Dans Séduire Isabelle A, Sophie Bassignac livre une comédie de mœurs qui sublime le mélange des genres. A la fois drôle, émouvant et attendrissant, ce roman truculent à l’humour humaniste pose de bonnes questions et offre une belle célébration de la famille. Opération séduction réussie. (JC Lattès)

Rentrée Littéraire Séduire Isabelle A. Sophie Bassignac Une
Séduire Isabelle A, Sophie Bassignac, JC Lattès, 31 août, 18,50€

Séduire Isabelle A, c’est aussi séduire sa famille

« Les familles sont comme des pays. La nôtre n’a rien d’exceptionnel. Elle a sa propre politique, son histoire et ses rituels, ses mots d’auteurs, ses dates anniversaires, ses stars, ses grands sages et son esthétique. » Bienvenue au sein de la dynastie Pettigrew : une famille extravertie, extravagante, exigeante, parfois ridicule, un clan loufoque de libre-penseur réunis, chaque week-end du 15 août, dans une maison de campagne au bord de la Loire.  Pierre Réveillon, jeune homme lisse et conventionnel, rencontre pour la première fois la famille d’Isabelle. Dans un roman jubilatoire, Sophie Bassignac écrit la difficulté et l’appréhension des premières rencontres avec la belle-famille et cette façon si particulière dont les deux mondes qui se heurtent peuvent remettre en cause une histoire d’amour.

 

 Sophie Bassignac se livre ici à un véritable art du portrait – pertinent, parfois cru, toujours surprenant, elle étrille et célèbre chaque membre de sa plume aiguisée. De la grand-mère Henriette, jeune fille de 82ans hyper-théâtrale à Catherine, une mère excentrique et cavalière d’un jour en combinaison à paillettes, du grand-père James, amoureux de sa jeunesse perdue, qui écrit des haïkus cochons à la jeune étudiante coréenne qui loue le studio de la propriété, en passant par Ludovic-Umberto, le couple gay, infidèle et italien le plus cliché mais certainement le plus jouissif : Pierre se heurte à des personnalités hautes en couleurs et en caractère.

« Henriette suçait tranquillement sa vinaigrette à l’arsenic. »

La décoction maison de la tante pour rester jeune, une après-midi en famille à la plage nudiste, le défilé lingerie de la mère qui promeut l’entreprise familiale, où un accident de taureau évité de peu : Pierre en voit de toutes les couleurs avec ces personnages caricaturés et burlesques. Un peu d’infidélité + un spectacle surprise à monter pour la grand-mère + une nièce puritaine, homophobe et satanique sortie tout droit de La Manif pour Tous qui aurait fusionnée avec la Famille Adams = un cocktail explosif dans lequel Pierre est jeté à pieds joints.

 

Plus qu’une éphéméride de situations cocasses, Sophie Bassignac passe en revue tous les lieux communs d’un week-end chez les beaux-parents : la peur de ne pas plaire, les réflexions ambiguës, l’appréhension, l’incompréhension, les préjugés, la peur que la famille assiste aux ébats nocturnes, etc. La liste n’est pas exhaustive mais le roman est efficace, le contraste entre les deux familles l’est davantage et mène à une réflexion sur la manière de vivre sa vie, et surtout, sur l’importance de la famille. Un roman truculent à offrir à tous les beaux-parents.

« Toi et moi, on a fait notre vie avec des femmes exceptionnelles. Et, si tu réfléchis à la question, tu t’aperçois que c’est un sacré pari d’en choisir une contre toutes les autres. Moi, chaque matin depuis trente ans, quand je vois Catherine s’éjecter du lit comme du siège d’un Rafale, j’ai l’impression que tout peut arriver. Et en effet, tout arrive. »

Découvrez ci-dessous les premières pages 
du roman Séduire Isabelle A. de Sophie Bassignac

 

Rentrée Littéraire : Séduire Isabelle A., Sophie Bassignac

par Lolita Savaroc Temps de lecture : 3 min
0