L’équipe de France, dans ce SUIFRA, n’a pu faire mieux que 0-0 pour le dernier match des phases de groupes. Séduisants en première, les bleus offrent de belles promesses pour la suite. Leur manque de réalisme face au but pose néanmoins des questions car cette fois il n’y a même pas eu de but à la 90e ! Ils terminent quand même leader du groupe A et se projettent vers un huitième de final abordable face à un troisième de poule.

Avant même le début de ce SUIFRA, le sélectionneur des bleus surprenait avec les titularisations de Sissoko et Cabaye au milieu de terrain, laissant Kanté et Matuidi se reposer et de Gignac à la pointe de l’attaque, en lieu et place de Giroud. Une volonté de la part de Didier Deschamps donc de faire tourner son effectif et de donner du repos à certains de ses cadres avant le début des matchs couperets.

45 minutes pleine de promesses

Le début de match est pourtant très rythmé et la première frayeur intervient dès la 7è, sur un corner, la déviation de Schär, mal renvoyé par Pogba, est presque récupérée par un Djourou à terre à moins d’un mètre du but de Lloris. C’est le début d’une première demi-heure pleine d’occasions. À la 12è, Pogba enroule une frappe à l’entrée de la surface, détourné sur sa barre par le portier suisse. Dans la foulée, c’est d’une demi-volée que le milieu de terrain de la Juventus va faire frissonner tout un stade. L’arrêt de Sommer est exceptionnel (13è). Quelques instants plus tard, le show Pogba continue, le numéro 15 des bleus claque une frappe somptueuse du gauche des 30m qui heurte de plein fouet la barre suisse. La France pousse mais n’arrive pas à conclure. Le jeu est propre. À la 29è, Embolo voit sa frappe dans la surface contré par Koscielny. Ce sera la dernière réelle action dangereuse des Suisses dans ce match.

SUIFRA promesses
Paul Pogba passe par dessus Embolo. © P. Lahalle/L’Equipe

Griezmann, Coman, Sissoko et Pogba se régalent, ce sont les grands hommes de cette première mi-temps de ce SUIFRA. Cabaye, pour son retour, fait aussi un match sérieux et appliqué avec beaucoup de tacles et de récupérations importantes. Chacun joue pour les autres et les retours défensifs des attaquants ne sont pas rares, à l’image de ceux de Griezmann. Bref, une équipe de France solide, agréable à voir jouer mais en manque cruel de réussite. De belles promesses en perspective.

SUIFRA : Terrain, glissades et déchirures… de maillots !

Le début du second acte est totalement à l’avantage des Suisses. Les promesses du début de matchs ont disparu. Les Français courent après le ballon. Mais cette domination stérile ne donnera pas la moindre situation à la Nati. Au contraire, les Français procèdent en contre et se montrent parfois dangereux. Griezmann, à la suite d’un une deux avec Gignac aura l’occasion d’ouvrir le score, mais sa frappe du droit sera une nouvelle fois repoussée par l’excellent Sommer. Pogba était encore au départ de l’action (57è).

La rencontre s’équilibre. Il y a moins d’envie, moins de rythme. Et beaucoup de glissades. D’ailleurs, l’état du terrain du stade Pierre Mauroy de Lille fut pitoyable pour ce match. Pire, elle aura même été peinte en vert pour faire illusion. Lors de cet Euro 2016, les pelouses en général sont indignes d’une compétition internationale, et nous ne sommes qu’aux matchs de groupes… Consternant par rapport à l’événement. Du côté de l’extrasportif, mais de manière plus insolite, on notera aussi le nombre incroyable de maillots suisses déchirés pendant le match. Quatre joueurs auront été obligés de changer de maillots. Et comme dans ces rencontres étranges rien ne se passe comme prévu, Behrami réussira l’exploit de crever le ballon après un contact avec Griezmann. Mais tout cela relève de l’anecdote.

En fin de match, les tricolores vont de nouveau pousser légèrement. Sissoko au terme d’un rush extraordinaire de 40m dépose son centre dans les pieds de Payet, qui d’une volée parfaite du plat du pied, trouve la barre du portier suisse. Troisième barre pour les bleus qui n’y arriveront pas. Dans les dernières secondes de jeu, un penalty aurait pu être sifflé en faveur des Suisses, suite à un accrochage sur un centre venu de la droite, il n’en sera rien. Score final de ce SUIFRA : 0-0.

SUIFRA promesses
La reprise de volée de Dimitri Payet tape la transversale. © P. Lahalle/L’Equipe

Excellents en première, éteints en deuxième. Voilà à quoi pourrait se résumer le dernier match de poule de l’équipe de France. Après deux premiers succès compliqués acquis dans le temps additionnel, les bleus semblent avoir retrouvé du jeu, au moins par intermittence. Entre promesses et interrogations, la prestation la plus aboutie sur leurs trois premiers matchs de la compétition, aura aussi été celle où les tricolores n’auront pas marqué. Par manque de réussite notamment, mais aussi par manque d’envie parfois. Petite déception donc, mais l’essentiel est ailleurs. La France est première de son groupe, elle affrontera donc un troisième, et évite des 8e qui auraient pu s’avérer très compliqués (notamment contre l’Allemagne ou la Pologne).

Une autre compétition démarre maintenant. Les matchs couperets commencent. La France n’a donc plus droit à l’erreur jusqu’au 10 juillet prochain… inclus.

Marius Schneider

Comments

comments

SUIFRA : Des promesses et des questions

par La Rédaction Temps de lecture : 4 min
0