Le 15 avril 2013, deux bombes ont explosé près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, faisant trois morts, dont un enfant de 8 ans, et 264 blessées. Peter Berg, retrace, dans Traque à Boston, les quatre jours qui ont suivi l’attentat jusqu’à l’arrestation des suspects. Un film digne et percutant dont Mark Wahlberg est l’un des héros.

Boston une ville de héros

Peter Berg s’est inspiré de personnes ayant réellement existé dans son film, mais il a choisi de croiser plusieurs personnalités pour créer Tommy Saunders, le flic campé par Mark Wahlberg. Le réalisateur voulait montrer que la ville de Boston était un personnage à part entière. Quoi de mieux qu’un policier comme allégorie, un ange protégeant sa ville ? Si l’affiche du film met en avant Mark Wahlberg, on ne suit pas que lui. Traque à Boston est avant tout un portrait de gens ordinaires qui ont vécu un drame, mais qui relève la tête ensemble. Pour rendre compte de l’envergure de l’événement, le réalisateur a tenu à s’attacher à 8 personnages qui ont été particulièrement touchés. Au-delà donc des forces de l’ordre, il est question, notamment, d’un otage des frères Tsarnaev et d’un couple de jeunes mariés Patrick Downes et Jessica Kensky. Ce film parle de l’humain et non de politique, c’est un hommage au peuple américain et à ses valeurs. Le titre original du film est Patriots Day. Cela ne dit peut-être rien aux spectateurs français, mais c’est un jour important pour tous les habitants de Boston. Le Patriots Day commémore les batailles de Concord et Lexington, les premiers engagements militaires de la guerre d’Indépendance. Chaque 3e lundi d’avril, les habitants de Boston se rassemblent et accueillent le marathon.

Le respect de Peter Berg

Même si la matière cinématographique était présente du fait de la spectacularité de l’événement, faire un film à propos d’un attentat, qui plus est récent, n’est pas chose aisée. Mark Wahlberg s’est lui-même demandé s’il n’était pas trop tôt pour faire un tel film. Avec Traque à Boston, Peter Berg, déjoue tous les écueils et fait preuve de respect. Sa réalisation a été très minutieuse, il a en effet veillé à ce que le rendu soit le plus réaliste possible. 70 % des lieux réels ont été utilisés pour tourner le film. Peter Berg a ainsi filmé le vrai marathon du 16 avril 2016 pour rendre les scènes plus crédibles. Par respect pour les habitants, les explosions n’ont toutefois pas été filmées à Boylston Street, mais à South Weymouth où une réplique grandeur nature de la ligne d’arrivée du marathon a été construite. Peter Berg et ses équipes ont mené plusieurs entretiens avec des rescapés, des premiers secours, des commissaires de la police de Boston, des agents du FBI, des policiers du Massachusetts ainsi que des responsables d’associations et d’organisations ayant participé au sauvetage. Ils se sont aussi inspiré du magazine 60 minutes, un reportage sur l’attentat qui a été diffusé moins d’une semaine après l’attaque. Traque à Boston est un mélange entre action brute filmé comme tel et images d’archives. Le directeur de la photographie Tobias A. Schliessler confie : « On a choisi de tourner le film comme un documentaire, ainsi, on a pu y intégrer les images des chaînes d’info sans perturber le spectateur ou détourner son attention ». Le réalisateur a aussi tenu à ce que les deux terroristes ne soient pas représentés comme des caricatures, mais comme des personnages complexes.

Traque à Boston : l’hommage de Peter Berg à une ville

par Aliénor Perignon Temps de lecture : 2 min
0