnifique week-end dans la capitale tchèque.

Jeudi 5 mai, 12h30 – Le chemin en bus fut long et pénible, mais la récompense fut magnifique. Avant de partir pour ce long week-end de quatre jours en République Tchèque, je ne connaissais pas grand chose de Prague, sa capitale, notre destination. Durant mes précédents voyages, j’ai été émerveillé par les découvertes de Cracovie, de Londres et de Jérusalem, autant dire que la barre est haute pour que je revive de telles sensations. Je ne m’attendais pas à tant de découvertes et de charme de la part de cette ville. Je connais sa réputation de ville merveilleuse, cœur de la musique classique et de tout l’art slave dans sa beauté.

magnifique Prague
Petit aperçu de Prague depuis le Parc de Letna. ©Romain Lambic

Je savais que Prague est l’une des destinations touristiques les plus en vogue. Je connaissais également sa réputation de « fêtarde » bon marché, avec le prix très bas des consommations dans les bars qui bat tous les records. Nous sommes arrivés en groupe ici, mais j’ai décidé de partir seul à l’exploration de la cité. Je passe une première fois par le Parc de Letna, un parc gigantesque qui, quand on arrive à son flanc sud, offre une perspective extraordinaire sur la ville et nous donne un avant-goût de sa grandeur et de sa magnificence.

Émerveillé par la beauté de la Vieille Ville

À peine remis de ces premières émotions, je descends le flanc du parc Letna pour traverser le très large Vltava (prononcez « Veltava »), un affluent du fleuve Elbe, qui se jette dans la Mer du Nord. La Seine paraît bien dérisoire face à la grandeur de ce fleuve qui traverse Prague du Sud vers le Nord. Entre modernité et tradition, je suis saisi par l’architecture magnifique, variée et colorée de la capitale. Puis je débarque sur la Place de la Vieille Ville. Celle-ci est aussi large que celle de Cracovie (Pologne) mais elle est tellement différente. Au milieu trône une imposante sculpture, représentant un héros déchu protestant et précurseur de la culture et du savoir tchèque, Jan Hus.

magnifique Prague
Jan Hus garde un œil sur Notre-Dame de Tyn, au cœur de Prague. ©Romain Lambic

Autour de lui, de magnifiques bâtiments de style rococo et parmi les plus hauts, il y a l’Hôtel de la Vieille Ville, qui est dotée d’une imposante tour datant du XIVe siècle. Sur sa façade sud, on peut contempler la magnifique horloge astronomique, conçue en 1410 et améliorée en 1490. De l’autre côté de la place, un peu plus en retrait, se dresse la gigantesque église Notre-Dame de Tyn, qui date elle aussi du XIVe siècle. Il est 14h et après toutes ces découvertes, il est temps de se rassasier. Au Restaurant Lippert, je goûte une première spécialité du pays, une sorte de filet de bœuf accompagné de petits pains spéciaux qu’on appelle «bread dumplings», accompagné en dessert d’une crêpe servie avec des fruits rouges, de la chantilly et une boule de vanille. Un délice pour une quinzaine d’euros (nous payons là-bas en couronnes tchèques). On ne dirait pas, mais c’est une addition salée puisqu’à Prague, on peut très bien manger pour dix euros ou moins. 

magnifique Prague
Un exemple de la magnifique gastronomie tchèque. ©Romain Lambic

Inlassable marche au cœur de Prague

Vendredi 6 mai – J’ai décidé de partir à l’aventure et de flâner dans la ville au hasard, sans l’aide d’une carte et seulement guidé par mes envies. Je fais dans un premier temps un tour plus complet du parc Letna et j’y découvre de magnifiques sculptures et statues, qui semblent en harmonie parfaite avec la nature environnante, comme cette sculpture d’œuf entourée d’un parterre de fleurs rose et violette ou encore ce métronome mécanique géant qui trône au-dessus de Prague depuis 1991, en lieu et place d’une statue à la gloire de Staline détruite en 1962. Après avoir traversé le parc sur sa longueur, j’ai décidé de retourner au centre-ville, en évitant cette fois la Place de la Vieille Ville. J’ai notamment vu la place Vanceslav, qui ressemble davantage à une avenue moderne comme les Champs-Élysées parisiens. Au bout de cette longue place se dresse un majestueux et gigantesque bâtiment qui n’est autre que le musée national.

magnifique Prague
Le magnifique Pont de Charles traverse le Vltava. ©Romain Lambic

Je marche ensuite en direction de Namesti Miru pour découvrir l’église Saint-Ludmila avant de partir en direction du Vltava, en passant par la petite et charmante Place Karlovo. Après être passé à côté d’un bâtiment tordu dans tous les sens, surnommé la Maison Dansante, je remonte le fleuve vers le nord et le Pont Charles. Ledit pont enjambe le Vltava sur 520m et fût bâti par Charles IV, empereur des Romains et roi de Bohême, en 1357. Sur les 16 arches de ce magnifique pont en plein cœur de Prague, des statues trônent au-dessus du Vltava et certaines permettrai de voir ses souhaits réalisés en les touchant. Le pont étant piéton, l’ambiance y est totalement sereine et accompagnée par la mélodie de toutes les petites troupes de musique qui s’y produisent. Après des heures de marche, un bon petit dîner est bien mérité et ce soir, c’est au fameux goulasch (plat d’origine hongroise) de passer par mes papilles, suivi de dumplings en boule fourrés au chocolat. Toujours pour moins de quinze euros.

magnifique Prague
La musique est dans l’ADN de Prague. ©Romain Lambic

La cathédrale, magnifique vestige du château de Prague

Samedi 7 mai – Il fallait bien une bonne nuit pour se remettre des émotions de la veille. Mais je n’ai pas encore tout vu. Deux choses au programme en cet avant-dernier jour de notre magnifique escapade en République Tchèque : le Château de Prague et le match de foot du Sparta, principal club de la capitale et du pays. Il y a de nombreux moyens d’accéder au Château de Prague. Le tramway n’y accédant pas directement, je grimpe les escaliers sur son flanc est. Après 15 minutes de montée, me voilà enfin aux portes du Château, tout du moins de ses vestiges, puisque de ce monument ne reste réellement que ses forteresses et ses édifices religieux. Après quelques centaines de mètres et deux porches franchis, je me retrouve face à face avec un diamant noir. La majestueuse cathédrale du château se dresse devant moi et une centaine d’autres touristes. Je n’ai jamais rien vu d’aussi incroyable et magnifique.

magnifique Prague
La magnifique Cathédrale Saint-Guy se dresse au-dessus de Prague. ©Romain Lambic

Je me sens tout petit face à cette œuvre d’art gothique, qui ne paraît pas être construite par l’homme au vu de ses dimensions extraordinaires. Cet édifice religieux a été bâti entre 1344 et 1420 et est dédiée à trois saints : Saint-Guy, Saint-Vanceslas et Saint-Adalbert. Il n’en faut pas moins pour l’ampleur de ce bijou. Après quelques minutes à contempler le plus beau des monuments que je n’ai jamais vu, je continue mon chemin, vers le palais royal qui est sur le flanc ouest du château. La beauté des lieux est toute autre, de style bien plus moderne, mais l’émerveillement reste de vigueur. À la sortie du palais royal et sous une ambiance musicale sympathique, j’aperçois quelques stands non loin de la sortie, où l’on peut déguster quelques délicieuses spécialités tchèques sucrées, comme le trdelnik (photo) et salées. Allô diabète et cholestérol, bonjour !

Un match du Sparta Prague pour finir en beauté

Après une bonne galette de pomme de terre, je décide de me rendre au Stade Letna pour assister à un choc du championnat tchèque de football, entre le Sparta Prague et le Slovan Liberec. Que voulez-vous, le foot est une passion pour moi. Après environ 1h30 de marche, je me retrouve au stade à acheter mon billet (9 euros, le prix maximal). L’ambiance fut magnifique d’autant plus que le Sparta Prague s’est largement imposé face à son rival, 3-0. Et une petite tournée des bars le soir pour conclure le weekend en beauté, avec des bières au prix moyen de 20 couronnes tchèques, soit moins d’un euro.

magnifique Prague
Supportrice du Sparta Prague, jusqu’au bout des oreilles. ©Romain Lambic

Dimanche 8 mai – Eh oui, le week-end s’est en quelque sorte conclu samedi puisque ce dimanche, nous n’aurons guère la possibilité d’en profiter. Difficile voir impossible de se rendre au centre de Prague en raison de son traditionnel marathon, d’autant plus que le bus repart en direction de Paris à 13 heures. Il y avait encore tellement de choses à voir… On dit qu’il ne faut aller qu’une seule fois dans sa vie dans nos différentes destinations, mais là, c’est obligé, j’y retournerai un jour ! Après un dernier petit barbecue, c’est parti pour un long périple en bus.

Le retour ayant pris un peu de retard en raison de travaux en République Tchèque et en Allemagne, nous arrivons à Paris, Cité Universitaire, autour de 5h du matin, à l’ouverture du métro. Métro, boulot, dodo, nous voici de retour.

Prague la magnifique

par Romain Lambic Temps de lecture : 7 min
0