Ça y est, deux ans après « Le réveil de la Force » et un an après « Rogue One« , le dernier épisode tant attendu de Star Wars est sorti. « Les derniers Jedis » est le huitième épisode de la célèbre saga, et contrairement à l’épisode 7, Disney et Lucasfilm ne se sont pas contentés de refaire le même procédé que le volet précédent.

Un renouveau pour la saga ?

S’il y a bien une chose que n’avait pas réussi l’épisode 7, c’est de surprendre. Tout avait été fait pour que les fans de la première heure se retrouvent comme à la maison. Or, « Les Derniers Jedis » décide de prendre son envol et de proposer ses événements propres. Mais, à y regarder de plus près, la trame globale reprend peu ou prou les mêmes situations que « l’Empire contre-attaque » (de façon bien moins appuyée et référencée que l’épisode 7 avec le 4). Néanmoins, ce n’est qu’une vision élargie de l’histoire car dans les détails et situations clés, le renouveau est bel et bien là. La réalisation de Ryan Johnson, qui avait fait l’excellent Looper, redonne de l’air à cet saga qui risquait de rester coincée dans le style donné par George Lucas avec l’épisode 4 originel.

Le retour des Derniers Jedis

Luke revient enfin, retrouvé par Rey. Ce film permet donc d’aborder la question épineuse qui sous-tendait tout le film précédent : pourquoi s’est-il exilé ? Mark Hamill propose une interprétation qu’on avait rarement pu voir venant de lui, jouant tout en torture et aigreur un Luke isolé depuis trop longtemps et qui ne veut plus causer de dommages collatéraux à ce monde. La relation qui se tissera entre lui et Rey, jouée par Daisy Ridley, sera malheureusement insuffisamment développée pour qu’on puisse vraiment apprécier ce lien qui les aura unis (et que le film veut nous faire croire existant). C’est l’un des problèmes du film d’ailleurs, il a du mal à gérer sa temporalité.

Course contre la montre

Les Derniers Jedis, comme tout film Star Wars, joue sur plusieurs tableaux et sépare ces personnages principaux : Rey est partie retrouver Luke et le ramener, Poe Dameron tente de sauver la résistance jusqu’à désobéir aux ordres et Finn devra retrouver un pirate informatique pour sauver les résistants qui restent en vie. Car, tout comme l’épisode 5, la Résistance est en fuite face au premier Ordre. Ce qui est surprenant et déstabilisant, c’est que l’épisode 8 commence presque dans la foulée du 7. Tout le film se déroule dans un temps très serré, entre fuite des résistants, entraînement express de Rey et rébellion de Poe qui ne croit plus en la chaîne de commandement. Comme le scénario fait tout se passer dans un empressement constant, on ressort du visionnage avec le sentiment d’avoir vu pleins de scènes, mais sans se poser pour les apprécier complètement.

Surprise surprise

Ce que l’on ne peut pas reprocher au film, c’est de surprendre sur la fin tout son auditoire. Les séquences finales et les choix scénaristiques fait par Lucasfilm et Disney sont osés. Ils ont envie de faire vivre leurs personnages, et font le choix de fermer certaines portes scénaristiques définitivement dans cet épisode en laissant parfois un goût d’inachevé. On pensera notamment au passé de Snoke, que l’on aurait aimé être plus développé pour mieux comprendre ces ambitions. Il y a tant de points à aborder, mais aussi tant de surprises à gâcher à les raconter. Si vous avez été déçu par le scénario et le manque d’originalité volontaire de l’épisode 7, vous saurez apprécier les nouvelles pistes et le nouveau regard mis sur l’univers Star Wars dans « Les Derniers Jedis ».

Star Wars, Les Derniers Jedis : le surprenant film de Ryan Johns…

par Christophe Lalevee Temps de lecture : 3 min
0