On ne sait pas qui, du Réal ou de l’Atlético Madrid, va gagner la Ligue des Champions mais on peut dire que le football espagnol règne sur l’Europe, la preuve en est avec cette victoire de Séville en finale de la Ligue Europa. Liverpool aura tenu une mi-temps avant de perdre 1-3 à Bâle.

Un arbitre indigne d’une finale de Ligue Europa

Avant toute chose, et ce en toute objectivité, j’aimerais revenir sur l’arbitrage de cette finale. Monsieur Eriksson a été en dessous de tout il faut le dire ! Quand on est pas Anglais on a peut-être un peu de mal à comprendre le sens du mot contact mais ce n’est pas pour autant qu’il faut siffler à la moindre. La Premier League est un championnat rugueux mais tous les joueurs s’en accommodent. Bon pour être honnête on n’a pas plus compris les fautes sifflées contre Liverpool que celles contre Séville. Quant à la fin du match les Espagnols prenaient leur temps pour jouer ou sortir là d’accord les biscottes étaient justifiés mais sinon l’utilisation du sifflet a été laborieuse toute la partie. Mais revenons tout de suite sur ce qui a été le plus choquant dans la rencontre : les mains non pénalisées… Klopp aurait dû prêter ses lunettes à l’arbitre ! La première mimine dans la surface qui aurait dû donnée lieu à un penalty est l’oeuvre de Daniel Carriço à la 13e minute. À la 28e, c’est au tour d’Adil Rami de se servir de sa main. Alors qu’Alberto Moreno était dans la surface, le Français prolonge le ballon en corner mais pas du pied… L’arbitre signale une sortie de but. Grzegorz Krychowiak lui c’est à la 40e ! Plusieurs penaltys non sifflés en une mi-temps, c’est Steven Gerrard qui doit être content… Monsieur Eriksson signe un autre « chef-d’oeuvre », à la 70e, il finit par accorder le but de Coke, après avoir déjugé son arbitre de touche.

Séville éteint Liverpool en 2e mi-temps

Liverpool après avoir mené en 1e mi-temps a peut-être pensé être arrivé. Même si les 45e minutes étaient un peu lentes, les Reds ont scoré. À la 35e, Coutinho sert Sturridge qui enchaîne de l’extérieur du pied gauche pour inscrire un but de toute beauté ! 3 minutes plus tard, Lovren croyait avoir, de la tête, mis le 2e mais son but est hors-jeu à cause d’un mauvais placement de Sturridge. Au retour des vestiaires, c’est donc tout naturellement que Séville se rappelle au bon souvenir de Liverpool. Une finale de Ligue Europa, même si ce n’est pas la Ligue des Champions, se doit d’être un peu relevé ! À la 46e, c’est le Français, Gameiro, auteur d’une remarquable saison, qui égalise pour redonner une dynamique à son équipe. Mariano élimine Moreno d’un petit pont, il centre et hop le ballon est au fond des filets. Le voilà récompensé lui qui avait manqué son ciseaux en première mi-temps. À la 60e, il faudra toute l’adresse de Mignolet pour sauver Liverpool sur un corner. Les 20e minutes de la seconde mi-temps sont caliente, à l’avantage de Séville. À la 64e, Coke, le capitaine, marque après un une-deux entre Vitolo et Banega. J’ai déjà parlé précédemment de son doublé à la 70e alors je ne reviendrais pas dessus.

Ligue Europa Séville
Gameiro après le but ayant redonné espoir à son équipe. M. Dalder/Reuters.

Dans cette mi-temps, Séville domine et mérite donc logiquement de gagner ce match, cependant sa physionomie aurait pu être totalement différente si Liverpool avait eu l’occasion de marquer ses penaltys…

Séville remporte sa 5e Ligue Europa

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0