Sully est une histoire incroyable, digne d’un héros de cinéma, mais c’est surtout une histoire vraie que Clint Eastwood a souhaité mettre sous le feu des projecteurs. Il s’agit également de la première collaboration entre Clint Eastwood et Tom Hanks, deux légendes du cinéma hollywoodien. Tom Hanks montre ainsi qu’il ne fait pas que courir, il sait aussi voler.

Sully : un héros atterrit en salle
@WarnerBrosFrance

L’histoire de Sully, ce héros

Sully n’est pas seulement un film, ni un livre (Highest Duty de Chesley Sullenberger en personne et Jeffrey Maslow). C’est aussi, et surtout, l’histoire du pilote de l’air Chesley (dit Sully) Sullenberger qui, le 15 janvier 2009, sauva 155 passagers et membres d’équipage en effectuant un amerrissage d’urgence dans le fleuve Hudson. Si le commandant Sullenberger a été salué par ceux qu’ils a sauvé et les médias, ce n’est pas le cas par tous. Suite à cette situation exceptionnelle, une enquête a été ouverte quant à la justesse des actes du pilote. L’enquête pourrait bien mettre un terme à sa carrière, à quelques années de sa retraite… Ainsi, Clint Eastwood a décidé de mettre un tel récit en film, en signant l’une de ses réalisations les plus courtes jamais réalisées. En une heure et trente-six minutes, il revient sur ce miracle et met notamment en avant ceux qui ont tenté de discréditer le choix d’amerrissage du commandant.

 Tom Hanks ne sait pas que courir

Sully : un héros atterrit en salle
@WarnerBrosFrance

Le vol 1549 US Airways, parti de l’aéroport international de LaGuardia (Queens) à destination de Charlotte en Caroline du Nord puis de Seattle-Tacoma (Washington) ne s’est pas passé comme prévu. Un groupe d’oiseaux percute l’avion, ce qui provoque la perte de puissance des deux moteurs. Obligés d’atterrir d’urgence, le pilote n’a pas le temps de se rendre dans un aéroport pour atterrir et va donc être contraint de le faire sur le fleuve, alors gelé, de l’Hudson. Pour interpréter le rôle du pilote alerte, le casting a favorisé un acteur de taille. Tom Hanks montre ainsi qu’il ne fait pas que courir (référence au fameux Forrest Gump de Robert Zemeckis), il sait aussi voler. Ce film constitue une première collaboration entre l’acteur et Clint Eastwood, qu’on ne peut que féliciter. Sully vit le drame de sa vie, et ne le vit pas seulement devant nous mais nous le vivons avec lui. Ses cauchemars, son désarroi et ses doutes sont partagés avec le spectateur, qui revit alors aussi ce jour de janvier 2009…

Un réalisme épatant

On peut dire que ce film est une réussite. Le cinéma a aussi un pouvoir de mémoire, et Sully permet de rappeler au public un miracle dû à un homme – un héros – mais aussi à son co-pilote. Tom Hanks constitue avec son co-pilote Jeff Skiles (Aaron Eckhart) un cockpit unit. Au départ collègues, les deux pilotes font face à une situation d’envergure, ensemble. Le film ne tombe pas dans l’empathie mais tente de montrer ce qu’ont fait deux hommes face à une situation d’urgence. Le film met donc en avant une panne d’avion qui, pour une fois, a bien fini. Enfin, la transcription à l’écran est crédible, presque trop. Les images – mais aussi les sons – nous mettent au plus près des pires scénarios qui auraient pu se produire. Lorsque l’on se rend dans une salle de cinéma, on ne s’attend pas à être introduit dans un avion. Un long-métrage qui n’est donc pas fait pour les aviophobes, mais qui mérite pourtant d’être vu.

 

Comments

comments

Sully : un héros atterrit en salle

par Armandine Castillon Temps de lecture : 2 min
0