Depuis mon plus jeune âge, mes parents m’ont fait comprendre que le vote était certes un droit mais surtout un devoir. C’est donc tout naturellement que je me suis rendue à chaque scrutin dès que j’ai reçu ma carte électorale. Je me souviendrai d’ailleurs toujours de ma première pensée le jour de mes 18 ans : « Désormais, je peux voter ». Convaincue au plus haut point que les choses pourraient changer grâce aux voix de mes pairs, j’ai même commencé à militer auprès d’eux pour leur faire comprendre qu’il fallait s’exprimer dès que nous en avions l’occasion.

À l’occasion des élections régionales, je passais justement sur les ondes de Radio Campus Lorraine pour motiver les troupes. Je voulais redonner espoir à ceux qui avaient renoncé à donner leur voix. Récit d’une personne qui voudrait encore y croire, mais qui commence à douter.

Loi Travail : la goutte qui a fait déborder le vase

Vote - Le changement maintenant, c'est trop tard.
© Les indégivrables

En ayant recours à l’article 49 alinéa 3 pour faire passer en force la Loi Travail, le gouvernement a clairement montré que le débat n’était plus possible dans notre système actuel. Et en refusant de soutenir une motion de censure de gauche, certains frondeurs ont montré leurs limites. Or, quand nous savons que 75% des français étaient opposés à ce passage en force, nous nous demandons sérieusement ce qu’il reste encore de la célèbre maxime d’Abraham Lincoln « Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». N’ayant toujours vécu que sous des gouvernements de droite, j’ai voulu croire que l’élection de François Hollande serait synonyme de changement. Après tout, son slogan n’était autre que « Le changement, c’est maintenant ». Après avoir longtemps érigé comme modèles les dirigeants politiques de la gauche, comprenez ma désillusion du moment. Mais ne vous méprenez pas pour autant, je rêve encore d’une alternative et crois fermement qu’elle est sur le point d’arriver.

Nouvelles formes de citoyenneté : l’exemple du village de Saillans

Vote - Exemple du village de Saillans
© Saillans

Saillans (Drôme) est la preuve vivante que nous pouvons parvenir ensemble à créer quelque chose qui nous ressemble : lors des dernières élections municipales, les 1 200 habitants de ce petit village ont tous été élus dès le premier tour ! En effet, après avoir subi pendant plusieurs années les décisions d’un maire qui ne respectait pas les volontés de ces habitants, ils ont travaillé pendant des mois à une liste collégiale. Partant du principe que « le régime représentatif confisque la démocratie » et que « la citoyenneté ne se résume pas à un vote tous les six ans », la commune est désormais régie par un système de démocratie participative où chacun peut s’exprimer. « On est même allés jusqu’à se demander si on avait besoin d’un maire », précise un habitant.

Pour en savoir plus

Mais alors, quel sens donner au vote ?

Vote
© Ministère de l’Intérieur

Je ne tomberai pas pour autant dans la tentation du « Tous pourris ». À chaque élection, de plus petits partis tentent de se faire entendre mais n’y parviennent souvent pas, faute d’avoir accès aux médias ou d’avoir un nombre de parrainages suffisant. Petit à petit, le tripartisme nous est imposé. Mais alors, comment y résister et montrer notre mécontentement ? Reste la solution du vote blanc qui n’est certes pas comptabilisé mais qui, à mon sens, montre tout de même un certain intérêt pour la vie de notre pays. Comment faire la différence entre quelqu’un qui ne vote pas parce qu’il s’en moque et une personne qui est résignée par notre système ?

Oui je suis déçue de notre système et de son fonctionnement mais je veux encore croire que les choses peuvent changer quitte à paraître naïve. Je continuerai à voter, même blanc, même si je pense que tout ne se joue plus lors des élections mais plutôt au quotidien. Je pense profondément que si chacun d’entre nous cherchait davantage à se faire entendre, nous pourrions parvenir à améliorer notre avenir. Après tout, n’est-ce-pas ce que nos parents ou grands-parents ont réussi à faire en mai 1968 ? Je reste en effet convaincue que ce n’est pas en restant passifs que nous obtiendrons gain de cause …

Comments

comments

Le vote a-t-il encore un sens ?

par Aude Norguin Temps de lecture : 3 min
0