Manchester City et le Réal Madrid se sont séparés sur un triste score nul et vierge à l’Etihad Stadium, ce mardi en demi-finale aller de Ligue des Champions (0-0). Une rencontre indigne de la plus prestigieuse des compétitions du continent européen, le spectacle n’aura pas été au rendez-vous.

0, comme le nombre de tir cadré en première période. En une stat’, on pourrait résumer ce match et comprendre sa physionomie. Enfin presque. Car heureusement, le dernier quart d’heure du match a été plus animé. Mais cela n’aura pas suffit aux deux équipes pour ouvrir le score.

Et que dire de ce premier acte ô combien insignifiant. Entre approximations techniques et maladresses, le spectacle n’était clairement pas présent sur le terrain, ni en tribune d’ailleurs. Ce match ressemblait plus à ces fameuses rencontres de pré-saison sans saveur, jouées le plus souvent en Asie ou au Moyen-Orient, qu’à un match de Ligue des Champions. Et pourtant, c’était bien une demi-finale…

Le seul fait marquant de cette première mi-temps aura été la sortie sur blessure de David Silva, remplacé par le jeune Iheanacho, auteur d’un doublé ce weekend en Premier League.Pas une occasion à se mettre sous la dent, ni même le moindre tir cadré.

Spectacle City
Fernando à la lutte avec Bale lors d’une première période insipide. © Jon Super / AP/SIPA

Joe Hart seul à faire le spectacle

La seconde période débute tout aussi tristement, mais Sergio Ramos, d’une tête sur le gardien, cadre pour la première fois dans ce match à la 54è. La véritable première occasion du match intervient à la 71è minute de jeu, lorsque Jesé sur un beau centre de Carvajal vient trouver la barre de Joe Hart. C’est le début d’un dernier quart d’heure un peu plus rythmé. Dans la foulée, le Réal semble prendre le contrôle du match, avec une nouvelle frappe de Modric au dessus (73è), puis de Bale de peu à côté (75è). Une minute plus tard, Jesé est accroché dans la surface par Otamendi, l’arbitre ne bronche pas, et soulève peut-être un début de polémique lors de ces prochains jours.

Puis, le festival Joe Hart va commencer. D’abord avec une magnifique parade du pied sur une tête de Casemiro (79è), tel un gardien de Hand. Il récidivera avec un arrêt exceptionnel face à Pepe, pourtant à bout portant et seul au 6m. Hart, incontestablement homme du match, aura embellie l’espace d’un instant une soirée bien terne. Mine de rien le gardien Anglais de City est en train d’emmener doucement mais surement les Citizens vers les sommets.

Spectacle City
L’arrêt décisif de Joe Hart face à Pepe. © C.Recine / Reuters

Pepe, toujours aussi précieux au sein de la défense Madrilène, n’aura pas raté grand-chose, à l’image de son intervention sur Sterling, partant seul au but, à la 90è. Il y aura alors un dernier frisson sur le but du Réal au moment au Kevin De Bruyne obtient une faute à l’entrée de la surface (92è). Son coup franc direct sera claqué en corner par Keylor Navas.

City inoffensif

Manchester City devra montrer beaucoup plus de chose au retour, s’il veut espérer se qualifier pour la première finale de son histoire. Mais comme face à Paris, les Skyblues ne semblent pas avoir les ressources nécessaires cette année pour rivaliser avec les toutes meilleures équipes du continent. Encore moins sans David Silva et Yaya Touré blessés.

L’équipe de Zinedine Zidane, quant à elle, aurait pu l’emporter en fin de match, mais sans Ronaldo et Benzema, ce Réal là n’a pas la même allure. Car la surprise du début de match se situait bien sur la feuille de match qui montrait l’absence de Cristiano Ronaldo, pourtant annoncé de retour après son alerte en championnat. Le Portugais n’était donc pas remis à temps de sa blessure comme l’espérait toute la capitale espagnole, tout comme Karim Benzema, qui trop juste et sorti à la mi-temps.

Le suspense reste donc entier pour le retour. Même si le Réal sera en position de force, en recevant au Bernabeu le mercredi 4 mai prochain. Mais il devra montrer autre chose à son public, comme peut-être le spectacle proposé lors de la remontada en quart face à Wolfsburg.

Marius Schneider

City – Madrid manque de spectacle

par contributeurs Temps de lecture : 3 min
1