Premier Contact de Denis Villeneuve, sorti en salle mercredi, est le film qui renouvelle le genre de la science-fiction. Le réalisateur de Sicario, prend un sujet archi connu : la rencontre du 3e type et lui insuffle un souffle nouveau pour nous donner une bonne claque filmique. Premier Contact est une réflexion profonde sur l’étranger, le temps et surtout le langage. Denis Villeneuve signe là un chef d’œuvre humaniste, émotionnellement puissant et graphiquement éblouissant.

Premier contact avec l’autre

Le premier enjeu d’une telle entrevue pour Denis Villeneuve est l’apparence des créatures, la réaction du spectateur doit être la bonne. Objectivement, le pari est plutôt réussi, la forme et l’image choisie donnent une réelle profondeur et de la vraisemblance à ses hectapodes. Avant la rencontre, le réalisateur nous montre la lente progression dans le vaisseau ressemblant à une caverne puis Louise et Ian découvrent à travers une vitre de verre les fameuses créatures. Quand 12 vaisseaux aliens se posent sur terre, chaque pays à son idée pour faire face. Ici parler de l’autre est donc le meilleur moyen de se regarder soi-même. Dans Premier Contact, Denis Villeneuve explore toutes les possibilités. Le réalisateur brosse un portrait peu flatteur des Russes et des Chinois prompts à dégainer. Le point de vue américain est lui plus nuancé, les militaires font appel à des experts : une linguiste et un physicien. L’armée reste néanmoins plutôt caricaturale, elle veut des réponses tout de suite et agite ses armes quand elle ne comprend pas. Malgré tous les obstacles, Louise Banks, interprétée magistralement par Amy Adams, a une foi inébranlable en la bonté des aliens. Elle et Ian vont même surnommer leurs deux interlocuteurs Abott et Costello. Si la télévision, jours après jours, montrent des scènes de chaos suite à cette « invasion », les deux experts font preuve d’un humanisme incroyable et persistent dans leur conviction.

Le langage selon Denis Villeneuve

Dans un film de science-fiction, on s’attend souvent à beaucoup d’action physique. Pourtant dans Premier Contact, et c’est dans cela que réside le génie de Denis Villeneuve, l’élément central de l’intrigue, son avancée est permise grâce au langage. Louise est une experte linguistique, et elle va s’employer à communiquer avec ses inconnus. Son personnage change à mesure qu’elle décrypte leur langage. Cette communication va finir par façonner sa perception des choses, l’imprégner à un point dont elle ne se rendra compte (comme le spectateur) qu’à la fin du film. Pour mieux comprendre l’enjeu derrière la communication, Amy Adams et ses partenaires ont beaucoup lu et appris sur le métier de linguiste. Le langage tient donc une place centrale dans Premier Contact, et il est surprenant d’apprendre que le réalisateur Denis Villeneuve aurait aimé qu’il soit encore plus présent dans le film. Faire apparaître des aliens est donc une chose, les faire communiquer en est une autre. Leur langage s’est surtout traduit dans le film par une forme d’écriture. Le chef décorateur, Patrice Vermette, s’est inspiré du travail de l’artiste Martine Bertrand.

Premier contact Denis Villeneuve

Un palindrome temporel

Premier contact est non seulement un bijou graphique, mais sa beauté réside dans sa construction. Le récit est un palindrome, le film termine comme il commence, et, entre, se mêle différents degrés de lecture. Denis Villeneuve entrelace l’histoire personnelle de Louise dans la grande Histoire qui demeure la rencontre avec les aliens. Si, de prime abord, le spectateur peut avoir du mal à comprendre pourquoi se focaliser autant sur la perte de sa fille, il sera amené à voir le lien inextricable. Le temps s’étire, car déchiffrer une langue inconnue et établir une communication, n’est pas chose aisée. Toutefois, le réalisateur ne nous ennuie jamais. Il joue du passé et de l’avenir pour construire une trame narrative où le présent n’est plus si simple. Denis Villeneuve amène finalement les spectateurs à se demander : ferions-nous les mêmes choix si l’on pouvait en connaître l’issue ? Il y répond quand son héroïne embrasse sa destinée.

Denis Villeneuve émet un Premier contact réussi

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 3 min
0