Au terme d’un match hargneux face à la Nouvelle-Zélande, l’équipe de France de rugby fauteuil a obtenu chez elle son billet pour les Jeux Paralympiques de Rio (Brésil) cet été. Retour sur le parcours français pendant le tournoi qualificatif qui se tenait à Paris du 18 au 21 avril 2016.

Les larmes aux yeux et les bras sur la tête. Ils ne le réalisent pas encore mais ils l’ont fait. Ils se sont qualifiés pour les Jeux Paralympiques de Rio qui auront lieu à partir du 7 septembre prochain, dans la foulée des Jeux Olympiques. Ces athlètes, ce sont les joueurs de l’équipe de France de rugby fauteuil. Ils ont réalisé cet exploit à l’occasion du tournoi qualificatif qui s’est déroulé du 18 au 21 avril dernier à Paris. Inutile de dire que l’ambiance était festive avec pas moins de 400 supporters derrière les Français et des tambours faisant trembler le gymnase Louis Lumière, situé entre les portes de Bagnolet et de Montreuil. Le tout sous les yeux de Thierry Dusautoir, le troisième ligne du Stade Toulousain et ancien capitaine du XV de France. Et pourtant, ce n’était pas gagné.

Un tournoi de rugby fauteuil âpre

Lundi 18 avril, 9 heures. Les hostilités commencent avec la phase de poule qui va se dérouler jusqu’au mercredi matin. Six équipes sont en lice : l’Allemagne, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, la France et la Nouvelle-Zélande. Seules deux équipes décrocheront leur billet pour Rio. Ces équipes de rugby fauteuil rejoindront le Brésil (organisateur), l’Australie, la Grande-Bretagne et le Canada, meilleure équipe mondiale et d’où est originaire cette discipline. Le tournoi commence sur les chapeaux de roue pour la France, avec une première large victoire contre la Finlande, 64-43.

Avant d’aller plus loin dans la compétition, essayons de comprendre les règles de base du rugby fauteuil. Chaque équipe est composée de 12 joueurs, mais s’affrontent sur le terrain en quatre contre quatre. Le sport se pratique en salle, sur un espace équivalent à un terrain de basket-ball, avec une balle de volley-ball. Le sport est notamment accessible aux athlètes atteints d’un handicap touchant les quatre membres. Pour pratiquer ce sport, les athlètes évoluent dans des fauteuils ultra-résistants, conçus pour encaisser les chocs violents, qui sont nombreux dans cette discipline. Un matériel qui coûte de 4000 à 7000€ par fauteuil. Les athlètes enduisent leurs roues avec une résine spéciale permettant aux fauteuils d’adhérer au plancher. Le match se divise en quatre quart-temps de huit minutes et l’objectif est de marquer le plus de points possibles en amenant le ballon dans l’en-but. Le contact entre fauteuils est autorisé mais pas le contact physique. Ce qui n’empêche pas les fauteuils de se renverser. Les mécanos sont là pour les remettre sur roue mais aussi pour intervenir en cas de crevaison.

Rugby fauteuil Jeux Paralympiques
À l’image de Jonathan Hivernat, l’équipe de France a du s’arracher pour se qualifier.

Revenons-en à notre compétition. Après son premier succès contre la Finlande, la France enchaîne avec une seconde victoire contre le Danemark, 59-52. Le second jour de compétition (mardi 19 avril), se passe moins bien pour les Français. Après avoir perdu leur troisième rencontre par 63 à 41 contre les États-Unis, grands favoris de ce tournoi, ils ne peuvent résister face aux All Black néo-zélandais contre lesquels ils perdent 56-51. La dernière rencontre de la phase de poule le lendemain contre l’Allemagne est cruciale, elle doit gagner pour aller en demi-finale et avoir une chance de décrocher son billet pour les Jeux Paralympiques. Ce que les Français réussissent à faire en s’imposant facilement 63-45. La France valide sa place en demi-finale en remportant un match de classement contre la Finlande, 53-45.

Les Français au rendez-vous

Jeudi 21 avril, 13h. C’est l’heure de vérité pour les Français. Ils retrouvent, en demi-finale, la Nouvelle-Zélande, qui les avaient battu deux jours plus tôt. Cette fois, la France fait front, ce avant même le coup d’envoi. S’inspirant du XV de France de rugby face aux All Black il y a quelques années, ils défient le haka néo-zélandais. Et cet état d’esprit guerrier et conquérant se retrouve sur le terrain. L’enjeu est énorme, le vainqueur de cette demi-finale s’envolera pour les Jeux Paralympiques de Rio. Le match est au départ très serré, les deux équipes se donnant coup pour coup, tant au niveau des points que des contacts rugueux. Avec une défense de très haut niveau, les Français prennent le contrôle du match en ayant régulièrement deux points d’avance sur les Kiwis. Usés physiquement, ils se font distancer par les Français qui peuvent savourer leur qualification pour les jeux. Score final : 51-48.

Rugby fauteuil Jeux Paralympiques
Ryadh Sallem, le meneur de l’équipe de France.

Pour le numéro 9 de l’équipe de France, Ryadh Sallem, qui a littéralement survolé le tournoi avec un grand nombre de points inscrits et une fine conduite de son fauteuil, « c’est que du bonheur ». À la sortie de ce match, il a du mal à trouver les mots pour décrire ce qu’il ressent. « La mission est accomplie et maintenant on relâche la pression mais on reste à bloc pour la finale du tournoi », contre les États-Unis. Jonathan Hivernat, licencié du Stade Toulousain qui pratique le rugby fauteuil depuis 6 ans, est empli d’émotion à l’idée de se rendre à Rio : « C’est une grande satisfaction, tant d’un point de vue individuel que collectif. On a abordé ce deuxième match contre la Nouvelle-Zélande dans une confiance totale et avec un esprit conquérant. On a réussi à imposer un rythme élevé et on a été tactiquement bien meilleurs. »

« Frapper un grand coup » aux Jeux Paralympiques

Le coach de l’équipe de France, Olivier Cusin, ne peut lui non-plus cacher sa satisfaction : « Cette qualification est une excellente nouvelle pour notre sport, c’est le fruit d’un gros travail. Depuis les Jeux de Londres en 2012, on a beaucoup progressé. Ce tournoi a été difficile, nous n’étions pas favoris et nous avons travaillé dans l’ombre. Maintenant, on veut faire quelque chose de grand à Rio. »

Rugby fauteuil Jeux Paralympiques
Olivier Cusin, l’entraîneur de l’équipe de France, en pleine analyse d’un match.

Les athlètes français ont pu aborder la finale du tournoi contre les États-Unis en roue libre, avec Rio en tête. Après avoir tenu tête aux Américains jusqu’au milieu du match, la fatigue cumulée a eu raison des Français qui perdent finalement 45-53. Mais qu’importe, Rio est acquise. Rendez-vous le 7 septembre 2016 pour les XVe Jeux Paralympiques d’été.

Romain Lambic

#Rétrospective – Rugby fauteuil : les Français aux Jeux P…

par Romain Lambic Temps de lecture : 5 min
0