Dimanche commencera officiellement RG2016 pour quinze jours intenses de tennis. Avant cela, il y a un événement moins connu car pas télévisé jusque-là, le tournoi de qualification. Les petits jeunes Français ont ainsi des chances de voir la compétition ou encore des moins jeunes comme Stepanek. Munie de mon accréditation presse, je vous fais revivre les coulisses de cette semaine un peu différente des deux autres.

Qualification RG2016

Je commence par les Français cocorico oblige. Lundi ils étaient 17 en lice. Vendredi soir au final on en comptait plus qu’un. Le seul survivant s’appelle Kenny De Schepper. Sur sa route il aura croisé : Filippo Volandri (lundi), Vincent Millot (mercredi), Igor Sijsling (vendredi). Lors du match franco français de mercredi auquel j’ai assisté, le géant m’a beaucoup impressionné par son efficacité dans le jeu. Pour se qualifier, vendredi, il expédie Igor Sijsling (6/3 6/2) en 55 minutes. Un garçon efficace je vous dis ! C’est la première qualification du double mètre à Roland. RG2016 se présente bien pour lui, même s’il affrontera, dès son entrée en lice, l’Argentin Facundo Bagnis, qui avait triomphé de Julien Benneteau au premier tour de l’édition 2014 au bout d’un marathon en cinq sets conclu par un 18/16 dans le dernier acte. Le dernier espoir pour les femmes ce vendredi s’appelait Fiona Ferro. Elle a battu la Chinoise Chang Liu (7-5/6-3) mardi, l’Américaine Vania King (2-6/6-3/6-4) jeudi mais n’a rien pu faire vendredi contre Sachia Vickery. Elle a perdu sèchement 6-0/6-1.

Je tenais aussi à m’arrêter sur Radek Stepanek. Un grand monsieur du tennis, qui jouait le tournoi de qualification de RG2016 à 37 ans. Lundi, j’étais sur le court n°6 pour voir son premier match de qualification contre Cedrik-Marcel Stebe, et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’étais pas seul. Après avoir un peu tergiversé à gagner le premier set, il remporte le match 6-4/6-4. Il a eu un peu plus de mal, contre Matthew Barton puisqu’il a concédé un set mais gagne quand même 3-6 6-2 7-5. Pour conclure en beauté, vendredi, il n’a fait qu’une bouchée du Japonais Yoshihito Nishioka (6-3/6-2) même si le public était pour l’adversaire (oui oui beaucoup de japonais étaient dans les travées ce vendredi). J’ai été admirative, quand, à la fin du premier set, il a claqué 3 aces d’affilé ! Il lui faudra beaucoup de confiance pour la suite puisqu’il fera face au n°2 mondial Andy Murray au premier tour. Une petite voix me dit que le match ne sera quand même pas si simple pour le Britannique car le Tchèque a encore de beaux restes.

qualification RG2016
Radek Stepanek à l’oeuvre. Aliénor Pérignon

Les entraînements c’est géant

Sur le Lenglen, il y a eu des entraînements qui auraient fait de jolies affiches de matchs officiels. Jeudi, Lucas Pouille, le nouveau petit Frenchie qui monte, a tapé la balle contre Novak Djokovic. J’étais tranquillement en train de manger mon sandwich quand j’entends une foule de gamins hurler le prénom du n°1 mondial. Que se passe-t-il ? Il s’entraîne sur le court mais le public n’est pas encore invité à y entrer. Une fois chose faite, je me trouve une bonne place et j’admire ! Au bout d’un moment Lucas Pouille s’en va et le Djoker s’entraîne seul. Il joue ensuite à la pétanque-tennis avec les mecs de l’entretien du court, lance ses balles dédicacées dans le public. Enfin il finit par quelques montées d’escaliers et une hola pour nous ! Vendredi se fut au tour de Nadal de faire face à Murray. Le moins que l’on puisse dire c’est que même sans enjeux les deux ne se sont pas économisés. Il y a eu des beaux points, le public a applaudi. Je vous le dis RG2016 ça promet !

RG2016 qualification
Nadal sur le point de servir. Aliénor Pérignon

Le Media day

Pour le dernier jour du tournoi de qualification, vendredi, c’était le « Media Day ». J’étais donc assise en salle 1 de conférence de presse du court Philippe Chatrier. De 13h à 16h, j’ai eu l’énorme privilège de voir défiler : Serena Williams, Victoria Azarenka, Jo-Wilfried Tsonga, Garbiñe Muguruza, Simona Halep, Rafael Nadal, Andy Murray et Novak Djokovic. Ça en fait du beau monde ! Je vous explique comment ça se passe : il y a d’abord les questions en anglais puis celles dans la langue du joueur. Au micro, il y a les ponctuels et ceux qui le sont beaucoup moins, les blagueurs, les confiants et les contents.

Serena Williams a eu froid mais elle relativise, si elle veut avoir chaud elle doit aller loin dans le tournoi puisque c’est bien connu la météo s’améliore dans le temps à Roland. Il y a eu beaucoup de questions sur la sécurité suite aux attentats de Paris mais apparemment les joueurs ne sont pas troublés, « Better safe than sorry » a bien résumé Novak.Il a été très pragmatique, s’il ne gagne pas cette année ça sera l’année prochaine, il n’est pas prêt de s’arrêter. Il a aussi insisté sur le côté humain des joueurs en disant que pour lui c’était important aussi de s’amuser. Andy Murray, qui va jouer contre quelqu’un issu des qualifications, a expliqué que ce dernier avait déjà joué 3 matchs que ça ne serait pas forcément évident car il serait déjà prêt pour la surface.

Un vent de fraîcheur a quant à lui souffler quand Garbiñe Muguruza est apparu. La jeune femme semble vraiment heureuse d’être là, elle explique même que pour les Espagnols Roland Garros c’est très important. Pour elle son inspiration est plus Rafa qu’Arantxa Sánchez, oui elle était trop petite pour suivre sa célèbre compatriote. On a beaucoup aimé la répartie du tac au tac d’ailleurs du n°5 mondial, quand un journaliste lui demande s’il se sent vieux (il va fêter ses 30 ans pendant le tournoi ndlr), il répond « Et vous, vous, vous sentez vieux ? ». C’est la seule fois qu’on l’aura vu se dérider dans la conférence…

La question originale du jour fut posé à Tsonga, les tenues vestimentaires font toujours parler ici. Le Français portera un tee shirt à motif zébré, le journaliste lui a donc demandé à quel animal il s’identifiait le plus. On a bien ri et il a répondu qu’il y en avait plusieurs dont notamment le paresseux et le koala.

Ce fut aussi une triste semaine à RG2016 car on a apprit le forfait de deux grands joueurs : le Suisse Roger Federer et le Français Gaël Monfils.

Une semaine au tournoi de qualification RG2016

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 5 min
0