Le Vendredi Lecture de cette semaine présente une nouvelle romancière : la jeune Laureen Crosnier. Elle publie son premier livre chez Edilivre : Entre mensonges et vérité. L’histoire raconte le quotidien d’une famille déconstruite par la guerre.

Focus sur Laureen Crosnier

Laureen Crosnier n’a que 20 ans et signe sa première collaboration littéraire avec Edilivre pour son roman « Entre mensonges et vérité ». Elle n’est pas ce qu’on appelle une littéraire pure, elle fait des études pour devenir aide-soignante, mais elle a toujours aimé écrire. Elle a commencé vers 11 ans avec des fans fictions sur les séries qu’elle regardait. Son processus créatif est simple, elle écrit quand l’inspiration lui vient, sans se mettre de pression. Pour « Entre mensonges et vérité », ce fut rapide, il était bouclé en quelques mois. Elle n’a envoyé son roman qu’à Edilivre, car elle ne voulait pas essuyer de refus multiple et qu’elle pensait avoir plus de chance d’être publiée chez eux. Pari gagnant puisqu’elle a eu une réponse positive sous 15 jours. Elle penche actuellement sur un second roman, mais voudrait cette fois essayer d’autres maisons d’édition.

Entre mensonges et vérité

L’histoire : 1945. Amélia, une jeune adolescente voit sa famille se briser. Les tensions avec sa mère s’accumulent et l’arrivée de sa grand-mère au foyer n’arrange rien. Parmi les nombreux mensonges, elle doit comprendre pourquoi son père n’est jamais rentré de la guerre. Tout aussi entêtée que déterminée, elle mettra tout en œuvre pour faire éclater la vérité. Finira-t-elle par savoir ce qui est arrivé à son père ?

Tu pourrais aimer...
"En quête de vengeance" : un ouvrage qui manque d’élan

« Entre mensonges et vérité » est écrit du point de vue de la jeune Amélia. Son père n’est jamais revenu de la guerre, son frère est parti travailler à Paris. Elle se retrouve seule, dans son petit village d’Alsace, avec sa mère et sa petite sœur. De base, Laureen Crosnier, n’avait pas prévu de situer son roman à cette époque, mais l’histoire qu’elle souhaitait raconter était faite pour cette période. Amélia mène sa vie tranquillement, une certaine routine s’installe, les premières pages racontent son train-train quotidien, mais il y a un fantôme caché. Celui de son père qui plane de bout en bout sur l’histoire. S’il est question des problèmes que peuvent avoir certaines familles à se reconstruire après un événement traumatique, Laureen Crosnier a choisi de teinter son roman d’espoir. En effet, l’amour triomphe puisqu’il y aura trois mariages : son grand frère, sa mère et le sien.

Comments

comments

Premier roman pour Laureen Crosnier

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0