Connect with us

Actu Internationales

Réforme de la corrida : Bogotá résonne de « OLÉ »

Publié

Le

2 min de lecture

Les « olé » fusent sur la place des taureaux au centre de Bogotá

Une musique traditionnelle jouée par un orchestre, met du baume au cœur aux participants. En cette journée pluvieuse de novembre, trois cents aficionados sont rassemblés pour manifester.

En 2012, Gustavo Petro, le maire de gauche de Bogotá, a suspendu « les spectacles de mort » dans tout le pays. Le 2 septembre, la Cour constitutionnel rétablit l’activité. Cependant, les arènes demeurent fermées, faute de travaux de rénovation. Les arènes Santamaria de Bogtá, construites en 1931, compte 14 500 places, plus encore que les fameuses arènes Real de Maestranza de Gaballeria de Séville, du XVIIème siècle, qui dispose de 12 500 places. Une bataille jurisprudentielle s’opère à travers le pays, laissant les amateurs sur leur faim.

De nombreux toreros sont venus du Mexique, d’Espagne ou de France pour l’occasion. Sur scène, ils sont solidaires et prononcent quelques mots pour dire leur mécontentement. Sebastian Castella, le franÇais, Octavio Garcia, le mexicain, Miguel Abellán, l’espagnol et Luis Bolivar, le colombien sont particulièrement émus. Cesar Rincón, le grand maître colombien, 49 ans, s’empare du micro majestueux et se met à pleurer. Il souligne l’importance de l’activité culturelle dans le cœur des colombiens, puis l’injustice de la situation. Les spectateurs sanglotent de concert. Dans l’assemblée, un vieil homme brandit un dessin au fusain qui figure le maître, en signe de respect.

14 novilleros, les apprentis toreros, entourent les symboles de la corrida moderne. Ces adolescents ont récemment mis fin à une grève de la faim de deux mois pour soutenir la reprise de l’activité taurine.

L’assemblée est calme. Elle ne s’agite que pour entonner des chants traditionnels ou scander le mot « liberté ». Le présentateur s’empare du mantra de mai 68 pour achever la manifestation : « il est interdit d’interdire ! ».

Importée lors de la colonisation espagnole du XVIème siècle, la corrida est au centre de la culture sud-américaine. Les colombiens et les mexicains compte les plus grandes fêtes et spectacles taurins. Les ferias de Medellín, Manizales et Cali sont les plus connues de Colombie. Le célèbre peintre colombien Fernando Botero en avait fait l’expérience malheureuse dans sa jeunesse : « Il n’y avait pas beaucoup d’options pour se sortir de la pauvreté en Colombie. Les jeunes pouvaient devenir boxeur, footballeur ou encore matador. »

DERNIERES ACTUALITES

BONS PLANS

FACEBOOK

Ne loupez rien !



DERNIERS ARTICLES